L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La CAF à la croisée des chemins
Le nouveau calendrier international défavorable aux sélections africaines
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 06 - 2020

La mouture approuvée, jeudi passé, par le Conseil de la Fifa concernant le nouveau calendrier international a tout pour déplaire aux pays africains, lesquels vont subir tout le poids de la «compression» des dates décidée par l'instance faîtière du football international.
Demain, la CAF se réunira par visioconférence afin de débattre, en fait valider, la proposition des membres du Conseil de la Fifa à propos du calendrier «retapé» pour rattraper le temps perdu à cause de la pandémie du coronavirus. Il y sera question de l'avenir de la prestigieuse CAN, de la programmation (ou non) du CHAN, confié également au Cameroun, mais qui n'a pu se tenir en avril dernier pour les raisons que l'on connaît et des compétitions interclubs de l'exercice en cours arrêtées à un stade avancé (quarts de finale).
Dans le tableau proposé par la Fifa, la date de septembre 2020 a sauté, à l'instar de celles de mars et juin derniers, retirées de la circulation en raison du Covid-2019.
La Fifa a laissé le soin de programmer les quatre dernières journées des qualifications à la CAN-2021 pendant les deux dernières dates de l'année 2020, en l'occurrence octobre et novembre. Ce qui correspond justement au désir (et à la projection) de la CAF, qui a souhaité consacrer les dates en question pour boucler le processus qualificatif au rendez-vous final de Cameroun-2021. Celui-ci est initialement programmé entre le samedi 9 janvier et le samedi 6 février 2021.
Cette période (hivernale) a été choisie dès lors que la Fifa a du «triturer» le calendrier international en imposant sa nouvelle compétition interclubs, la Coupe du monde prévue en Chine avec 24 clubs. La CAF avait tenté une explication, celle de ne pas pouvoir organiser ledit tournoi pendant la période des grandes chaleurs au Cameroun, qui n'a convaincu personne.
Le Covid-2019 s'est chargé du reste à démentir les uns et les autres : l'UEFA et le Conmebol, qui avaient prévu d'organiser leurs tournois continentaux, cet été, avant les JO de Tokyo ont fini par se dire qu'il est préférable de tout reporter pour l'été 2021, toujours avant les Jeux olympiques. La Fifa, qui a poussé en interne pour convaincre les dirigeants de la CAF de reprogrammer la CAN-2021 en hiver, a dû plier l'échine en renvoyant son Mondial des clubs sous l'insistance (entêtement) des deux puissantes confédérations (Europe et Amérique du Sud).
Et c'est cette même pression qui a présidé à l'élaboration du calendrier international de fin 2020 et en 2021. À savoir contraindre la CAF à caser les quatre journées des qualifications à la CAN-2021 en deux dates (octobre et novembre) pour pouvoir tenir ledit tournoi dans les délais. Ceci, bien entendu, si les clubs européens qui emploient la majorité des internationaux africains acceptent de libérer leurs «employés» durant ladite période (janvier et février), si «décisive» dans la réalisation des objectifs. La Fifa a offert une fleur aux Africains en décidant de fixer le début des qualifications au Mondial du Qatar à juin 2021.
Cette phase préliminaire de dix groupes à 4 équipes devait avoir lieu de mars 2020 à octobre 2021, tandis que le tour final (barrages) devait se tenir en novembre 2021. Cependant, contrairement aux Européens et aux Sud-américains, les sélections africaines ne bénéficieront pas de journées pour les matchs amicaux. La FIFA a annoncé que la CAF (entre autres) bénéficierait de sept jours supplémentaires, en juin 2021, pour faire disputer quatre journées d'éliminatoires à la Coupe du monde au lieu des deux initialement prévues.
Ce qui devrait faire jaser les entraîneurs des équipes africaines, déjà lourdement pénalisés par un arrêt des Championnats locaux, il est vrai peu productifs en footballeurs de niveau international, mais qui pourraient constituer une alternative, en cas de besoin.
La démarche si singulière de la Fifa s'expliquerait notamment par le fait que l'Afrique est non seulement le continent où le Covid-19 semble avoir de beaux jours devant lui mais surtout que d'éventuels matchs tests des sélections africaines viendraient perturber les qualifications de la zone africaine mais également le calendrier des autres continents, Europe et Amsud, en particulier, dont les sélections sont habituées de se frotter aux footballeurs du continent noir. Demain, la CAF n'aura pas d'autre choix que d'acquiescer.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.