Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats autonomes et leur place dans le monde du travail
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 04 - 2018

La vie tumultueuse imposée aux syndicats autonomes a donc fini par connaître, ce dernier week-end, un tournant qui met en péril jusqu'à leur existence, du moins pour plus de la moitié de la soixantaine dont le spectre de la dissolution «légale» se faisait de plus en plus menaçant depuis quelques semaines déjà.
Ecrasés par le statut de maître des lieux et cette espèce de «protection» dont jouit l'intouchable UGTA, les syndicats dits autonomes savaient dès leur apparition – il y a de nombreuses années de cela pour certains d'entre eux — qu'ils n'allaient pas avancer en terrain conquis, bien que dans le monde du travail le besoin de changement se faisait sentir, tellement l'acoquinement avec le patronat et les pouvoirs publics de la toute-puissante organisation que dirige Madjid Sidi Saïd n'était, et n'est toujours pas, pour plaire à des pans entiers de travailleurs de tous les secteurs d'activité. Une «tare» dont les syndicats autonomes n'ont pas pu, ou su, tirer des dividendes en ralliant à leur(s) cause(s) les travailleurs qui ne se retrouvent pas dans le syndicalisme prôné par l'UGTA, si l'on excepte le monde très singulier de l'éducation où les syndicats autonomes ont plus ou moins réduit comme une peau de chagrin au fil des ans la base militante affiliée à la FNTE-UGTA. En fait, les syndicats autonomes ont été à l'origine de mouvements par trop épars pour espérer mettre à mal l'ordre syndical établi et, du coup, influer sur le cours de la «lutte des travailleurs» et puis, et surtout, convaincre les pouvoirs publics qu'ils ont un poids à même de leur permettre de gagner leurs galons de partenaire des tripartites, notamment. Si l'on doit se remémorer ces mouvements conduits par les syndicats autonomes, ils ne sont vraiment pas légion.
Ainsi, ces toutes dernières années, il aura fallu attendre le mois de février 2017 pour avoir une idée plus ou moins fiable sur le poids des syndicats autonomes. Ce fut à l'occasion d'un rassemblement suivi d'une marche à Tizi-Ouzou qui accueillait alors un des hauts faits de l'intersyndicale de la Fonction publique.
Un déferlement humain, venu des quatre coins du pays pour réitérer des revendications que partageaient pratiquement tous les syndicats autonomes et ce point encore plus commun à tous : s'attaquer à l'UGTA.
Un mouvement que n'ont pas su faire fructifier les syndicats autonomes qui, désormais, ne sont plus que 17 à pouvoir prétendre être représentatifs et avoir ainsi le droit, selon le ministère du Travail, d'activer et d'espérer être partenaires à part entière des pouvoirs publics.
M. Azedine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.