La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Alliance présidentielle décapitée
AMAR GHOUL SOUS MANDAT DE DEPÔT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 07 - 2019

Amar Ghoul a passé son premier week-end en prison. L'ancien ministre des Transports et responsable du parti politique TAJ est «tombé» dans l'affaire Ali Haddad.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Amar Ghoul était le dernier membre de l'Alliance présidentielle, qui s'était construite autour de Abdelaziz Bouteflika, à jouir encore de sa liberté, mais le magistrat en charge de son dossier auprès de la Cour suprême y a mis fin, jeudi matin, après l'avoir entendu quelques heures dans le dossier de l'homme d'affaires Ali Haddad. Entré vers 9h30 au sein de l'institution, il en est ressorti vers 12h 45 dans un fourgon cellulaire chargé de le transporter à la prison d'El-Harrach. De nombreux journalistes et caméramans de télévisions privées attendaient à l'extérieur pour filmer la scène. Le passage de Amar Ghoul devant la justice était, il faut le dire, une étape très attendue dans le processus judiciaire enclenché dans le cadre de la lutte anti-corruption, puisque le concerné figure parmi les noms connus ayant eu à traiter avec les oligarques ayant bâti leur empire durant l'ère Bouteflika. Son nom est notamment lié au scandale de l'autoroute Est-Ouest, mais c'est donc pour une tout autre raison que l'ancien ministre des Transports a été incarcéré. Dans un communiqué publié par la Cour suprême, les griefs retenus à son encontre sont au nombre de cinq : octroi d'indus avantages durant la conclusion de contrats irréguliers, abus de fonction, dilapidation de deniers publics, conflit d'intérêts et corruption lors de passations de marchés irréguliers.
Amar Ghoul faisait partie de ces personnalités intouchables. Quelques années auparavant, de hauts responsables des services de sécurité s'étaient plaints d'avoir établi de nombreux rapports à son encontre, mais ces derniers n'ont jamais trouvé écho. Il n'était, cependant, pas le seul ancien haut responsable à comparaître ce jeudi devant la Cour suprême et dans le même dossier. Deux anciens walis, celui de Skikda et d'Alger, ont été, eux aussi, auditionnés mais placés sous contrôle judiciaire. Ben Hocine Fawzi et Abdelkader Zoukh sont, également, sous le coup de chefs d'inculpation identiques à ceux retenus contre l'ancien ministre des Transports : corruption, dilapidation de deniers publics, abus de fonction, passations de contrats irréguliers et octroi d'indus avantages.
L'ex-wali de Skikda se trouve ainsi sous contrôle judiciaire, et il lui a été ordonné de remettre à la justice ses documents de voyage et la même décision a été prise contre Abdelkader Zoukh qui, lui, en est, cependant, à sa seconde mise sous contrôle judiciaire. Les deux ex-walis sont, désormais, sous l'obligation de se présenter, une fois par mois, pour signer un procès-verbal devant le procureur de la République de la Cour suprême. Il faut savoir, enfin, que la condamnation de Amar Ghoul porte à six le nombre de ministres détenus à la prison d'El-Harrach pour corruption. Amara Benyounès, Youscef Yousfi et Bedda Mahdjoub ont été placés sous mandat de dépôt dans le cadre des dossiers liés aux hommes d'affaires Haddad, Tahkout et Arbaoui. Djamel Ould Abbès et Saïd Barkat ont été, quant à eux, placés en détention pour des faits liés à une mauvaise gestion. Deux anciens Premiers ministres ont été, bien avant, écroués à El-Harrach. Mais ce que l'on remarque le plus est que l'incarcération de Amar Ghoul signe la décapitation totale de tout le groupe qui s'était mis en place pour, disaient-ils, faire rempart autour de Abdelaziz Bouteflika. Les éléments que fournit aujourd'hui la justice démontrent que c'est en grande partie sur cette équipe que les hommes d'affaires les plus puissants se sont appuyés pour étendre leurs affaires.
Le patron d'Ival et son frère incarcérés
Et ce jeudi, à l'heure où Amar Ghoul comparaissait à la Cour suprême, le tribunal de Sidi-M'hamed auditionnait, de son côté, pas moins de quatorze personnes dans le dossier du patron d'Ival. Mohamed Baïri, très connu pour sa proximité avec Haddad, a été placé sous mandat de dépôt. Au lendemain de la chute de Bouteflika, son nom figurait sur la liste de personnalités frappées d'ISTN (interdiction de sortie du territoire national). Contacté par la presse, ce dernier se disait «serein» et «sans reproches».
Après étude des faits, le procureur du tribunal de Sidi-M'hamed a également pris la décision de mettre sous mandat de dépôt son frère, son associé ainsi que huit autres personnes. Dans un communiqué, la même instance informe que les faits concernent des «soupçons de blanchiment d'argent, de transferts de biens résultants de la corruption, dilapidation et utilisation des fonds de banques de manière contraire à la législation, incitation de fonctionnaires publics à abuser de leur fonction, financement occulte de partis politiques, et bénéfice de l'autorité et de l'influence d'agents de l'Etat».
De ce point de vue, le communiqué de la justice prend l'aspect de véritables révélations puisqu'il met à nu les pratiques incroyables de cet homme d'affaires. Mohamed Baïri, nous dit en somme la même source, fait partie de ces personnalités qui tentaient, jusqu'à peu, de faire fuir leurs capitaux, des sommes colossales, acquises frauduleusement et fruit de cette corruption qui gangrenait le système. La justice ne fournit pas de détails, mais elle évoque explicitement la pratique de «blanchiment d'argent», et tout cet argent, issu de la corruption ou autre, contribuait, en partie, au financement de partis politiques, nous dit-elle, tout en informant l'opinion que cet homme d'affaires, comme beaucoup d'autres du reste, se servait de sa position pour faire pression sur des fonctionnaires…
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.