La réunion de concertation s'est tenue dans une salle quasi vide au Palais des nations.. Un fiasco qui signe la fin de Bensalah ?    Kouninef, Rebrab, Ouyahia et Loukal ont été entendus.. La justice accélère la cadence    Grâce à l'augmentation de la valeur des importations.. Les recettes douanières en hausse de 2%    Barça : Arthur et Lenglet encensent Messi    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    La Ligue arabe soutient la Palestine    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Sri Lanka: explosion durant une opération de déminage d'une bombe    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    FABB-présidents des clubs    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Les robes noires boycottent les audiences    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3585 milliards de DA émis jusqu'à fin mars
FINANCEMENT NON CONVENTIONNEL
Publié dans L'Expression le 20 - 06 - 2018

L'Etat a dépassé ses prévisions de quelque 1 200 milliards de dinars, mais il ne s'agit nullement de dépenses non étudiées.
L'Algérie a décidé de recourir au financement non conventionnel pour faire face à l'actuelle crise économique et non pas à l'endettement extérieur. Un choix souverain, comme ne cesse de le répéter le grand argentier du pays. Au 31 mars dernier, le montant des titres émis dans le cadre de ce financement s'est établi à 3 585 milliards de dinars, comme l'a indiqué la Banque d'Algérie dans sa situation mensuelle. Cette émission de titres a été réalisée dans le cadre, faut-il encore le rappeler, de l'article 45 bis de la loi relative à la monnaie et au crédit modifiée et complétée en octobre 2017, qui stipule que «la Banque Algérie procède, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l'achat directement auprès du Trésor, de titres émis par celui-ci, à l'effet de participer, notamment à la couverture des besoins de financement du Trésor, au financement de la dette publique interne et au financement du Fonds national d'investissement (FNI)». Il y a lieu de souligner que l'utilisation de cet instrument exceptionnel de financement est accompagné par des mécanismes de contrôle et de surveillance rigoureux afin d'en contenir l'impact sur l'inflation. Les pouvoirs publics avaient d'emblée annoncé les montants qu'ils prévoyaient de tirer pour financer le déficit du Trésor, à savoir 570 milliards de dinars pour boucler l'exercice écoulé, 1 815 milliards de dinars pour celui en cours et enfin 580 milliards pour 2019. Pour l'année 2020, «le Trésor public ne devrait recourir à aucune forme de financement, en raison du faible déficit devant être enregistré» comme l'avait assuré le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya. Un simple calcul permet de constater que l'Etat a dépassé ses prévisions de quelque 1 200 milliards de dinars. Mais il ne s'agit nullement de dépenses non étudiées puisque la loi relative à la monnaie et au crédit note que ce dispositif est mis en oeuvre pour accompagner la réalisation d'un programme de réformes structurelles économiques et budgétaires devant aboutir à l'issue de la période décidée, notamment au rétablissement des équilibres de la trésorerie de l'Etat et de l'équilibre de la balance des paiements. Il y a lieu de préciser que les premiers titres émis ont servi à couvrir la dette publique interne, et ce, en particulier, les titres de l'Emprunt national pour la croissance levé en 2016, les titres du Trésor émis en contrepartie du rachat de la dette bancaire de Sonelgaz et les titres du Trésor émis au profit de la Sonatrach en compensation du différentiel sur les prix des carburants importés et de l'eau dessalée. Il a aussi été question de permettre au Trésor de doter en ressources le Fonds national d'investissement (FNI), au titre des prises de participation de l'Etat dans des investissements ou de financements à long terme de programmes publics d'investissements. La démesure enregistrée dans le recours au financement non conventionnel a fait l'objet de multiples critiques, notamment celle du Fonds monétaire international (FMI) qui a, dans son dernier rapport, soutenu que les autorités algériennes doivent nécessairement recourir «à un large éventail d'options de financements, notamment l'émission de titres de dette publique au taux du marché, des partenariats publics-privés, des ventes d'actifs et d'emprunts extérieurs pour financer des projets d'investissements bien choisis». L'institution internationale a évoqué un scénario alternatif pour la relance de la croissance en Algérie en suggérant, entre autres, l'arrêt du financement non conventionnel dès cette année. La réponse du gouvernement ne s'est pas fait attendre et le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya a réaffirmé que l'Algérie est un pays «souverain» dans ses choix économiques et financiers non sans préciser que le FMI «veut que l'Algérie aille vers l'emprunt extérieur, mais nous sommes souverains dans notre pays et, en toute objectivité, nous espérons que les résultats du financement non conventionnel seront comme nous l'avons souhaité».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.