Habitat: Installation de Tarek Belaribi au poste de DG de l'AADL    Réunion sur la Libye: rejet de l'ingérence étrangère et insistance sur la prohibition des armes    Entrevue du Président de la République accordée aux médias nationaux    Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    Ce que propose le PAD    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    ConsumerLab d'Ericsson Forte croissance de l'utilisation de l'internet en Algérie    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Dans leur confort lointain, ils pensent !    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Agenda sportif du week-end    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Sensibilisation à la formation professionnelle    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    LA FAUSSE DEFINITION DE LA RENTE    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vivement vendredi prochain
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 03 - 2019

Une fois dispersés les millions d'Algériens qui battent le pavé depuis maintenant un mois, on a parfois l'impression de plonger dans un autre monde que celui que promettait la rue dans tout ce qu'elle a porté comme expressions. Cela a commencé discrètement, à moins que ce ne soit… sournoisement, puis tout semble se préciser dans la dernière semaine. Les réseaux sociaux, qui ont été à l'origine l'outil majeur de la mobilisation populaire avec tout ce que cela avait impliqué comme clarté dans le discours, stratégie de combat et objectifs, se transforment de plus en plus en ateliers à usiner du doute. Comme s'il restait des âmes encore capables d'illusion sur les intentions du pouvoir et sa disponibilité à accéder à la principale revendication populaire qui tient dans… son départ, comme si la marée humaine qui a investi la rue depuis plusieurs semaines à travers tout le pays était convaincue que ça allait être une partie de plaisir, comme si la victoire était facile, certains guettent le moindre geste ou parole de ce même pouvoir pour le présenter comme une preuve sérieuse que… ce n'est pas encore gagné. Ou pire : la révolte populaire serait devenue une entreprise périlleuse, si elle ne relève pas de la mission impossible. Il en a été ainsi des « consultations » de Bedoui pour former son « gouvernement de compétences nationales ». De la « lettre » d'Abdelaziz Bouteflika qui confirme son intention d'aller au bout de sa prolongation de mandat. De Ramtane Lamamra qui se déploie à l'international pour chercher des soutiens après avoir vendu la dernière trouvaille du régime. Et de Lakhdar Brahimi qui dit ce que lui ont demandé de dire ceux qui l'ont appelé mais prétend quand même qu'il n'a été mandaté par personne pour le faire.
Ceci d'un côté. De l'autre, il y a les islamistes. Ils sont invisibles et inaudibles dans la rue mais ils se déploient à la périphérie du pouvoir, au cœur de l'« opposition » et dans leurs conglomérats internationaux chargés de nous « apprendre » qu'ils sont derrière le soulèvement algérien, dont ils ne doivent pas se laisser voler la victoire. Et puis le reste de la classe politique. Pris de court, surpris par l'ampleur de la révolte survenue à un moment où leurs états organiques sont au bout de l'érosion et leurs discours à la limite de l'audibilité, ils ont pris le train de la contestation en marche sans vraiment intégrer le mouvement de masse. A la décharge des uns et des autres, ils ne devaient pas surprendre grand monde. C'est pour ça qu'ils ne sont pas en état de déterminer quelque chose. Même pas inspirer le… doute qui, d'ailleurs, sera encore balayé par les répliques de la rue, qui n'en a pas raté une, jusque-là. Vivement vendredi prochain.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.