COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Fin de fonction de responsables locaux: ces décisions ne représentent qu'un début    Accidents de la route: 9 personnes décédées et 181 autres blessées en 24 heures    Deux morts dans un accident de la circulation    Covid-19: Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent l'état de disponibilité du vaccin    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    Mandat d'arrêt contre le général Belksir    Tribunal : report du procès de l'ancien député Baha Eddine Tliba au 2 septembre    Covid-19, le lourd tribut des soignants    Des tests pour tous    Approbation des propositions des ligues régionales    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La matière et l'éphémère
NATHALIE ANDRIS EXPOSE À L'ESPACO
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 10 - 2018

L'artiste céramiste belge Nathalie Andris expose à la galerie d'art Espaco (El Achour) jusqu'au 13 octobre. «L'éphémère» est le titre de cet expo-vente qui réunit une trentaine d'œuvres où les formes et les corps jaillissent de la matière.
Nathalie Andris sculpte la céramique avec une telle aisance qu'elle en fait naître autant de possibilités artistiques qu'avec toute autre matière conventionnelle. Une impression de volatilité et d'apesanteur se dégage de cette exposition où les objets et les tons convergent vers une relecture éthérée du monde. D'où le concept de l'éphémère que l'artiste «perçoit avec force dans le cheminement des êtres vivants, de la nature, du climat, des sentiments…». Rien n'est donc figé ni durable, tout se transforme ou disparaît, dans un processus naturel pourtant souvent oublié, inhibé ou jeté dans les abysses de l'inconscient. De cette certitude que les choses et les êtres sont voués à l'évaporation, Nathalie Andris tire une certaine philosophie du «carpe diem» : «Chaque instant est riche en saveurs et en émotions, chaque seconde mérite un intérêt qui, trop souvent, lui est refusé car nous nous emprisonnons, soit dans des craintes ou des espérances d'un lendemain, soit dans les souvenirs.» Contemplative et apaisée, cette réflexion sur l'évanescence de la vie engendre alors des pièces célébrant la beauté du périssable dont on jouit, d'autant plus quand on prend conscience de sa mortalité ou de sa transformation. Des bustes sertis de fruits, de fleurs, de feuilles ou de gouttes sculptées représentent les quatre saisons de Gaïa (la déesse de la terre) ; une composition en trois dimensions de gouttes en argile blanche conceptualise l'éternel retour incarné par la vague et son écume ; un masque en terre estampée, cerné par des émaillages, dit les messages parfois non perçus du corps ; des figurines multiformes, aux teintes bleutées et dispersées à même le sol, rendent hommage aux damnés de la mer qui quêtent l'espoir au péril de leur vie ; des fleurs en argile tombant en cascade célèbrent «le constant effort de la nature à reproduire le cycle éphémère de la vie» ; une suspension de pièces d'argile blanche évoque les «nuages qui embrument nos rêves et nos pensées et qui, pourtant, n'ont qu'une durée de vie limité» ; les entraves de l'esprit sont représentées par un enchevêtrement de maillons en argile façonnés à la main, etc. A signaler que Nathalie Andris a invité pour son exposition une jeune artiste algérienne, Amira Louadah, qui présente une installation de sculptures en céramique intitulée «Yal Batata», tournant en dérision le phénomène du harcèlement de rue contre les femmes. Enfin, les œuvres de la céramiste belge sont proposées à la vente ; les prix varient entre 15 000 et 500 000 DA.
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.