Investissement: mettre en place un système juridique stable et en finir avec l'influence des lobbies    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    PROCESSUS DE PAIX EN LIBYE : L'Algérie s'emploie à convaincre les belligérants    OUVERTURE DE REPRESENTATIONS CONSULAIRES A LAAYOUNE : L'Algérie recadre sévèrement la Guinée et le Gabon    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    TIGDITT (MOSTAGANEM) : Les parents d'élèves demandent la réhabilitation de l'école ‘'Benkhedda''    Interdiction du téléphone et des rassemblements dans les hôpitaux    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Drame routier à El-Oued: les ministres de l'Intérieur et de la Santé au chevet des blessés    Le Real fixe une condition pour le départ de James Rodriguez    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Une mosquée, et le tour est joué !    Les producteurs de pomme de terre ferment la RN5 et l'autoroute    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    15 militants devant le juge ce matin    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Cinq civils tués dans un présumé raid aérien russe    Les banques ciblées par les protestataires    Tebboune revoit le protocole officiel    Sahel-Algérie : le brasier méridional    Non, le Hirak n'a pas échoué !    «Tous les détenus politiques doivent être libérés»    Six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    Maya    À tout jamais…    Le PAD appelle à une adhésion massive    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    La Cnas de Relizane passe à l'offensive    Le saviez-vous… ?    ACTUCULT    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Vibrant hommage à Didouche Mourad    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    Alger-Paris en continuel aller-retour    L'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal-classés à Magra    Sept Algériens visent les minimas des JO-2020 et des championnats d'Afrique    Protection civile : Le nombre d'interventions en «léger» recul    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    Biens waqfs mis au profit de la science    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    Santé, agriculture et tourisme: Des investisseurs étrangers intéressés par le marché algérien    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le père du «low cost» s'en va
Décès de Gérard Detourbet
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 12 - 2019

Son nom n'est pas familier du grand public. Pourtant, Gérard Detourbet a transformé l'automobile contemporaine.
Il est l'inventeur du concept de voiture «low cost» et a permis à Dacia, constructeur inconnu dans le monde il y a quinze ans, d'occuper une bonne place sur les différents marchés où elle est commercialisée.
Peu passionné par l'automobile, mathématicien de formation, Gérard Detourbet est rentré chez Renault en 1971, au service informatique. Son franc-parler et son esprit cartésien lui permettent de rapidement progresser au sein de la Régie : on le retrouve au service logistique, puis à la prospective économique. Au début des années 1980, il pilote la partie «carrosserie» de la Renault 25, puis travaille au bureau des méthodes, chargé d'améliorer la productivité des usines.
Mais c'est un passage par le placard qui lui permettra d'accomplir son œuvre majeure. En 1997, il est nommé directeur de la mécanique de Renault. Ses coups de sang agacent les pontes de Boulogne-Billancourt, racontait L'Expansion dans un portrait réalisé en 2015. Louis Schweizer, alors patron de Renault, désavoue Detourbet.
A la même époque, Renault prend le contrôle de Dacia. Fondée en 1968 sous la dictature de Nicolae Ceaușescu, la marque roumaine vend encore sa 1300, fabriquée sous licence sur base de R12. Louis Schweitzer entend utiliser la marque pour conquérir les marchés émergents encore peu équipés avec une voiture simple et robuste. La direction du losange accepte d'envoyer Gérard Detourbet sur place.
A la direction, personne ne se bouscule pour se rendre au chevet de la marque.
A Pitesti (Roumanie), l'homme découvre une usine obsolète, à la productivité dramatique. La main-d'œuvre a subi les privatisations des années 1980 et la difficile transition vers le capitalisme pendant la décennie suivante. Gérard Detourbet est chargé de moderniser les lignes et de plancher sur le projet X90, qui deviendra la Dacia Logan. L'engin doit être fiable, résister aux routes encore difficiles de Roumanie, transporter une famille et coûter le moins cher possible. Ce faisant, il pose les jalons du «low cost».
La recette ? Utiliser des pièces éprouvées (et rentabilisées) sur d'autres modèles, emboutir de vastes panneaux de carrosserie, limiter au maximum les différences entre les véhicules, trouver de nouveaux fournisseurs.
La méthode ? Le design to cost. Detourbet vise un prix à la sortie de l'usine puis chiffre tous les coûts nécessaires à la fabrication au plus juste. Il demande sans cesse à ses collaborateurs de calculer le prix de chaque élément. Commercialisée en septembre 2004, la Dacia Logan est immédiatement un best-seller en Roumanie. Gérard Detourbet convainc le tandem Louis Schweitzer-Carlos Ghosn de commercialiser le modèle en France et dans d'autres regions du monde à partir de l'année suivante. Sur le catalogue, le prix est inférieur à 8 000 euros. Le succès donne naissance aux projets Sandero et Duster — que Detourbet pilote.
Ces modèles sont les deux succès commerciaux majeurs de Dacia. Aujourd'hui, plus de 700 000 voitures portant le logo de la marque sont immatriculés dans le monde chaque année.
En 2012, Detouebet est envoyé en Inde par Carlos Ghosn pour superviser le projet Kwid. Cette citadine fabriquée à Chennai et Curitiba est commercialisée sur les marchés émergents depuis 2014, pour un tarif d'entrée de gamme proche de 3 500 euros.
Une version plus moderne de la Kwid — nommée K-ZE et bâtie sur une plate-forme adaptée — sera commercialisée d'ici deux ans en Europe après son lancement en Chine cette année. La promesse ? Permettre à Dacia d'offrir la voiture électrique la moins chère du marché, autour de 15 000 euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.