Chute de pluies : Plusieurs routes bloquées    Bab El Oued et la Casbah : Les articles scolaires inondent les marchés    La Fédération des consommateurs tire la sonnette d'alarme    Un steward d'Air Algérie arrêté à Paris    Wagner brouille les cartes au Mali    L'opposition crie à la fraude    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    Niger-Algérie décalé au 12 octobre    Pochettino : "C'est ma décision..."    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Le casse-tête de la surcharge scolaire    La rentrée scolaire s'annonce perturbée à Boumerdès    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    L'ambitieux programme de Sonatrach    Annulation des pénalités de retard au profit de milliers d'employeurs    Iarichène trace sa feuille de route    Confiance renouvelée au coach Zaoui    Des partis dénoncent des conditions «surréalistes»    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    50 ans après, un volcan entre en éruption    Le système de santé «risque de s'effondrer», avertit l'OMS    L'enquête étendue à 30 wilayas touchées, 71 suspects arrêtés    Tentative d'émigration clandestine avortée à Oulhaça    Hausse de nouveaux projets d'investissement malgré la pandémie de Covid-19    L'ultime étape, le Sénat    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Une indispensable catharsis    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Coopérative «El Mouloud» Canastel: Découverte d'un corps sans vie    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    El Watan au coeur d'une polémique    Le ministre exige la réduction des délais    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Les premiers effets de l'instabilité apparaissent    Aït Djoudi revient à de meilleurs sentiments    Lamamra sur son terrain à New York    L'ombre du maréchal Haftar    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    «Le Cri» de Samir Toumi traduit en italien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le formidable élan de solidarité des Algériens
Lutte anti-covid
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 08 - 2021

Pas le temps de trop réfléchir. La course contre la montre est engagée. La troisième vague de Covid-19 frappe de plein fouet l'Algérie. La déferlante risque de tout emporter sur son passage. Faute d'oxygène médical au sein des hôpitaux, de nombreux malades ont succombé.
Pas le temps de trop réfléchir. La course contre la montre est engagée. La troisième vague de Covid-19 frappe de plein fouet l'Algérie. La déferlante risque de tout emporter sur son passage. Faute d'oxygène médical au sein des hôpitaux, de nombreux malades ont succombé.
Sur les réseaux sociaux, les appels aux dons se multiplient, à travers out le pays. Les résultats dépassent tous les pronostics. Les Algériens prouvent encore une fois qu'ils savent se serrer les coudes lorsque les circonstances l'exigent. Et c'est le cas actuellement. Pour sauver le maximum de vies, ils ont vidé leurs bas de laine et ont répondu "présent" aux associations et autres bonnes volontés qui ont piloté ces opérations, partagées via des vidéos à travers la Toile. Elles circulent sur les réseaux sociaux. Des vidéos partagées en toute transparence. Oum el-Bouaghi, Bouira, M'Sila, Djelfa, Bab el-Oued, les bénévoles créent une véritable chaîne de solidarité.
Un bel élan de solidarité, d'entraide et de partage.A Béjaïa, la première opération de solidarité a été menée à Akbou où des opérateurs économiques ont financé l'acquisition d'un générateur d'oxygène pour l'hôpital de la ville. L'équipement a été acheté, installé et il est fonctionnel. D'autres opérations similaires sont menées à Kherrata, Sidi-Aïch, Oued-Amizour, etc. A Oum el-Bouaghi, face à la caméra, des jeunes comptent les liasses de billets. Sur la table, on peut apercevoir des bijoux en or, des billets en euros, des pièces de monnaie. Tous ces dons serviront à l'achat d'appareils de production d'oxygène qui font cruellement défaut en plein coeur de la crise sanitaire. A Bouira, la solidarité s'organise comme le montre cette autre vidéo qui fait le buzz. C'est l'association Wou3oud El Amel qui a lancé cette opération.
Tirelires, bijoux... à votre bon coeur !
"Chaque citoyen a donné selon ses moyens. Un monsieur vient juste de nous remettre 4 millions de dinars, et une maman la tirelire de son enfant qui voulait lui aussi participer à cette action. Quelqu'un nous a donné un chèque d'un montant de 150.000 DA. La diaspora algérienne de l'étranger a également participé. Nous avons récolté plus d'un milliard en une journée. Et ce n'est qu'un début", explique l'un des volontaires. Les associations caritatives sont à pied d'oeuvre en ces temps difficiles. C'est le cas de l'association Les Amis des malades d'Aïn el-Melh, dans la wilaya de M'sila. Dans une vidéo postée sur Internet, l'un deses membres explique : "Il y a une pénurie d'oxygène dans les hôpitaux de Bou- Saâda et de M'sila. Les personnes infectées du Covid sont en train de mourir par manque d'oxygène. Notre appel a été entendu. Citoyens, chefs d'entreprise, hommes d'affaires et émigrés ont tous fait des dons en espèces. En l'espace de 24 heures, nous avons récolté plus d'un milliard de centimes.
