Trophée The Best : Messi devance Van Djik pour le titre de joueur de l'année    L'heure d'assumer de lourdes responsabilités a sonné    Tribunal militaire de Blida (Urgent) : Saïd Bouteflika se retire de l'audience    Les victimes protestent et réclament leur argent    Démission de Salima Ghezali de l'APN    Mohamed Charfi rassure les Algériens    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nonagénaire rivé à la passion du chevalet
Abderrahmane Sahouli, artiste peintre
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 10 - 2008

A 94 ans, le peintre de l'école du figuratif qui engrange une expérience riche dans l'art pictural, refuse de prêter le flanc à la résignation. Il a du cœur à l'ouvrage et taquine, chaque jour que Dieu fait, l'art du chevalet. Zoom.
A 94 ans, le peintre de l'école du figuratif qui engrange une expérience riche dans l'art pictural, refuse de prêter le flanc à la résignation. Il a du cœur à l'ouvrage et taquine, chaque jour que Dieu fait, l'art du chevalet. Zoom.
Tapi dans son espace artistique sis en son domicile à Baïnem, le peintre nonagénaire Abderrahmane Sahouli continue à s'adonner à sa passion : la peinture sur toile. L'espace d'une qaada, à bâtons rompus, il convoque des fragments de vie de son parcours artistique.
Il nous reçoit chez lui à Baïnem, plus précisément au n° 37, rue Abou Moussa El Ach'ari (ex-Foucault). Une rue dont la dénomination nous renvoie à une image. Il nous fait rappeler le père de Foucault reclus dans le mont de l'Assekrem, un lieu qui, soit dit en passant, lui donnait matière à méditer. Ammi Abderrahmane Sahouli ne puise moins aussi son inspiration plastique à partir du contrefort du massif forestier de cette bourgade littorale où est nichée sa petite villa de type colonial. La charge des ans n'a pas eu raison de sa passion à laquelle il reste rivé depuis plus de quatre-vingt ans. Au contraire, l'activité plastique lui permet d'être plus ou moins alerte dans ses mouvements. Affable, il nous invite dans la courette ombragée de sa maison après nous avoir fait le tour de son petit atelier dans lequel il évolue en ermite. Il meuble son temps en réalisant des tableaux autour du terroir : des scènes volées au détour du dédale des régions d'Algérie. Notre virée chez lui coïncide avec la mise en châssis d'un tableau présentant un site oasien béchari, une œuvre qui côtoie d'autres compositions comme celle ‘'embrassant'' une partie du front de mer de Bologhine qui force le regard du spectateur à une halte. D'autres travaux picturaux déclinant la nature morte tapissent le moindre recoin de son réduit. Notre regard est apostrophé dans la foulée par des compositions de miniature et d'enluminure, quelques œuvres esquissées dans l'art de l'abstrait, sans omettre les châssis de bois posés en fatras à même le sol ou encore les tableaux de reconnaissance en guise d'hommages rendus par des organismes pour le parcours artistique effectué depuis qu'il a intégré l'école de peinture, située à la rue de la Marine, alors qu'il venait de quitter l'école primaire Brahim-Fatah sise à la Casbah. C'est dans cette cité, d'ailleurs, qu'il a vu le jour le 9 février 1915. C'est dans cette antique médina aussi qu'il a côtoyé les artistes peintres comme les regrettés Mostefa Ben Debbagh rompu aux arts appliqués, le miniaturiste Mohamed Temmam, M'hamed Issiakhem, Mohamed Bensemmane ou encore l'homme de lettres Boudali Safir qui dirigea la Société des Beaux-arts dans les années soixante du siècle dernier. C'était l'époque où nous trimballions le chevalet. Les artistes peintres cherchaient les meilleurs plans avant de poser le trépied, support de la toile. Muni de sa valise, il déambulait tout jeune, se souvient--il, avec Mohamed Temmam, à travers les venelles de la Casbah ou le lieu dit les Taggarins pour immortaliser les paysages et décors d'El Djazair. Ammi Abderrahmane Sahouli convoque non sans peine des souvenirs. Un itinéraire fécond dont la mémoire lui fait parfois défaut. Plusieurs événements se bousculent au portillon de son esprit. Beaucoup de souvenirs émergent à la surface que sa femme et son fils confirment, sur la base d'un fonds documentaire. Il secoue sa mémoire avant d'égrener des fragments d'histoire, notamment les années de son service militaire et sa mobilisation lors de la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle il purgea une peine de deux années de prison. Une période qui contribua relativement à sa formation de plasticien. Il nous raconte aussi l'atmosphère qui régnait au sein du milieu plastique dans la vie civile où les artistes avaient peine à subvenir à leur pitance. En 1946, Abderrahmane Sahouli rejoint, en sa qualité d'artiste peintre affirmé, la Société des beaux-arts dirigée, alors par l'artiste Camille Leroy et ce, parallèlement à l'activité professionnelle qu'il mena dans son atelier sis à Bab el-Oued (Nelson). Il acquit un autre atelier au Champ-de-manœuvres qui fut plastiqué par l'OAS en 1962. Il assura des travaux en tant qu'artiste spécialisé dans la création d'affiches de cinéma comme l'œuvre cinématographique ‘'le Vent des Aurès'' et la décoration des fonds de scène du TNA lorsque Mahieddine Bachtarzi le sollicita, dit-il. Lors du festival panafricain en 1967, le comité d'organisation lui faisait appel pour la réalisation de grandes fresques. Une trentaine de panneaux de peinture de 3x2 m ornent également le musée de l'Académie de Cherchell. La postérité peut découvrir ses œuvres dans la tendance picturale du réalisme au Musée national des Beaux-arts et son empreinte artistique dans l'espace du musée central de l'Armée (Maqam Ecchahid), des compostions qu'il avait réalisées dans les années quatre-vingt avec une jeune équipe dont Salah Hioun et Noureddine Chegrane. Parmi ses disciples, on peut citer les artistes peintres dont Hamchaoui, Douadi et autre Bencheikh. Soulignons que l'artiste Abderrahmane Sahouli ne quitta la Société des beaux-arts, créée en 1851, qu'en 1997 en tant que président pour laisser place à Mustapha Belkahla qu'il dirige depuis. F. B-H.
