Habitat: Attribution de 1.330 unités de logement "AADL" et "LPP"    Le capital du Groupe Télécom Algérie triplé    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    Real Madrid: le verdict tombe pour Hazard    Opep-Non Opep : Arkab participe à la 17ème réunion du JMMC à Vienne    Tottenham: Mourinho voit grand pour Alli    Colère et indignation des Algériens    «L'Etat fera face à toute tentative d'entraver les élections»    Marche contre l'ingérence européenne    «J'ai fait une campagne propre»    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    7 responsables de Sonelgaz de Tipasa sous mandat de dépôt    Imposante marche des syndicats autonomes à Tizi Ouzou    Le Raja pour le vainqueur MCA-Forces aériennes    L'inévitable saignée ?    Deux médailles d'or et une en argent pour les Algériens    Mahrez, Bennacer et Belaïli retenus dans la liste finale    54 appareils distribués aux handicapés    Le transport scolaire fait défaut    4 300 fuites d'eau colmatées depuis janvier    ACTUCULT    "Muhend U Yehya est un artiste profondément universel"    À quoi ressemble le paradis dans la tête d'un musulman !?    La pièce "GPS" retenue en compétition    Accidents de la route: 15 morts et 310 blessés en une semaine en zones urbaines    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Souk Naâmane (Oum El Bouaghi) : Démantèlement d'un réseau international de trafic de voitures    Bouira: Campagne de sensibilisation sur la drogue    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Tébessa: Détournement de fonds dans une société, un cadre sous contrôle judiciaire    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Henry Kissinger Ex-secrétaire d'Etat américain Les Etats-Unis et la Chine devraient régler leurs désaccords pour le bien de l'avenir du monde    Zimbabwe : La fortune de Robert Mugabe dévoilée par le gouvernement    Déficit de la balance commerciale Une situation économique et sociale préoccupante    Sécurité alimentaire Une priorité pour sortir de la crise    Chine : Hausse de l'IDA du secteur manufacturier en novembre    Bourse : Le Nikkei à Tokyo finit en baisse de 0,64%    Belaïd plaide pour "l'équilibre régional dans le développement"    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    "Chronologie de l'Histoire de l'Algérie" le 7 décembre à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Ghediri écroué
Il ETAIT CANDIDAT POUR EL-MOURADIA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 06 - 2019

Il s'était mis en route vers El-Mouradia, visant la construction d'une seconde République, mais le chemin emprunté l'a conduit en prison : Ali Ghediri, candidat à la présidentielle de 2019, a été inculpé pour des charges très lourdes et placé sous mandat de dépôt ce jeudi.
Tout a commencé mercredi soir, fin d'une journée peu ordinaire durant laquelle a été prononcée l'incarcération d'Ahmed Ouyahia très impopulaire Premier ministre accusé de s'être livré des années durant à des passe-droits et d'avoir dilapidé les deniers publics à son avantage et celui des hommes d'affaires qui se sont greffés à la mamelle offerte par le régime mis en place par Bouteflika. Ali Ghediri n'a pas la réputation d'en faire partie, mais son nom circule dans une bande rouge frappée d'un urgent au bas des écrans de télévision et sur les réseaux sociaux. Celui-ci, dit-on, a été arrêté à son domicile par une équipe des services de sécurité et conduit à leurs locaux. L'information est officiellement confirmée à 22h50 sur son compte facebook. Un communiqué précise que l'interpellation a eu lieu aux alentours de 19h et que tous en ignoraient pour le moment les raisons. Quelques heures plus tard, deux autres communiqués suivent, confirmant que l'ancien candidat avait été relâché vers 2 h du matin avant d'être à nouveau convoqué par les services de sécurité qui l'ont écouté avant de le présenter devant le juge d'instruction du tribunal de Dar el-Beïda. Jeudi soir, à 21 h 45, on annonce officiellement sa mise sous mandat de dépôt. Les chefs d'inculpation sont graves. Ali Ghediri est poursuivi pour «participation à un projet visant à porter atteinte au moral de l'armée dans le but d'affaiblir la défense nationale et participation à la fourniture d'informations portant atteinte à l'économie nationale à des agents de pays étrangers». Selon les explications fournies par des avocats, le prévenu encourt de lourdes peines pouvant aller jusqu'à la peine extrême.
Jusqu'à hier, son arrestation n'avait entraîné aucune réaction. Elle semble plutôt comptabilisée dans le lot des évènements qui s'accélèrent de manière très évidente depuis quelques jours. Les principaux faits sont liés à la lutte anti-corruption qui s'est accélérée et qui a entraîné des arrestations spectaculaires. Une autre grosse affaire, dite de «complot contre l'Etat et atteinte à l'autorité militaire», est en attente au tribunal de Blida qui doit se pencher incessamment sur le dossier de fond des généraux Toufik, Tartag, de Saïd Bouteflika et de Louisa Hanoune, poursuivie pour les mêmes raisons. Les informations disponibles n'inscrivent cependant Ali Ghediri dans aucun de ces deux cas de figure. L'homme s'est taillé la réputation d'opposant farouche au cinquième mandat et au régime en place puisque, affirmait-il, son objectif était de contribuer à la mise en place d'une seconde République et que pour ce, il s'était décidé à s'engager dans la course à la présidentielle. Il faut aussi rappeler que Ghediri s'était attiré une sévère mise en garde du chef d'état-major après la publication d'une lettre parue dans le quotidien El Watan. Dans cette dernière, il demandait notamment à Gaïd Salah «d'assumer ses responsabilités historiques et d'empêcher le cinquième mandat». La réponse était très forte, et Ghediri accusé, sans être nommé, de nourrir des «ambitions démesurées» et ces analyses qualifiées «d'affabulations et d'acharnement contre l'institution qui les a vu grandir». Le chef d'état-major avait également laissé profiler la menace de recourir à la justice sur la base du devoir de réserve qui frappe les anciens officiers de l'ANP. La menace ne s'est jamais concrétisée, mais Ghediri s'est vu quelque temps après carrément interdit de se rendre à l'enterrement de l'ancien général major Guenaïzia où tous les officiels s'étaient rendus. Les policiers qui lui barraient la route lui ont fait savoir qu'il était indésirable au cimetière. Depuis, la pression semblait retombée. Ali Ghediri n'a pas fait marche arrière, il restait en campagne, prêt à s'engager dans une nouvelle course vers la présidence de la République…
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.