Tlemcen piégé à domicile    Ancien joueur de l'EN, du CRB et du PSG    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    Le Condor L3 Smart, un concentré d'autonomie, de design et de performance    Réception du tronçon traversant Tissemsilt à la fin 1er du semestre 2019    «Escalade» des attaques de colons contre les Palestiniens    Gaïd Salah entame une visite officielle aux Emirats Arabes Unis    Préparatifs de l'élection présidentielle    Ooredoo organise un dîner en l'honneur des médias nationaux    Ali Badaoui, contrôleur général de sûreté de wilaya    Faire du Sersou un havre de paix    Un policier en civil mortellement poignardé    «Nathan le sage» présentée à Alger    Une vingtaine d'artistes y exposent    Exposition de Djamel Bouttaba    Sahara occidental : La responsabilité historique et juridique de l'Espagne reste entière    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Abdelmalek Sellal poursuit sa tournée des "organisations de masse" :    Après l'ONM et l'UGTA, il a rencontré la direction de l'UNPA.. Sellal défend le «projet» du Président-candidat    Importation : Tendance haussière de la facture des produits alimentaires    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Coupe du monde de sabre féminin (juniors) : Atteindre le tableau des 32, objectif des Algériennes à domicile    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    Airbus arrête les frais avec l'A380 : Les raisons d'un tragique destin    L'or atteint son plus haut niveau    Oran : Quelques 14 800 logements sociaux seront distribués en 2019    Benghabrit ordonne un changement radical des contenus !    10 morts et 23 blessésen 48 heures    Abdel a disparu !    La colére demilliers de Candidats à l'immigration    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3585 milliards de DA émis jusqu'à fin mars
FINANCEMENT NON CONVENTIONNEL
Publié dans L'Expression le 20 - 06 - 2018

L'Etat a dépassé ses prévisions de quelque 1 200 milliards de dinars, mais il ne s'agit nullement de dépenses non étudiées.
L'Algérie a décidé de recourir au financement non conventionnel pour faire face à l'actuelle crise économique et non pas à l'endettement extérieur. Un choix souverain, comme ne cesse de le répéter le grand argentier du pays. Au 31 mars dernier, le montant des titres émis dans le cadre de ce financement s'est établi à 3 585 milliards de dinars, comme l'a indiqué la Banque d'Algérie dans sa situation mensuelle. Cette émission de titres a été réalisée dans le cadre, faut-il encore le rappeler, de l'article 45 bis de la loi relative à la monnaie et au crédit modifiée et complétée en octobre 2017, qui stipule que «la Banque Algérie procède, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l'achat directement auprès du Trésor, de titres émis par celui-ci, à l'effet de participer, notamment à la couverture des besoins de financement du Trésor, au financement de la dette publique interne et au financement du Fonds national d'investissement (FNI)». Il y a lieu de souligner que l'utilisation de cet instrument exceptionnel de financement est accompagné par des mécanismes de contrôle et de surveillance rigoureux afin d'en contenir l'impact sur l'inflation. Les pouvoirs publics avaient d'emblée annoncé les montants qu'ils prévoyaient de tirer pour financer le déficit du Trésor, à savoir 570 milliards de dinars pour boucler l'exercice écoulé, 1 815 milliards de dinars pour celui en cours et enfin 580 milliards pour 2019. Pour l'année 2020, «le Trésor public ne devrait recourir à aucune forme de financement, en raison du faible déficit devant être enregistré» comme l'avait assuré le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya. Un simple calcul permet de constater que l'Etat a dépassé ses prévisions de quelque 1 200 milliards de dinars. Mais il ne s'agit nullement de dépenses non étudiées puisque la loi relative à la monnaie et au crédit note que ce dispositif est mis en oeuvre pour accompagner la réalisation d'un programme de réformes structurelles économiques et budgétaires devant aboutir à l'issue de la période décidée, notamment au rétablissement des équilibres de la trésorerie de l'Etat et de l'équilibre de la balance des paiements. Il y a lieu de préciser que les premiers titres émis ont servi à couvrir la dette publique interne, et ce, en particulier, les titres de l'Emprunt national pour la croissance levé en 2016, les titres du Trésor émis en contrepartie du rachat de la dette bancaire de Sonelgaz et les titres du Trésor émis au profit de la Sonatrach en compensation du différentiel sur les prix des carburants importés et de l'eau dessalée. Il a aussi été question de permettre au Trésor de doter en ressources le Fonds national d'investissement (FNI), au titre des prises de participation de l'Etat dans des investissements ou de financements à long terme de programmes publics d'investissements. La démesure enregistrée dans le recours au financement non conventionnel a fait l'objet de multiples critiques, notamment celle du Fonds monétaire international (FMI) qui a, dans son dernier rapport, soutenu que les autorités algériennes doivent nécessairement recourir «à un large éventail d'options de financements, notamment l'émission de titres de dette publique au taux du marché, des partenariats publics-privés, des ventes d'actifs et d'emprunts extérieurs pour financer des projets d'investissements bien choisis». L'institution internationale a évoqué un scénario alternatif pour la relance de la croissance en Algérie en suggérant, entre autres, l'arrêt du financement non conventionnel dès cette année. La réponse du gouvernement ne s'est pas fait attendre et le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya a réaffirmé que l'Algérie est un pays «souverain» dans ses choix économiques et financiers non sans préciser que le FMI «veut que l'Algérie aille vers l'emprunt extérieur, mais nous sommes souverains dans notre pays et, en toute objectivité, nous espérons que les résultats du financement non conventionnel seront comme nous l'avons souhaité».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.