Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    Un texte d'un «autre temps»    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    Lomé pour faire le point sur les réformes    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Froger poussé vers la sortie ?    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que propose l'UGTA
Snmg, retraite et préservation de l,emploi
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 01 - 2021

La centrale syndicale a émis une série de propositions à remettre au gouvernement. Parmi ces dernières, la revalorisation du SNMG à 30.000 DA, la retraite après 32 ans d'activité et le maintien des contrats durables en supprimant les CDD.
La centrale syndicale a émis une série de propositions à remettre au gouvernement. Parmi ces dernières, la revalorisation du SNMG à 30.000 DA, la retraite après 32 ans d'activité et le maintien des contrats durables en supprimant les CDD.
Après une longue hibernation, l'UGTA a choisi le moment opportun pour relancer certains dossiers. Dans un communiqué publié par ses soins, il est indiqué "la revalorisation du salaire national minimum garanti à 30.000 DA qui sera un indice de garanti pour préserver l'emploi". La centrale syndicale s'interroge
d'ailleurs sur la confusion autour duSNMG actuel de 18.000 DA: "Comment se fait-il que l'Etat oblige les contractants à percevoir les 18.000 DA pour les travailleurs alors que certains secteurs recrutent des employés sur la base d'un salaire minimal de 15.000 DA ?". Une situation que tient à dénoncer le syndicat tout comme celle
relative aux contrats CDD. "Nous proposons à ce sujet au gouvernement de valoriser les contrats à longue durée pour tous les travailleurs et de mettre en évidence les promotions après 10 années d'activités". Dans la foulée, l'UGTA estime important de revoir "le statut de la fonction publique dont le décret numéro 280-16 de novembre 2016 relatif aux corps communs de l'administration publique et celui des travailleurs professionnels". Ce décret "ne répond plus aux exigences socioprofessionnelles de nos jours".
C'est la catégorie la plus lésée dans le monde du travail selon le syndicat qui a mis en relief "la promotion dans les corps communs doit également figurer dans l'agenda des réformes du travail". Dans ce sens, la centrale syndicale propose de porter le point indiciel actuel de 45 DAà 200 DAcomme référence dans le système de rémunération future. En ce qui concerne le dossier des retraites, l'UGTA met en exergue "le maintien de 32 ans d'activité comme préalable à la retraite avec un taux entre 80 et 100 % de la pension et d'opter pour une retraite proportionnelle selon les années de travail". Sur ce point, il faut dire que le gouvernement a refusé de reconduire la retraite proportionnelle n invoquant une crise financière. La centrale syndicale maintient, dans ses propositions, la revalorisation de la prime pour la femme au foyer jugée "insuffisante" et de consacrer des quotas de logements pour tous les secteurs selon les différentes formules en usage. L'UGTA évoque une éventuelle rencontre avec le gouvernement de Djerrad pour les prochains jours, sans préciser toutefois de date, après avoir constaté une amélioration de la si uation sanitair
Après une longue hibernation, l'UGTA a choisi le moment opportun pour relancer certains dossiers. Dans un communiqué publié par ses soins, il est indiqué "la revalorisation du salaire national minimum garanti à 30.000 DA qui sera un indice de garanti pour préserver l'emploi". La centrale syndicale s'interroge
d'ailleurs sur la confusion autour duSNMG actuel de 18.000 DA: "Comment se fait-il que l'Etat oblige les contractants à percevoir les 18.000 DA pour les travailleurs alors que certains secteurs recrutent des employés sur la base d'un salaire minimal de 15.000 DA ?". Une situation que tient à dénoncer le syndicat tout comme celle
relative aux contrats CDD. "Nous proposons à ce sujet au gouvernement de valoriser les contrats à longue durée pour tous les travailleurs et de mettre en évidence les promotions après 10 années d'activités". Dans la foulée, l'UGTA estime important de revoir "le statut de la fonction publique dont le décret numéro 280-16 de novembre 2016 relatif aux corps communs de l'administration publique et celui des travailleurs professionnels". Ce décret "ne répond plus aux exigences socioprofessionnelles de nos jours".
C'est la catégorie la plus lésée dans le monde du travail selon le syndicat qui a mis en relief "la promotion dans les corps communs doit également figurer dans l'agenda des réformes du travail". Dans ce sens, la centrale syndicale propose de porter le point indiciel actuel de 45 DAà 200 DAcomme référence dans le système de rémunération future. En ce qui concerne le dossier des retraites, l'UGTA met en exergue "le maintien de 32 ans d'activité comme préalable à la retraite avec un taux entre 80 et 100 % de la pension et d'opter pour une retraite proportionnelle selon les années de travail". Sur ce point, il faut dire que le gouvernement a refusé de reconduire la retraite proportionnelle n invoquant une crise financière. La centrale syndicale maintient, dans ses propositions, la revalorisation de la prime pour la femme au foyer jugée "insuffisante" et de consacrer des quotas de logements pour tous les secteurs selon les différentes formules en usage. L'UGTA évoque une éventuelle rencontre avec le gouvernement de Djerrad pour les prochains jours, sans préciser toutefois de date, après avoir constaté une amélioration de la si uation sanitair


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.