Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Nekkaz demande à Zeghmati de le remettre en liberté    RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR l'ALGERIE : Le tiers présidentiel au Sénat dénonce    C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI LE DIT : Pas de bureaux de change en Algérie    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    EDUCATION NATIONALE : 50 000 DA pour le personnel touché par le Covid    ORAN : Démolition de cabanons à la plage Calypso d'Ain Feranine    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Pétrole : le Brut de l'Opep à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l'Opep+    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    Des parlementaires britanniques interpellent leur gouvernement sur la répression marocaine au Sahara occidental    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    Trois terroristes abattus à Jijel    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    L'AADL met en demeure le groupe Aceg-Chine    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Le gouvernement Castex contredit Macron    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    Tesla rappelle 870 voitures en Chine    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    Combat «Don quichotien» ?    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Indifférence aux prix    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le J'accuse de Polanski divise à la Mostra de Venise
Film
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 09 - 2019

Le J'accuse de Roman Polanski sur l'affaire Dreyfus a suscité de premières réactions contrastées vendredi soir à la Mostra de Venise, des critiques saluant les qualités de l'œuvre tandis que certains s'interrogent sur le parallèle dressé par le cinéaste entre le film et sa vie, en pleine polémique sur sa sélection.
Le réalisateur franco-polonais de 86 ans, toujours poursuivi par la justice américaine pour le viol en 1977 d'une adolescente, n'est pas apparu pour présenter son film dans la soirée sur le tapis rouge de la Mostra.
Sa femme Emmanuelle Seigner, qui joue dans J'accuse, était là en revanche aux côtés de ses partenaires du film : l'oscarisé Jean Dujardin, qui joue le lieutenant-colonel Georges Picquart, le personnage principal du film, et Louis Garrel, qui incarne Alfred Dreyfus, tous deux se pliant à l'exercice des photos et des autographes.
Thriller sur fond d'espionnage, J'accuse fait partie des 21 films en compétition pour le Lion d'or. Il raconte l'affaire Dreyfus, un scandale majeur de la IIIe République (1894-1906), du point de vue du lieutenant-colonel Georges Picquart qui avait réhabilité le capitaine injustement condamné, incarné avec intensité par un Jean Dujardin sobre et convaincant.
Les premières critiques ont plutôt salué les qualités cinématographiques du film : le Figaro a jugé Jean Dujardin «audacieux et nuancé» , le journal britannique The Guardian a qualifié le film de «beau et engageant», le magazine américain spécialisé Variety l'a trouvé «agencé de façon grandiose», et le britannique Screen l'a trouvé «sobre» et «méticuleux» et Jean Dujardin «excellent».
Pour The Hollywood Reporter, en revanche, le long-métrage est «méticuleux» mais «le résultat manque bizarrement d'émotion», tandis que plusieurs critiques ont exprimé des réserves quant au sous-texte du film, Roman Polanski voyant dans cette histoire un écho à la sienne.
«Le cinéaste controversé peut-il faire des parallèles entre sa situation personnelle et ce compte-rendu solide de l'affaire Dreyfus» ?, s'interroge le Guardian, tandis que, au-delà de ses qualités de cinéma, le Figaro voit dans J'accuse un «film à thèse».
Pour Variety également, il «manque quelque chose au film, peut-être parce que le réalisateur pense que c'est sur lui», le journal jugeant «obscène» le parallèle dressé par Roman Polanski entre sa situation et l'histoire de Dreyfus, «un homme innocent».
«Tribunal moral»
Roman Polanski a dit à plusieurs reprises qu'il voyait dans cette affaire un écho à sa propre histoire, s'estimant «harcelé» et «persécuté».
Des propos qu'il réitère dans le dossier de presse. «Je connais bon nombre de mécanismes de persécution qui sont à l'œuvre dans ce film et cela m'a évidemment inspiré», dit-il.
Interrogée vendredi après-midi devant les journalistes sur «ce sentiment de persécution» ressenti par Roman Polanski, qui se retrouve dans ses films, Emmanuelle Seigner s'est contentée de dire qu'il était «assez simple de le comprendre». «Il suffit de voir sa vie», a-t-elle ajouté.
Le producteur italien Luca Barbareschi avait pris soin au début de cette conférence de presse d'appeler à laisser «derrière nous toute polémique» pour se concentrer sur le film. «Ici, ce n'est pas un tribunal moral», avait-il ajouté.
La présence de J'accuse en lice pour le Lion d'or a suscité ces dernières semaines de vives critiques de la part des féministes.
La présidente du jury Lucrecia Martel avait elle-même confié être «très gênée» par la sélection du film et fait savoir qu'elle «n'assisterait pas» à la soirée officielle. Elle était ensuite revenue sur ses propos, disant n'être «en aucune façon opposée» à sa présence en compétition.
Dans le sillage de îMeToo, le réalisateur s'attire depuis plusieurs années les foudres des féministes, qui n'acceptent pas que ses films continuent à être montrés dans des festivals, tandis que l'Académie des Oscars a décidé de l'exclure l'an dernier.
Roman Polanski avait plaidé coupable en 1977 de détournement de mineure pour avoir eu des relations sexuelles illégales avec Samantha Geimer, alors âgée de 13 ans.
Il a fui les Etats-Unis à la suite d'un changement de position du juge, qui risquait de le condamner à une peine plus lourde que prévue. Les procureurs américains cherchent toujours à le faire revenir dans ce pays pour qu'il y reçoive sa sentence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.