Cet argent servira à l'achat de concentrateurs d'oxygène et à sauver des vies humaines". A Djelfa, des jeunes ont pris les choses en main. Ils ont posté un appel aux dons sur les réseaux sociaux. Les habitants de Djelfa n'ont pas été insensibles à cette opération du coeur. Des dons en espèces ont afflué et des concentrateurs d'oxygène ont été achetés. La capitale n'est pas en reste. Sur l'esplanade de Bab el- Oued, un chapiteau a été dressé. Plusieurs associations ont fusionné en une seule pour être plus efficaces. Les jeunes de ce quartier s'activent pour apporter aide et assistance aux malades. "Avec l'argent récolté, nous achetons des concentrateurs que nous mettons à la dispositionde malades alités à la maison ou en milieu hospitalier" dira l'un d'entre eux.
SOS, handicapés
En plein pic pandémique, l'heure presse. Dans la wilaya de Tizi-Ouzou, des hôpitaux manquent de bouteilles et de concentrateurs d'oxygène comme nous le révèle Ahcene Mened, président de l'Association nationale de soutien aux personnes handicapées El-Baraka. "Le nouvel hôpital des Ouadhias ainsi que le CHU de Tizi-Ouzou ont besoin de ces appareils afin de sauver des vies. Le groupe Cevital qui nous a énormément aidés en matériel depuis le début de cette crise sanitaire a promis de nous en fournir dans les heures qui suivent. Notre association reçoit plus de 150 appels de détresse par jour de toute la région. Les malades ont besoin de bouteilles d'oxygène, de concentrateurs, de masques... Nous n'acceptons pas de dons en espèces ; juste du matériel que nous redistribuons aux hôpitaux", détaille-t-il. Infatigable, Ahcene Menad lance un autre appel en direction des pouvoirs publics : "Les handicapés qui vivent dans les villages enclavés de Kabylie ne peuvent pas se déplacer vers les centres de vaccination. Il est urgent de les faire vacciner à domicile. Cette frange de la population ne doit pas être oubliée".
A l'heure où la contamination au variant Delta fait de plus en plus de victimes, faute d'oxygène médical et à l'heure où ces appareils font l'objet de spéculation par des personnes sans scrupules, les Algériens d'ici ou d'ailleurs s'organisent en créant une grande chaîne de solidarité. Relayées par les réseaux sociaux, ces opérations du coeur ont pu sauver beaucoup de vies et en sauveront d'autres certainement dans les jours à venir. En France, une opération de solidarité avec l'Algérie a été initiée par deux ONG d'assistance médicale, Algerian Medical Network (AMN) et Ashifa, ainsi que l'association Ecaf (Etudiants et cadres algériens en France). Le résultat est impressionnant : un demimillion d'euros ont été collectés jusqu'à hier samedi. Cette opération a été soutenue par des footballeurs comme Riyad Mahrez et Franck Ribéry, Soolking et l'actrice Leïla Bekhti.
Sur les réseaux sociaux, les appels aux dons se multiplient, à travers out le pays. Les résultats dépassent tous les pronostics. Les Algériens prouvent encore une fois qu'ils savent se serrer les coudes lorsque les circonstances l'exigent. Et c'est le cas actuellement. Pour sauver le maximum de vies, ils ont vidé leurs bas de laine et ont répondu "présent" aux associations et autres bonnes volontés qui ont piloté ces opérations, partagées via des vidéos à travers la Toile. Elles circulent sur les réseaux sociaux. Des vidéos partagées en toute transparence. Oum el-Bouaghi, Bouira, M'Sila, Djelfa, Bab el-Oued, les bénévoles créent une véritable chaîne de solidarité.
