Report du procès en appel au 31 janvier    Les messages de Chanegriha    Le dossier de Ali Ghediri pas encore examiné par la chambre d'accusation    Policiers révoqués durant la Décennie Noire : «Nous réclamons notre réintégration»    Les licenciés en droit réclament l'ouverture du concours au CAPA    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Dépôt en ligne des certificats d'arrêt de travail    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Défaite de l'Algérie face à l'Islande    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Arrestation de 2 personnes en possession de 263 700 euros en faux billets à Amizour    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Que se passe-t-il si vous mangez 4 amandes par jour ?    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Situation politique et questions régionales au menu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le père du «low cost» s'en va
Décès de Gérard Detourbet
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 12 - 2019

Son nom n'est pas familier du grand public. Pourtant, Gérard Detourbet a transformé l'automobile contemporaine.
Il est l'inventeur du concept de voiture «low cost» et a permis à Dacia, constructeur inconnu dans le monde il y a quinze ans, d'occuper une bonne place sur les différents marchés où elle est commercialisée.
Peu passionné par l'automobile, mathématicien de formation, Gérard Detourbet est rentré chez Renault en 1971, au service informatique. Son franc-parler et son esprit cartésien lui permettent de rapidement progresser au sein de la Régie : on le retrouve au service logistique, puis à la prospective économique. Au début des années 1980, il pilote la partie «carrosserie» de la Renault 25, puis travaille au bureau des méthodes, chargé d'améliorer la productivité des usines.
Mais c'est un passage par le placard qui lui permettra d'accomplir son œuvre majeure. En 1997, il est nommé directeur de la mécanique de Renault. Ses coups de sang agacent les pontes de Boulogne-Billancourt, racontait L'Expansion dans un portrait réalisé en 2015. Louis Schweizer, alors patron de Renault, désavoue Detourbet.
A la même époque, Renault prend le contrôle de Dacia. Fondée en 1968 sous la dictature de Nicolae Ceaușescu, la marque roumaine vend encore sa 1300, fabriquée sous licence sur base de R12. Louis Schweitzer entend utiliser la marque pour conquérir les marchés émergents encore peu équipés avec une voiture simple et robuste. La direction du losange accepte d'envoyer Gérard Detourbet sur place.
A la direction, personne ne se bouscule pour se rendre au chevet de la marque.
A Pitesti (Roumanie), l'homme découvre une usine obsolète, à la productivité dramatique. La main-d'œuvre a subi les privatisations des années 1980 et la difficile transition vers le capitalisme pendant la décennie suivante. Gérard Detourbet est chargé de moderniser les lignes et de plancher sur le projet X90, qui deviendra la Dacia Logan. L'engin doit être fiable, résister aux routes encore difficiles de Roumanie, transporter une famille et coûter le moins cher possible. Ce faisant, il pose les jalons du «low cost».
La recette ? Utiliser des pièces éprouvées (et rentabilisées) sur d'autres modèles, emboutir de vastes panneaux de carrosserie, limiter au maximum les différences entre les véhicules, trouver de nouveaux fournisseurs.
La méthode ? Le design to cost. Detourbet vise un prix à la sortie de l'usine puis chiffre tous les coûts nécessaires à la fabrication au plus juste. Il demande sans cesse à ses collaborateurs de calculer le prix de chaque élément. Commercialisée en septembre 2004, la Dacia Logan est immédiatement un best-seller en Roumanie. Gérard Detourbet convainc le tandem Louis Schweitzer-Carlos Ghosn de commercialiser le modèle en France et dans d'autres regions du monde à partir de l'année suivante. Sur le catalogue, le prix est inférieur à 8 000 euros. Le succès donne naissance aux projets Sandero et Duster — que Detourbet pilote.
Ces modèles sont les deux succès commerciaux majeurs de Dacia. Aujourd'hui, plus de 700 000 voitures portant le logo de la marque sont immatriculés dans le monde chaque année.
En 2012, Detouebet est envoyé en Inde par Carlos Ghosn pour superviser le projet Kwid. Cette citadine fabriquée à Chennai et Curitiba est commercialisée sur les marchés émergents depuis 2014, pour un tarif d'entrée de gamme proche de 3 500 euros.
Une version plus moderne de la Kwid — nommée K-ZE et bâtie sur une plate-forme adaptée — sera commercialisée d'ici deux ans en Europe après son lancement en Chine cette année. La promesse ? Permettre à Dacia d'offrir la voiture électrique la moins chère du marché, autour de 15 000 euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.