Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Une convention pour booster le commerce électronique en Algérie    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    L'illicite défigure le site Aadl à Tamanrasset    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    "Atal ne partira pas l'été prochain"    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les «Verts» face à leur destin    Medaouar répond aux Usmistes et à Messaoudène    Les fans boudent, Laoufi s'interroge    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    3 exos pour se lever du bon pied    Le lait est-il un aliment gras ?    Merguez aux haricots blancs    65 millions d'analphabètes recensés par le gouvernement    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Commémoration du 80ème anniversaire de l'exil républicain: Oran rend hommage aux réfugiés espagnols    145 postulants retirent les formulaires de souscription    L'Algérie domine l'Irlande 4-0    Un déficit de 4,68 mds dollars    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Grève générale le 29 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La planche à billets plus sollicitée que prévu
4 005 milliards de dinars créés jusqu'à fin novembre
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2018

Il y a quelques semaines, il était fait état par le directeur général du Trésor de la possibilité que l'Algérie pourrait ne pas avoir recours au financement non-conventionnel en 2019. Ceci, en raison de l'amélioration sensible des grands indicateurs économiques et de la hausse de la fiscalité pétrolière résultant de l'embellie des cours d'avant octobre-novembre.
Mais avant l'entrée de la nouvelle année et jusqu'à fin septembre dernier, la Banque d'Algérie a renfloué les caisses du Trésor public en actionnant le processus de création monétaire non-conventionnelle pour un montant global de 4 005 milliards de dinars.
On rappellera qu'à la fin mars dernier, selon un relevé de la Banque d'Algérie, 3 585 milliards de dinars avaient été émis. Ainsi, entre mars et septembre, la planche à billets a été sollicitée pour la création de 420 milliards de dinars. Des chiffres qui, évidemment, donnent le tournis et surtout montrent que les pouvoirs publics font peu cas des craintes notamment des institutions financières et monétaires internationales ainsi que d'économistes et financiers de chez nous qui, l'année dernière, lorsque la Banque d'Algérie annonçait qu'au 30 novembre de cette année-là, la première de la mise en application de la décision du recours à ce financement honni par les économistes, les pouvoirs publics avaient émis 2 185 milliards de dinars avant d'imprimer 1 400 nouveaux milliards de dinars entre début décembre 2018 et mars de cette année.
Donc, à la fin du premier trimestre de cette année, la Banque d'Algérie a prêté au Trésor public 3 585 milliards de dinars puis élevé ce prêt à un total de 4 005 milliards de dinars jusqu'à fin septembre dernier. Des chiffres d'une autre dimension comparés à ceux livrés par le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, qui expliquait, il y a un peu plus d'une année, que les pouvoirs publics escomptaient émettre pour les besoins du financement public 570 milliards de dinars en 2017, alors qu'en 2018, il allait y avoir la création de 1 815 milliards de dinars.
Force est de constater qu'aujourd'hui, l'on se retrouve bien loin du compte, la création de monnaie ayant atteint pratiquement le double de ce qui avait été prévu pour cette année finissante. Et ce ne sont pas les assurances du même ministre des Finances quant à la «stérilisation» de tout cet argent qui atténueront les inquiétudes face aux potentielles menaces inflationnistes qui guettent l'économie nationale.
Pour demeurer dans les chiffres, on rappellera également qu'au titre de l'année 2019, les pouvoirs publics ont projeté de créer 580 milliards de dinars. Au regard de la tournure prise par les grands indicateurs de l'économie nationale, conjuguée aux prédictions du FMI et de la Banque mondiale, en plus du doute qui continue de planer sur les marchés pétroliers malgré l'accord devant faire baisser la production journalière des pays de l'Opep et ses alliés à 1,2 million de barils il y a matière à douter que ce seront bien 580 milliards de dinars «uniquement» qui seront imprimés.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.