Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    Kherrata, une convergence et des messages    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    Le coq d'El-Biar et la diplomate italienne !    FFS : menace sur la cohésion du parti    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    Vers un nouveau choc pétrolier ?    Google développe un économiseur de batterie    Le MWC 2020 sera-t-il déserté, des annulations à cause du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Président légitime, c'est qui, c'est quoi ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 02 - 2019

C'est ainsi. L'Histoire, dit-on, est écrite par les vainqueurs. Le présent, lui, est écrit par les puissants. Ils se la jouent démocrates, égrainent le chapelet des droits de l'omme, mais quand leurs intérêts sont en jeu, ils changent de partition. Quelques exemples sont venus remettre dans l'actualité cette antique évidence.
Macron est-il légitime ? Le premier exemple, c'est le voyage d'Emmanuel Macron en Egypte. Le Président français a beau fustiger le pouvoir autoritaire et antidémocratique du Maréchal Al-Sissi, face aux enjeux commerciaux, les beaux principes ne font pas le poids. Sans doute, Emmanuel Macron pense-t-il s'en tirer à bon compte en attirant l'attention sur la nécessité de respecter les libertés démocratiques dans une déclaration officielle en présence du Maréchal Al-Sissi ? Sans aller jusqu'à relever le peu de respect que lui-même accorde à la liberté de manifester, joyeusement accueillie à coups de flash ball éborgneurs, la simple ambivalence entre la dénonciation d'un régime autoritaire et le fait de commercer avec ce même régime, ventes d'armes notamment, prend la dimension d'une incohérence, voire d'une forfaiture.
Maduro est-il illégitime ? La forfaiture est encore plus grande à l'égard du Président Maduro élu par le peuple vénézuélien. Il n'échappe à personne que le fait de s'inscrire dans le sillage de Chavez, celui de la défense des intérêts des plus démunis contre les appétits de l'Empire, le désigne comme ennemi public numéro 1 de l'Occident. Vu ses positions anti-impérialistes, il se ferait élire à 100% des voix que cela ne suffirait pas à le légitimer.
Il y a quelque chose de presque caricatural à lire la presse occidentale mainstream sur la crise de Caracas. Les «éléments de langage», comme on dit, laissent croire aux gogos que le malaise vient de ce que Maduro serait un dictateur qui s'impose par la force aux Vénézuéliens. Partant de là, ces mêmes gogos avalent le fait que les Etats-Unis de Donald Trump, la première démocratie au monde, comme chacun le sait, docilement suivis par l'Union européenne en tant qu'institution et par les Etats européens, soutiennent Juan Guaido, cette marionnette qui veut prendre le pouvoir par l'insurrection.
Gbagbo. Même si ça n'a rien à voir, ça fait penser au rôle de la France dans le dégommage de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire en 2011. On se souvient que pour mettre Ouattara à sa place, on avait traîné Gbagbo devant le Tribunal pénal international. Le 15 janvier dernier, il était acquitté. La chambre d'appel a décidé qu'il restera en liberté conditionnelle délesté du droit de s'exprimer et de circuler.
Quand on relit les papiers incendiaires de la presse mainstream de l'époque, on est sidéré par l'unanimisme de la condamnation définitive qui était faite à Laurent Gbagbo.
Pareil aujourd'hui pour Maduro. On croirait qu'il y a quelque part un gourou qui fixe les mots par lesquels la presse doit le désigner. Les observateurs relèvent que la situation au Venezuela et dans la région a empiré depuis que la présidence du Brésil est squattée par un militant d'extrême droite. Trump trouve des appuis de proximité. Ce n'est pas un hasard si le Brésil et la Colombie furent parmi les premiers alliés latino-américains des Etats-Unis à reconnaître officiellement, après Donald Trump, Juan Guaido comme «Président par intérim du Venezuela».
Le Venezuela devient la ligne de démarcation. Puisque attaqué et «puni» par les Etats-Unis et leurs alliés européens, notamment par la volonté de l'administration Trump de lui «couper les fonds», Nicolas Maduro, le Président élu, peut compter sur un large front constitué de la Russie, la Chine, Cuba, la Corée du Nord, la Turquie et l'Iran.
Ali Ghediri. Un mot tout de même pour ce phénomène incroyable cristallisé autour de l'annonce de la candidature d'Ali Ghediri. Les réseaux sociaux s'enflamment pour ce général à la retraite de 63 ans, un jeunot parmi les gérontes agrippés au pouvoir. Ancien officier, doté de bagages intellectuels solides, dit-on, il ose défier le système, selon ses termes.
Comme le disait Djamel Zenati dans un article retentissant paru dans El Watan il y a quelques semaines, ceux qui savent ne parlent pas, ce sont ceux qui ne savent pas qui se répandent en bavardages. Je crois que ça s'applique à cette candidature surprise. Ali Ghediri avait commencé par publier son opinion dans les journaux. Dans l'histoire de l'Algérie indépendante, ce n'est pas la première fois qu'un général à la retraite s'exprime publiquement sur la situation politique du pays. Pour pugnace que fut son ton, il n'annonçait pas qu'Ali Ghediri irait plus loin que des simples contributions dans la presse. Et voilà que le candidat messianique avance maintenant dans la lumière, adoubé par différents cercles politiques civils, proches des démocrates, et sans doute par d'anciens militaires moins visibles. Le fait que Tliba le critique est une sorte d'homologation par le pouvoir. On ne tape que sur ceux qui nous font de l'ombre.
L'entrée en lice de Ghediri a enflammé les commentaires autour de la présidentielle. On oublie tout le reste, on ne parle que de lui. On oublie même que, quelles que soient ses qualités et celles de ses soutiens visibles et invisibles, ce n'est pas par une élection — même, miraculeuse — que l'on redresse un pays atteint dans ses fondements les plus profonds et qu'on soigne une société malade de son pouvoir et d'elle-même. Bertholt Brecht disait : «Celui qui se bat n'est pas sûr de gagner. Mais celui qui ne se bat pas a déjà perdu». Mais tout de même, il y a se battre et se battre… Pour qui ? Contre qui ?
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.