Présidentielle : les candidats promettent l'ouverture de l'économie et la relance du développement dans le Sud    GAID SALAH AFFIRME : ‘'Les ennemis d'hier ne digèrent pas l'indépendance de l'Algérie''    POUR PRESERVER LA STABILITE DE L'ALGERIE : Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne    A PARTIR DU 1er JANVIER 2020 : Les Algériens paieront 15000 DA pour un visa Schengen    TENTATIVE DE RALLIEMENT AUX GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Arrestation de 6 individus à Mostaganem, Relizane et Tamanrasset    Mascara : Rejet «catégorique» des élections    CAN-2020 : l'Algérie débutera face à la Zambie    Le 40e vendredi en images    LES CREANCES S'ELEVENT A 97 MILLIARDS DE CENTIMES : La Sonelgaz menace à Tiaret    APC DE BENI SAF (AIN TEMOUCHENT) : Les élus contre le retour du secrétaire général    MAOUSSA (MASCARA) : Où sont passés les services chargés du suivi ?    Tottenham: Mourinho veut Ibrahimovic !    Real Madrid: ça discute prolongation pour Benzema    Tottenham : Le message d'adieux de Pochettino (Photo)    41e Festival international du cinéma du Caire : deux films algériens en compétition    Les manifestants en masse pour le 40e vendredi à Alger    Vo Vietnam: la Fédération algérienne passe sous l'égide de la World Federation    Algérie Télécom lance une nouvelle application mobile ''E-Paiement espace client''    Mondiaux de para-athlétisme: Bernaoui encense la sélection algérienne auréolée de 16 médailles    Séisme de trois degrés dans la wilaya de Guelma    Toutes les options seront examinées lors du Congrès du Polisario y compris la lutte armée    Les syndromes coronaires aigus, 1ère cause de mortalité en Algérie    La campagne électorale se déroule dans le calme et la sérénité la plus totale    Le Conseil de la nation prend part à l'Eucoco en Espagne    Décès du chanteur chaâbi Cheikh Liamine    Concours "Hult prize": trois projets d'étudiants de Tlemcen choisis    Algérie-EAU: les voies de développement des relations bilatérales évoquées    Eucoco/Sahara occidental: plus de 500 personnes prennent part aux travaux de la Conférence    Wilaya d'Alger: signature de marchés pour le raccordement au réseau de gaz et d'électricité    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    La Palestine refuse toute médiation américaine    Tractations tous azimuts pour la formation du gouvernement    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Rencontre Bensalah - Bedoui    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    Sahara occidental : 15 e Congrès du Polisario : conférences préparatoires au niveau de l'Armée sahraouie    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Libanais crient liberté, révolution
Manifestations populaires dans les principales villes du pays
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 10 - 2019

En ce quatrième jour, ce dimanche 20 octobre, les manifestations anti-pouvoir au pays du Cèdre ne désarment pas, bien au contraire. En masse, les habitants de tout le pays et notamment Beyrouth, Tripoli, Tyr et Baalbek, sortent solidaires et unis dans un même objectif : faire tomber le gouvernement actuel accusé d'incurie face à la crise économique et sociale rampante.
Les Libanais accusent leurs dirigeants de corruption et affairisme au détriment de larges pans de la population qui souffre de la cherté de la vie. L'élément déclencheur inattendu de ce Hirak libanais est le projet de taxe (vite retiré) sur les appels WhatsApp, le retard dans l'adoption du budget 2020 et les réformes structurelles. Mais les dons de 11,6 milliards de dollars promis pour cela ne sont pas venus. De ce fait, la perle de l'Orient se retrouve dans une situation critique avec une dette publique de 86 milliards de dollars, soit 150% du PIB qui la classe au même rang que la Grèce.
Bien sûr le gouvernement n'a rien vu venir tant le mouvement est grandiose, puissant qui a pour conséquence immédiate le retrait de la coalition gouvernementale des ministres de Saad Hariri sur son injonction et celui du sulfureux Samir Geagea (Force libanaise-FL) que son alliance avec l'Etat d'Israël lors de la guerre civile a mis au-devant de la scène politique du Proche-Orient.
Cette forte contestation populaire contre le pouvoir et la classe politique en général aura ainsi pris au dépourvu les dirigeants de ce pays qui ne s'y attendaient pas. Ayant échappé au cycle des « printemps arabes », la perle de l'Orient veut en découdre avec une situation vécue au plan économique et social intenable. Force est de constater, cependant, que si le Liban a réussi à exorciser ses démons du confessionnalisme, une autre avancée est à inscrire à son actif dans la mesure où le mouvement populaire rassemble toutes les catégories du peuple libanais.
Cette fièvre de la contestation est suivie de la grève générale dans le secteur public, la fermeture des banques, des écoles et des universités. Plus que cela, des routes reliant plusieurs villes importantes sont bloquées.
Même si des heurts avec les forces de l'ordre sont signalés, le mouvement de contestation reste pacifique. « Révolution, révolution », scandent les manifestants. Tous dans la rue. Les arrestations par dizaines n'ont pas découragé les manifestants dans ce mouvement que beaucoup d'observateurs considèrent comme inédit depuis des décennies.
Les échos des manifestations parviennent au-delà des frontières de ce petit pays à l'histoire séculaire. La diaspora libanaise nombreuse dans le monde – c'est la caractéristique du peuple libanais très bien rappelée par l'illustre écrivain Amin Maalouf dans son succulent ouvrage Identités meurtrières.
Ils sont sortis à New York comme à Paris et certainement en Australie et dans les pays de l'Amérique latine.
Ce pays de 6 millions d'habitants peut donc compter sur ses expatriés exilés ou volontaires pour accompagner et soutenir le mouvement populaire.
Par ailleurs, une infime minorité d'oligarques s'accapare les richesses du pays. Que faut-il alors retenir de ce soulèvement populaire au pays de Fayrouz, Majda Roumi et autre Marcel Khalifa ? A tout le moins ses maigres potentialités économiques font du Liban d'aujourd'hui le centre d'enjeux politiques et stratégiques qui le dépassent.
Vassal politique de l'Arabie Saoudite et largement dépendant des bonnes faveurs des monarchies du Golfe pour quelques subsides financiers pour boucler son budget annuel, le Liban continue à être le maillon faible dans une région de confrontation permanente avec l'Etat sioniste et l'otage des compromissions des dirigeants de cette région proche-orientale. Les données auraient été autres après une guerre civile destructrice de 15 ans au vu des promesses occidentales d'aide à la reconstruction du pays et notamment de la France qui entend garder un rôle de premier plan dans ce pays qui fut, un temps, sous sa tutelle en vertu d'un mandat onusien.
Les ravages du meurtrier conflit interconfessionnel ont fait que Beyrouth, la destination privilégiée des nuits blanches, a perdu définitivement son statut de capitale d'affaires diverses ou de simple villégiature au profit de Dubaï ou Doha ! Les Libanais en ont aujourd'hui conscience ; ils veulent replacer leur pays dans le peloton des destinations attractives. Mais il faut aussi admettre que le petit Liban est intimement impliqué dans les intrigues politiques des pays arabes de la région, les tensions dans ses territoires du Sud.
Les luttes d'influence en matière géostratégique ne sont pas en reste. Corruption, incurie, désir de liberté et de vie décente en ce début du 21e siècle sont-ils la fatale marque de fabrique des régimes arabes dans un monde en pleine métamorphose ? C'est sans compter sur la vitalité des peuples arabes dont les nouvelles générations instruites, ouvertes sur le monde, rejettent les modes et schémas de pensées des dirigeants actuels… qui appartiennent à un passé révolu…
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.