Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Une opportunité de relance économique du secteur    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Boukaroum exclu de l'AG    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et maintenant ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2019

Il y en a qui se saignent pour payer des passeurs sans foi ni loi et empruntent des embarcations meurtrières, à coups de devises, pour fuir le pays, parce qu'ils n'en peuvent plus de rêver en vain. Ceux-là reviennent depuis peu dans certains articles de presse qui attirent l'attention sur ce retour au désespoir qui poussait nos jeunes à renoncer.
Des jeunes, des moins jeunes, des cadres, des hommes, des femmes et des enfants qui n'ont aucune certitude que les choses finiront par changer à leur profit en Algérie. Et il y a ceux qui, parce qu'ils y croient dur comme fer et n'en démordent pas, chantent leur désobéissance à ceux qui ont mis la capitale sous embargo. Ceux-là, au contraire, embarquent dans le sens inverse pour rejoindre Alger la blanche dont l'accès leur a été interdit par le haut commandement militaire et faire valoir leur droit de circuler librement dans leur pays. Un droit consacré par une Constitution dont on se rappelle du contenu quand il arrange certains desseins et méprise tout ce qui y protège les droits du citoyen.
Les flics ne pouvant pas boucler toutes les issues, ils sautent des barques mises au service de la cause et courent rejoindre celles et ceux qui déboulent de tous les quartiers d'Alger pour se fondre dans les marches aux points de rencontre habituels. Et maintenant ? Même si on peine à croire qu'il y aura prochainement un nième discours et que l'on a du mal à deviner où le pouvoir puisera l'inspiration et contre qui il sévira, on ne peut pas faire comme si l'affaire était bouclée.
Il faut être naïf pour croire que ceux qui, en haut lieu, affirment agir pour le bien du pays, ont enfin compris que l'on ne peut pas continuer à ignorer les revendications d'une majorité d'Algériens. Quels seront, par conséquent, les prochains arguments qui viendront s'opposer à la volonté populaire ? Est-il possible de continuer à regarder ailleurs et à faire obstacle à une rue impressionnante par sa vitalité et déterminée à défier toute intention autoritaire ? Mue par la certitude que rien ne pourra plus la faire reculer, cette dernière évolue fermement vers le destin qu'elle se construit en résistant à la répression.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.