L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un an après la percée des pourparlers, l'ONU salue une évolution vers la paix
Yémen
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 12 - 2019

Un an après la percée des pourparlers pour une résolution de la crise au Yémen, l'ONU salue une évolution de ces négociations vers la paix malgré les revers.
«Lorsque les belligérants au Yémen se sont réunis à l'extérieur de la capitale suédoise en décembre 2018 pour des pourparlers sous l'égide de l'ONU, ils ont montré qu'il pouvait y avoir un moyen de sortir d'un conflit brutal et de la pire crise humanitaire au monde», a déclaré cette semaine l'envoyé spécial des Nations-Unies pour ce pays, Martin Griffiths. Pour la première fois en deux ans, le gouvernement reconnu internationalement et les représentants du mouvement «Ansarullah» dits Houthis se sont retrouvés autour de la table de négociations pour discuter face à face. «Nous sommes sortis des pourparlers de Suède très motivés par le fait que, pour la première fois, les deux parties avaient conclu un accord volontaire entre elles. Nous en étions donc très heureux», a déclaré Martin Griffiths, dans un entretien à ONU Info pour faire le point sur l'Accord de Stockholm, le résultat historique de ces pourparlers il y a un an. L'accord de Stockholm a abouti à un cessez-le-feu dans le port d'Hodeïda, au bord de la mer Rouge. Ce port, tenu par les Houthis mais contesté, est vital pour le flux d'aide alimentaire et humanitaire au Yémen. «Des vies ont été sauvées, le programme humanitaire a été protégé, et je pense que cela a également montré que les parties pouvaient s'entendre sur une autre façon de sortir d'une crise», a déclaré M. Griffiths lors de cet entretien réalisé avant des consultations à huis-clos du Conseil de sécurité sur le Yémen à New York jeudi. Cependant, il a indiqué que des négociations étaient toujours en cours sur les redéploiements pour «démilitariser» Hodeïda, où les forces gouvernementales et les Houthis ont respecté en grande partie tout au long de l'année le fragile cessez-le-feu. Martin Griffiths a néanmoins fait part de sa «profonde déception» devant l'absence de progrès concernant l'échange de prisonniers, l'un des éléments clés de l'accord. «Beaucoup de gens, et je suis l'un d'entre eux, pensent que nous aurions pu faire un bien meilleur travail de mise en œuvre de l'Accord de Stockholm au cours de ces 12 mois», a-t-il déclaré. Le conflit au Yémen a provoqué la pire crise humanitaire au monde et a poussé le pays au bord du déclin économique. Selon le Bureau des Nations-Unies pour la Coordination des affaires humanitaires (OCHA), environ 24 millions de personnes, soit 80% de la population, ont besoin d'aide. «Ce sont les raisons pour lesquelles la paix est si désespérément nécessaire au Yémen», a déclaré M. Griffiths. «S'il y a un argument en faveur de la nécessité d'accélérer les efforts pour trouver une solution politique à cette guerre, ce sont ces personnes, ces familles, qui souffrent quotidiennement des effets des conflits», a-t-il dit. «Mais toute solution politique dans n'importe quel conflit est extrêmement difficile», a-t-il ajouté. M. Griffiths possède une vaste expérience en matière de diplomatie et a précédemment été conseiller de trois envoyés spéciaux du secrétaire général des Nations-Unies pour la Syrie. Passer de la guerre à la paix exige une volonté politique, qu'il a décrite comme un «changement» dans la façon dont «les parties ennemies voient la victoire et se perçoivent les uns les autres». «Ce qui se passe actuellement au Yémen, c'est qu'enfin, nous commençons à voir ce changement se produire», a-t-il souligné. «Nous commençons à voir dans le cœur et l'esprit de ceux qui prennent des décisions concernant la guerre, le désir de faire la paix et la reconnaissance à un niveau fondamental qu'il n'y a aucune perspective d'avantage militaire, qu'il n'y a rien à gagner sur le champ de bataille». Le Bureau de l'envoyé spécial des Nations-Unies collabore avec des organisations de femmes et la société civile au Yémen. Son groupe consultatif des femmes s'emploie à faire en sorte qu'elles fassent partie des futures négociations en vue d'un accord de paix. «Le pouvoir de la transition, et la pertinence de la transition après une guerre civile, est qu'elle permet à ceux qui ont été marginalisés par la guerre, qui ne font pas partie de ceux qui prennent des décisions sur la façon de mener la guerre - les femmes en sont un exemple évident - de retrouver leur place au cœur de la vie publique», a expliqué M. Griffiths. Malgré les difficultés signalées dans la mise en œuvre de l'accord, il a déclaré qu'il était «encore un peu tôt» pour dire que cela ne fonctionnait pas. «Plus important encore, je pense que nous pouvons voir qu'il y a un intérêt à la fois du gouvernement du Yémen et du Conseil de transition du Sud pour le faire fonctionner. Peut-être pas sous tous ses aspects, mais suffisamment pour nous permettre, dans notre processus de l'ONU, de servir de médiateur pour mettre fin au conflit», a-t-il conclu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.