FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La matière et l'éphémère
NATHALIE ANDRIS EXPOSE À L'ESPACO
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 10 - 2018

L'artiste céramiste belge Nathalie Andris expose à la galerie d'art Espaco (El Achour) jusqu'au 13 octobre. «L'éphémère» est le titre de cet expo-vente qui réunit une trentaine d'œuvres où les formes et les corps jaillissent de la matière.
Nathalie Andris sculpte la céramique avec une telle aisance qu'elle en fait naître autant de possibilités artistiques qu'avec toute autre matière conventionnelle. Une impression de volatilité et d'apesanteur se dégage de cette exposition où les objets et les tons convergent vers une relecture éthérée du monde. D'où le concept de l'éphémère que l'artiste «perçoit avec force dans le cheminement des êtres vivants, de la nature, du climat, des sentiments…». Rien n'est donc figé ni durable, tout se transforme ou disparaît, dans un processus naturel pourtant souvent oublié, inhibé ou jeté dans les abysses de l'inconscient. De cette certitude que les choses et les êtres sont voués à l'évaporation, Nathalie Andris tire une certaine philosophie du «carpe diem» : «Chaque instant est riche en saveurs et en émotions, chaque seconde mérite un intérêt qui, trop souvent, lui est refusé car nous nous emprisonnons, soit dans des craintes ou des espérances d'un lendemain, soit dans les souvenirs.» Contemplative et apaisée, cette réflexion sur l'évanescence de la vie engendre alors des pièces célébrant la beauté du périssable dont on jouit, d'autant plus quand on prend conscience de sa mortalité ou de sa transformation. Des bustes sertis de fruits, de fleurs, de feuilles ou de gouttes sculptées représentent les quatre saisons de Gaïa (la déesse de la terre) ; une composition en trois dimensions de gouttes en argile blanche conceptualise l'éternel retour incarné par la vague et son écume ; un masque en terre estampée, cerné par des émaillages, dit les messages parfois non perçus du corps ; des figurines multiformes, aux teintes bleutées et dispersées à même le sol, rendent hommage aux damnés de la mer qui quêtent l'espoir au péril de leur vie ; des fleurs en argile tombant en cascade célèbrent «le constant effort de la nature à reproduire le cycle éphémère de la vie» ; une suspension de pièces d'argile blanche évoque les «nuages qui embrument nos rêves et nos pensées et qui, pourtant, n'ont qu'une durée de vie limité» ; les entraves de l'esprit sont représentées par un enchevêtrement de maillons en argile façonnés à la main, etc. A signaler que Nathalie Andris a invité pour son exposition une jeune artiste algérienne, Amira Louadah, qui présente une installation de sculptures en céramique intitulée «Yal Batata», tournant en dérision le phénomène du harcèlement de rue contre les femmes. Enfin, les œuvres de la céramiste belge sont proposées à la vente ; les prix varient entre 15 000 et 500 000 DA.
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.