Tapi dans son espace artistique sis en son domicile à Baïnem, le peintre nonagénaire Abderrahmane Sahouli continue à s'adonner à sa passion : la peinture sur toile. L'espace d'une qaada, à bâtons rompus, il convoque des fragments de vie de son parcours artistique.
Il nous reçoit chez lui à Baïnem, plus précisément au n° 37, rue Abou Moussa El Ach'ari (ex-Foucault). Une rue dont la dénomination nous renvoie à une image. Il nous fait rappeler le père de Foucault reclus dans le mont de l'Assekrem, un lieu qui, soit dit en passant, lui donnait matière à méditer. Ammi Abderrahmane Sahouli ne puise moins aussi son inspiration plastique à partir du contrefort du massif forestier de cette bourgade littorale où est nichée sa petite villa de type colonial. La charge des ans n'a pas eu raison de sa passion à laquelle il reste rivé depuis plus de quatre-vingt ans. Au contraire, l'activité plastique lui permet d'être plus ou moins alerte dans ses mouvements. Affable, il nous invite dans la courette ombragée de sa maison après nous avoir fait le tour de son petit atelier dans lequel il évolue en ermite. Il meuble son temps en réalisant des tableaux autour du terroir : des scènes volées au détour du dédale des régions d'Algérie. Notre virée chez lui coïncide avec la mise en châssis d'un tableau présentant un site oasien béchari, une œuvre qui côtoie d'autres compositions comme celle ‘'embrassant'' une partie du front de mer de Bologhine qui force le regard du spectateur à une halte. D'autres travaux picturaux déclinant la nature morte tapissent le moindre recoin de son réduit. Notre regard est apostrophé dans la foulée par des compositions de miniature et d'enluminure, quelques œuvres esquissées dans l'art de l'abstrait, sans omettre les châssis de bois posés en fatras à même le sol ou encore les tableaux de reconnaissance en guise d'hommages rendus par des organismes pour le parcours artistique effectué depuis qu'il a intégré l'école de peinture, située à la rue de la Marine, alors qu'il venait de quitter l'école primaire Brahim-Fatah sise à la Casbah. C'est dans cette cité, d'ailleurs, qu'il a vu le jour le 9 février 1915. C'est dans cette antique médina aussi qu'il a côtoyé les artistes peintres comme les regrettés Mostefa Ben Debbagh rompu aux arts appliqués, le miniaturiste Mohamed Temmam, M'hamed Issiakhem, Mohamed Bensemmane ou encore l'homme de lettres Boudali Safir qui dirigea la Société des Beaux-arts dans les années soixante du siècle dernier. C'était l'époque où nous trimballions le chevalet. Les artistes peintres cherchaient les meilleurs plans avant de poser le trépied, support de la toile. Muni de sa valise, il déambulait tout jeune, se souvient--il, avec Mohamed Temmam, à travers les venelles de la Casbah ou le lieu dit les Taggarins pour immortaliser les paysages et décors d'El Djazair. Ammi Abderrahmane Sahouli convoque non sans peine des souvenirs. Un itinéraire fécond dont la mémoire lui fait parfois défaut. Plusieurs événements se bousculent au portillon de son esprit. Beaucoup de souvenirs émergent à la surface que sa femme et son fils confirment, sur la base d'un fonds documentaire. Il secoue sa mémoire avant d'égrener des fragments d'histoire, notamment les années de son service militaire et sa mobilisation lors de la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle il purgea une peine de deux années de prison. Une période qui contribua relativement à sa formation de plasticien. Il nous raconte aussi l'atmosphère qui régnait au sein du milieu plastique dans la vie civile où les artistes avaient peine à subvenir à leur pitance. En 1946, Abderrahmane Sahouli rejoint, en sa qualité d'artiste peintre affirmé, la Société des beaux-arts dirigée, alors par l'artiste Camille Leroy et ce, parallèlement à l'activité professionnelle qu'il mena dans son atelier sis à Bab el-Oued (Nelson). Il acquit un autre atelier au Champ-de-manœuvres qui fut plastiqué par l'OAS en 1962. Il assura des travaux en tant qu'artiste spécialisé dans la création d'affiches de cinéma comme l'œuvre cinématographique ‘'le Vent des Aurès'' et la décoration des fonds de scène du TNA lorsque Mahieddine Bachtarzi le sollicita, dit-il. Lors du festival panafricain en 1967, le comité d'organisation lui faisait appel pour la réalisation de grandes fresques. Une trentaine de panneaux de peinture de 3x2 m ornent également le musée de l'Académie de Cherchell. La postérité peut découvrir ses œuvres dans la tendance picturale du réalisme au Musée national des Beaux-arts et son empreinte artistique dans l'espace du musée central de l'Armée (Maqam Ecchahid), des compostions qu'il avait réalisées dans les années quatre-vingt avec une jeune équipe dont Salah Hioun et Noureddine Chegrane. Parmi ses disciples, on peut citer les artistes peintres dont Hamchaoui, Douadi et autre Bencheikh. Soulignons que l'artiste Abderrahmane Sahouli ne quitta la Société des beaux-arts, créée en 1851, qu'en 1997 en tant que président pour laisser place à Mustapha Belkahla qu'il dirige depuis. F. B-H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.