En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    L'Alliance présidentielle décapitée    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    La présidence dit oui    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    La cérémonie en Egypte    Pas de représentant algérien à la CAF    Les syndicats ne cachent pas leur colère    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une conférence nationale en septembre
Vente de médicaments psychotropes par les pharmacies
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 06 - 2019

Vendre des médicaments psychotropes et stupéfiants est devenu une source d'inquiétude et de désagréments pour les pharmaciens d'officine qui font face à de nombreuses agressions par des délinquants et, quelque fois, à des condamnations par la justice.
Une situation paradoxale qui nécessite des réponses institutionnelles rapides selon le Syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo) qui appelle à une conférence nationale qui réunira plusieurs partenaires institutionnels (justice et services de sécurité) et des professionnels du monde médical.
Cette rencontre qui se tiendra en septembre prochain sera l'occasion pour les différents intervenants d'apporter les solutions pratiques à même d'apporter des correctifs à la réglementation en vigueur qui garantirait aux pharmaciens l'exercice de leur fonction en dehors de toute inquiétude d'une application tatillonne de la loi et de les protéger contre les actes de violence émanant de personnes dépendantes aux psychotropes.
C'est ce qu'a annoncé le président du Snapo, M. Belambri, lors de la journée d'informations sur les aspects juridiques et réglementaires de détention et de dispensation des médicaments psychotropes par les pharmacies d'officine qui s'est tenu hier à Tizi Ouzou, en présence de nombreux pharmaciens qui ont fait part de la situation problématique et périlleuse qu'ils vivent et se disent victimes de l'insécurité et du vide juridique dû à la non-actualisation des textes relatifs à la vente de médicaments psychotropes.
«Une liste de 120 médicaments classés comme psychotropes et stupéfiants est non opposable devant les juridictions car non encore publiée au Journal officiel», déplore Messaoud Belambri qui appelle à une adaptation urgente de la réglementation pour mettre fin aux anomalies et aux incongruités juridiques pénalisantes et non sécurisantes pour le pharmacien d'officine.
S.A.M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.