3EME JOUR DE GREVE DU PERSONNEL NAVIGANT : À Air Algérie, c'est le pourrissement    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    Constantine dispose de plus de 2 607 km de fibre optique    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Quand un opérateur est ballotté entre le CNI et le ministère    Un an d'assiduité au hirak    Fin de fonctions pour le directeur général du budget    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Viandes rouges : des concertations pour fixer des prix "raisonnables"    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Vu à Aïn Bénian (Alger)    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    Le Hirak en citation directe !    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Maghreb : Pourquoi il faut avoir peur du conflit libyen    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Le ministre de la Communication: Pas de soutien financier à la presse écrite en difficulté    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'imposture face à la ténacité
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 04 - 2019

Vendredi, aux abords de la place Audin. Il est 9 heures du matin et déjà un premier signal. Ça se voyait nettement, les policiers en place ont troqué les attitudes bienveillantes et le sourire des fois précédentes contre un ton ferme et quelques arrogances qui n'annonçaient rien de bon. Ils ont commencé par sommer les passants de rester sur les trottoirs alors qu'ils étaient sur les… trottoirs. L'heure — virtuelle — de la marche était loin et l'affluence encore faible. Sur les hauteurs de la rue Didouche, la masse de véhicules anti-émeute était visiblement plus épaisse et plus « performante ». Sur les visages pourtant, il y avait plus d'inquiétude que d'étonnement. Si la semaine politique préfigurait d'autres tentations au sommet, on a quand même par endroits soufflé le chaud et le froid, ce qui a laissé planer le doute. Un doute aux relents d'espoir, de douce certitude chez beaucoup de monde. « Ils » ne vont quand même pas oser l'affrontement. Ce n'est pas encore le cas mais l'escalade n'est pas loin. On l'a au moins tenté. Si au bout, l'échec a été cuisant, rien n'indique encore qu'ils ne vont pas recommencer. Parce que la rue, elle, va revenir, plus forte, plus déterminée et certainement plus paisible. On ne va pas « leur » offrir les arguments de leurs tentations, ils ne demandent que ça. Maintenant que les Algériens savent que la victoire sera forcément au bout, il s'agit d'y parvenir avec le moins de dégâts, le moins de douleurs possible. Vendredi matin, les premiers manifestants pouvaient se reconnaître autant dans l'apparat que dans la détermination du regard. Ou alors dans l'attention : beaucoup de téléphones étaient collés à des oreilles attentives. Parvenaient déjà des informations pas très rassurantes : toutes les issues vers Alger sont bloquées. Si les barrages avaient cédé devant l'insistance et la détermination les vendredis d'avant, ce n'était pas le cas, cette fois-ci. « Ils » voulaient peut-être que l'escalade commence sur un pan d'autoroute. Ils n'ont pas eu l'escalade mais ils ont empêché des dizaines de milliers d'Algériens de rejoindre le cœur névralgique de la révolution. Des dizaines ou des centaines de milliers, on ne sait plus. La comptabilité devient dérisoire à ce stade de mobilisation. C'est le pays qui est en marche vers la liberté. Même face aux canons à eau qui les arrosaient et aux chasse-neige qui menaçaient de leur marcher dessus, les manifestants n'ont pas reculé, n'ont pas paniqué. Même pas peur ! Ils n'ont pas peur parce qu'ils n'ont pas l'intention de répliquer. Ils ont leurs arguments, les meilleurs, les plus beaux. Non, ils ne sont pas dans les jets de pierres sur les casques des policiers. Les jets de pierres et les policiers blessés montrés en boucle sont une imposture. Une imposture à côté d'une autre. Celle d'un groupe d'islamistes de laboratoire reprenant de vieux et ténébreux slogans au milieu d'une foule qui les ignorait royalement. Ça ne marche pas. L'Algérie, elle, va encore marcher. Tenace, elle ne se contente même plus des vendredis. Parce que les ouvriers du statu quo travaillent tous les jours et le montrent à chaque instant.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.