Un 53e vendredi grandiose à Alger    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    2020, an II de la nouvelle Algérie    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fakhfakh promet une équipe «restreinte et sérieuse»
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 01 - 2020

Le nouveau chef du Gouvernement tunisien désigné, Elyes Fakhfakh qui devra lancer ses concertations jeudi, a assuré que le prochain gouvernement sera composé «d'une équipe restreinte, harmonieuse et sérieuse», tandis que des partis politiques représentés au Parlement l'appelaient à s'ouvrir à toutes les forces vives sans exclusion.
M. Fakhfakh avait annoncé mardi à l'issue de sa rencontre avec le président Kais Saied, qu'il allait œuvrer pour «une équipe restreinte, harmonieuse et sérieuse, où prévaut la compétence et la volonté politique». Représenté à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP, parlement), par 38 députés, Qalb Tounes, a affirmé qu'il n'avait «aucune réserve initiale ou personnelle» contre le choix de Fakhfakh pour former le gouvernement. Le parti a appelé Fakhfakh à «consulter toutes les forces vives et les partis sur la forme du gouvernement, et à mettre en place le programme approprié pour assurer un appui politique et parlementaire pour surmonter les défis et atteindre les objectifs souhaités», afin que la Tunisie sorte de sa profonde crise économique et sociale.
Pour sa part, le porte-parole d'Ennahdha (54 sièges), Imed Khemiri, a précisé que le parti «ne rejetait pas» la désignation de M. Fakhfakh qui «n'a pas été le candidat du Mouvement». Dans le même contexte, le secrétaire général du mouvement Echaab, Zouheir Maghzaoui, a rappelé que son parti a été le premier qui s'était prononcé en faveur d'un «gouvernement du président». Le dirigeant du Courant démocrate, Ghazi Chaouachi, s'est félicité quant à lui, du choix de Fakhfakh, un des candidats «proposé» par son parti, a-t-il rappelé, soulignant que la mission de ce dernier «sera certes difficile mais pas impossible».
Il a appelé les différents acteurs à faire preuve d'humilité et à contribuer positivement à la formation du gouvernement dans les plus proches délais. Se disant «favorable à un gouvernement réduit», Selim Azzabi, secrétaire général de «Tahya Tounes», a estimé pour sa part que le chef du gouvernement désigné pourrait assurer les conditions de réussite «s'il démissionne de son parti». Le député du bloc de «la Réforme Nationale», Hatem Mensi, a qualifié la désignation de Fakhfakh comme «un signe positif», surtout après avoir annoncé son intention de former un gouvernement de «compétence restreint».
Le soutien au prochain gouvernement dépendra des consultations
Le chef du gouvernement désigné entamera jeudi ses consultations au sujet du prochain gouvernement proposé. Pour les dirigeants des partis politiques, «accorder ou refuser» la confiance au gouvernement Fakhfakh «dépendra de la composition du gouvernement», et également, du «plan d'action et de la stratégie du prochain gouvernement ainsi que des parties qui y seront représentées». Interrogé sur le soutien d'Ennahdha à ce sujet, M. Khemiri a estimé qu'il était «un peu tôt» d'évoquer cette question qui «dépend des consultations menées par Fakhfakh, de son programme économique et social et de la composition de son gouvernement». Il a affirmé que le mouvement se concertera avec les partis politiques et consultera ses structures avant de présenter sa position définitive à propos de son soutien au gouvernement Fakhfakh. Qalb Tounes a, toutefois, déploré le fait que le chef de l'Etat «n'a pas consulté directement» les partis vainqueurs aux élections représentées à l'ARP, et «ne s'est pas appuyé sur les noms proposés pour former le gouvernement», ajoutant que M. Saied a choisi une personnalité «qui ne peut bénéficier d'un large consensus» au sein de l'ARP.
Dans le même sillage, le mouvement Echaab, a cependant évoqué certaines réserves «objectives», dont les faibles scores obtenus par le chef du gouvernement désigné et son parti (Ettakatol) lors des dernières élections législatives et présidentielle. Le président du Courant démocrate, a affirmé quant à lui, que sa formation politique «participera aux concertations sur la formation du gouvernement et la mise en place d'un programme clair, réaliste et ambitieux, à même de résoudre la crise économique et sociale que connait le pays». Du même avis, le député du bloc de «la Réforme Nationale», Hatem Mensi, a fait savoir que la position de principe du bloc concernant la participation aux concertations ou encore sur la question d'accorder la confiance ou non au futur gouvernement, «est déterminée par des considérations objectives» liées à la composition du gouvernement, à son plan d'action, ainsi que sa capacité à mener les grandes réformes nécessaires aux niveaux politique, économique et social.
Cependant, la présidente du Parti destourien libre (PDL, 17 sièges), Abir Moussi a déclaré que son parti «ne votera pas» en faveur du gouvernement Fakhfakh, qualifiant la désignation de ce dernier comme étant une «manœuvre politique du mouvement Ennahdha. La président Saied a désigné l'ex-ministre des Finances Elyes Fakhfakh pour former le prochain gouvernement dans un délais d'un mois non renouvelable selon l'article 89 de la constitution, et devra proposer sa composition devant l'ARP, pour obtenir la confiance. L'article en question, donne la latitude au président de la République de choisir la personnalité qu'il estime la plus apte à former un gouvernement. Il s'agit de la deuxième tentative pour former un gouvernement après celui de Jemli qui avait été proposé par Ennahdha, mais rejeté par les députés le 10 janvier. En cas de second échec, le pays s'acheminerait vers de nouvelles législatives, repoussant encore les réformes attendues pour relancer l'économie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.