Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    «Il faut faire confiance aux jeunes»    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La planche à billets plus sollicitée que prévu
4 005 milliards de dinars créés jusqu'à fin novembre
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2018

Il y a quelques semaines, il était fait état par le directeur général du Trésor de la possibilité que l'Algérie pourrait ne pas avoir recours au financement non-conventionnel en 2019. Ceci, en raison de l'amélioration sensible des grands indicateurs économiques et de la hausse de la fiscalité pétrolière résultant de l'embellie des cours d'avant octobre-novembre.
Mais avant l'entrée de la nouvelle année et jusqu'à fin septembre dernier, la Banque d'Algérie a renfloué les caisses du Trésor public en actionnant le processus de création monétaire non-conventionnelle pour un montant global de 4 005 milliards de dinars.
On rappellera qu'à la fin mars dernier, selon un relevé de la Banque d'Algérie, 3 585 milliards de dinars avaient été émis. Ainsi, entre mars et septembre, la planche à billets a été sollicitée pour la création de 420 milliards de dinars. Des chiffres qui, évidemment, donnent le tournis et surtout montrent que les pouvoirs publics font peu cas des craintes notamment des institutions financières et monétaires internationales ainsi que d'économistes et financiers de chez nous qui, l'année dernière, lorsque la Banque d'Algérie annonçait qu'au 30 novembre de cette année-là, la première de la mise en application de la décision du recours à ce financement honni par les économistes, les pouvoirs publics avaient émis 2 185 milliards de dinars avant d'imprimer 1 400 nouveaux milliards de dinars entre début décembre 2018 et mars de cette année.
Donc, à la fin du premier trimestre de cette année, la Banque d'Algérie a prêté au Trésor public 3 585 milliards de dinars puis élevé ce prêt à un total de 4 005 milliards de dinars jusqu'à fin septembre dernier. Des chiffres d'une autre dimension comparés à ceux livrés par le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, qui expliquait, il y a un peu plus d'une année, que les pouvoirs publics escomptaient émettre pour les besoins du financement public 570 milliards de dinars en 2017, alors qu'en 2018, il allait y avoir la création de 1 815 milliards de dinars.
Force est de constater qu'aujourd'hui, l'on se retrouve bien loin du compte, la création de monnaie ayant atteint pratiquement le double de ce qui avait été prévu pour cette année finissante. Et ce ne sont pas les assurances du même ministre des Finances quant à la «stérilisation» de tout cet argent qui atténueront les inquiétudes face aux potentielles menaces inflationnistes qui guettent l'économie nationale.
Pour demeurer dans les chiffres, on rappellera également qu'au titre de l'année 2019, les pouvoirs publics ont projeté de créer 580 milliards de dinars. Au regard de la tournure prise par les grands indicateurs de l'économie nationale, conjuguée aux prédictions du FMI et de la Banque mondiale, en plus du doute qui continue de planer sur les marchés pétroliers malgré l'accord devant faire baisser la production journalière des pays de l'Opep et ses alliés à 1,2 million de barils il y a matière à douter que ce seront bien 580 milliards de dinars «uniquement» qui seront imprimés.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.