Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une détermination sans faille
ANNABA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 04 - 2019

A plus de deux mois de son début et marquant son dixième vendredi, le mouvement populaire de protestation à Annaba affiche toujours une détermination sans faille pour arracher son droit à vivre libre sous une véritable démocratie.
Point de ralliement des manifestants, le cours de la Révolution affiche, chaque fin de semaine, plein. Et ce n'est pas la conférence nationale pour des «consultations politiques» à laquelle a appelé le chef de l'Etat par intérim, qui a d'ailleurs été un fiasco total, ni les interpellations de plusieurs oligarques et ex-ministres dont certains ont été incarcérés durant la semaine, qui ont apaisé l'ardeur des protestataires. Leur mobilisation était aussi importante que le premier jour.
Sous les slogans répétés chaque sortie hebdomadaire : «Khaouana irhalou» (traîtres dégagez), «Echaâb el djeïch khawa khawa» (le peuple et l'armée sont frères), « Klitou leblad ya sarrraqine» (vous avez bouffé l'argent du pays bande de voleurs), «Silmiya silmiya» (pacifique), les Annabis, femmes, hommes et enfants de tous âges mais où se distingue la catégorie juvénile, ont envahi, dès le début d'après-midi, par milliers la place emblématique de l'antique Lalla Bouna, drapés comme toujours de l'emblème national et brandissant des pancartes et banderoles exigeant le départ de toutes les figures du système ayant dépouillé le pays. Des familles de harragas disparus ont déployé une large banderole sur laquelle on pouvait lire : «Harragas, si l'Etat vous a abandonnés, vos parents ne vous lâcheront jamais», en réponse à la récente déclaration de l'ambassadeur d'Algérie à Tunis affirmant qu'aucun jeune Algérien ne se trouve en prison en Tunisie.
«Le peuple veut un changement profond et pas seulement quelques réformettes. Tant que ceux qui ont mené notre Algérie vers l'abîme notamment les chefs de file Saïd Bouteflika, Ahmed Ouyahia, Sidhoum Saïd, Bouchareb et autres ne sont pas inquiétés, le Hirak se poursuivra sans relâche», tonnera Rafik, un jeune diplômé et toujours au chômage, après quatre ans de la fin de ses études universitaires.
Le caractère pacifique de la marche est toujours respecté par une foule nombreuse qui manifeste, cependant, une certaine impatience de voir le processus engagé pour nettoyer les écuries d'Augias s'accélérer. «Ngal3oukom min 3rougkoum» (nous vous déracinerons), lancent des jeunes à l'adresse des résidus du système. Au milieu d'un groupe d'hommes qui prêtait une oreille attentive à son discours, une femme d'un certain âge et niveau culturel appelait le peuple à préserver son unité et ne pas écouter les oiseaux de mauvais augure qui tentent de le diviser. «Quelle que soit votre appartenance politique ou idéologique, unissez-vous pour barrer la route aux ennemis de l'intérieur et de l'extérieur dont le but recherché est d'avorter le Hirak», insistera-t-elle.
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.