Un bel élan de solidarité, d'entraide et de partage.A Béjaïa, la première opération de solidarité a été menée à Akbou où des opérateurs économiques ont financé l'acquisition d'un générateur d'oxygène pour l'hôpital de la ville. L'équipement a été acheté, installé et il est fonctionnel. D'autres opérations similaires sont menées à Kherrata, Sidi-Aïch, Oued-Amizour, etc. A Oum el-Bouaghi, face à la caméra, des jeunes comptent les liasses de billets. Sur la table, on peut apercevoir des bijoux en or, des billets en euros, des pièces de monnaie. Tous ces dons serviront à l'achat d'appareils de production d'oxygène qui font cruellement défaut en plein coeur de la crise sanitaire. A Bouira, la solidarité s'organise comme le montre cette autre vidéo qui fait le buzz. C'est l'association Wou3oud El Amel qui a lancé cette opération.
Tirelires, bijoux... à votre bon coeur !
"Chaque citoyen a donné selon ses moyens. Un monsieur vient juste de nous remettre 4 millions de dinars, et une maman la tirelire de son enfant qui voulait lui aussi participer à cette action. Quelqu'un nous a donné un chèque d'un montant de 150.000 DA. La diaspora algérienne de l'étranger a également participé. Nous avons récolté plus d'un milliard en une journée. Et ce n'est qu'un début", explique l'un des volontaires. Les associations caritatives sont à pied d'oeuvre en ces temps difficiles. C'est le cas de l'association Les Amis des malades d'Aïn el-Melh, dans la wilaya de M'sila. Dans une vidéo postée sur Internet, l'un deses membres explique : "Il y a une pénurie d'oxygène dans les hôpitaux de Bou- Saâda et de M'sila. Les personnes infectées du Covid sont en train de mourir par manque d'oxygène. Notre appel a été entendu. Citoyens, chefs d'entreprise, hommes d'affaires et émigrés ont tous fait des dons en espèces. En l'espace de 24 heures, nous avons récolté plus d'un milliard de centimes.
Cet argent servira à l'achat de concentrateurs d'oxygène et à sauver des vies humaines". A Djelfa, des jeunes ont pris les choses en main. Ils ont posté un appel aux dons sur les réseaux sociaux. Les habitants de Djelfa n'ont pas été insensibles à cette opération du coeur. Des dons en espèces ont afflué et des concentrateurs d'oxygène ont été achetés. La capitale n'est pas en reste. Sur l'esplanade de Bab el- Oued, un chapiteau a été dressé. Plusieurs associations ont fusionné en une seule pour être plus efficaces. Les jeunes de ce quartier s'activent pour apporter aide et assistance aux malades. "Avec l'argent récolté, nous achetons des concentrateurs que nous mettons à la dispositionde malades alités à la maison ou en milieu hospitalier" dira l'un d'entre eux.
SOS, handicapés
En plein pic pandémique, l'heure presse. Dans la wilaya de Tizi-Ouzou, des hôpitaux manquent de bouteilles et de concentrateurs d'oxygène comme nous le révèle Ahcene Mened, président de l'Association nationale de soutien aux personnes handicapées El-Baraka. "Le nouvel hôpital des Ouadhias ainsi que le CHU de Tizi-Ouzou ont besoin de ces appareils afin de sauver des vies. Le groupe Cevital qui nous a énormément aidés en matériel depuis le début de cette crise sanitaire a promis de nous en fournir dans les heures qui suivent. Notre association reçoit plus de 150 appels de détresse par jour de toute la région. Les malades ont besoin de bouteilles d'oxygène, de concentrateurs, de masques... Nous n'acceptons pas de dons en espèces ; juste du matériel que nous redistribuons aux hôpitaux", détaille-t-il. Infatigable, Ahcene Menad lance un autre appel en direction des pouvoirs publics : "Les handicapés qui vivent dans les villages enclavés de Kabylie ne peuvent pas se déplacer vers les centres de vaccination. Il est urgent de les faire vacciner à domicile. Cette frange de la population ne doit pas être oubliée".
A l'heure où la contamination au variant Delta fait de plus en plus de victimes, faute d'oxygène médical et à l'heure où ces appareils font l'objet de spéculation par des personnes sans scrupules, les Algériens d'ici ou d'ailleurs s'organisent en créant une grande chaîne de solidarité. Relayées par les réseaux sociaux, ces opérations du coeur ont pu sauver beaucoup de vies et en sauveront d'autres certainement dans les jours à venir. En France, une opération de solidarité avec l'Algérie a été initiée par deux ONG d'assistance médicale, Algerian Medical Network (AMN) et Ashifa, ainsi que l'association Ecaf (Etudiants et cadres algériens en France). Le résultat est impressionnant : un demimillion d'euros ont été collectés jusqu'à hier samedi. Cette opération a été soutenue par des footballeurs comme Riyad Mahrez et Franck Ribéry, Soolking et l'actrice Leïla Bekhti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.