L'affaire de l'automobile sera rejugée    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    Des membres du COA convoqués par la justice    Ça coupe à Aïn-Naâdja !    La société civile espagnole renforce son soutien aux populations sahraouies    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    La dernière de Trump    La LFP ouvre un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Pr Amar Aït Ali Slimane plaide pour une gestion centralisée des lits d'hôpitaux    Saisie de 100 grammes de kif traité    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    Le Mouloudia d'Alger vise la victoire    Nul sur toute la ligne    L'héritage    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Sous pression    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Bientôt de nouvelles aides    Ouverture d'un guichet de la Casnos    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    La main de l'étranger à géométrie variable    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Le foot est mort    Ligue des champions: Buffles du Borgou - MCA, aujourd'hui à 15h00: Mettre fin à un syndrome africain    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Acquisition du vaccin anti-Covid: L'Algérie prudente    Une bande de malfaiteurs qui semait la terreur arrêtée    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De nouveaux pupitres au profit de l'école Benzerjeb d'Oran
GRAND ELAN DE SOLIDARITE AVEC L'ENSEIGNANTE QUI OSE DENONCER LA VETUSTE DE SON ECOLE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 10 - 2020

Que les pupitres d'écoliers datent de l'époque coloniale ou non, le constat, c'est bien l'état de vétusté d'extrême ancienneté et d'impraticabilité de ces tables d'écoliers qui ont servi plus qu'il n'en faut et devaient être remplacées il y a bien longtemps. L'incident entre l'enseignante Mme Sidia Merabet et le wali d'Oran M. Messaoud Djari a au moins permis d'équiper l'école avec de nouveaux pupitres reçus ce jeudi ,suite à la polémique que cela a suscité au premier jour de la rentrée scolaire.
Le tweet partagé ce jeudi par le Premier ministre M. Abdelaziz Djerad sur cet incident a été clair et catégorique, il refuse «l'humiliation de l'enseignant,» adressant ses remerciements à l'institutrice Sidia Merabet qui a «dénoncé les anciennes pratiques», il a promis de renouveler le vieux mobilier des écoles au niveau national.
L'école Benzerjeb est le premier bénéficiaire de cette décision puisque jeudi, deux camions ont livré à l'école plusieurs pupitres d'écolier tout neufs à la grande joie du corps enseignant et des élèves.
Pour rappel, la scène qui a amené à cet incident s'est déroulée au premier jour de la rentrée scolaire, lorsque le wali d'Oran s'est rendu à l'école Benzerjeb pour donner le coup d'envoi de la journée. Sur place une enseignante de langue arabe, en l'occurrence Mme Sidia Merabet s'est confiée franchement au chef de l'exécutif en lui dressant la réalité de l'état des lieux. Insalubrité, absence de femmes de ménage, un ménage qu'elle confie avoir fait la veille elle-même avec d'autres enseignantes pour accueillir les élèves, mais aussi des pupitres qui, dit-elle, datent de l'ère coloniale. Jusqu'à ce passage, le wali ne faisait que l'écouter. C'est alors qu'il réagit (des caméras ont immortalisé tout l'entretien) en lui signifiant qu'elle avait tort que cela est plus récent et ne date pas de l'ère coloniale. Face à l'insistance de l'enseignante, le wali s'en est allé alors qu'elle n'avait pas encore fini de parler. Une scène qui a fait le tour de la Toile, suscitant la colère et l'indignation des internautes, dont certains ont immédiatement fait le déplacement à l'école en question et ont exprimé à l'enseignante leur totale solidarité.
Quelques heures plus tard, les services de la wilaya ont rendu public un communiqué sur le sujet. Le chef de l'exécutif explique qu'il n'a fait que reprendre l'enseignante sur une affirmation qu'il ne pouvait pas laisser passer, à savoir que les pupitres dataient de l'époque coloniale, rappelant que l'Etat a fourni depuis l'indépendance et continue d'apporter beaucoup d'efforts et de moyens pour le secteur de l'éducation. Un communiqué qui n'a pas vraiment calmé les esprits puisque les internautes attendaient des excuses.
C'est alors qu'une pluie de dénonciations s'est emparée de la Toile, mais pas seulement puisque c'est devenu le sujet de la rue, des citoyens qui ont visionné la vidéo s'en offusquaient. Ils se demandaient pourquoi le wali d'Oran n'avait pas plutôt réagi avec reconnaissance envers l'enseignante au moment où elle lui a confié qu'elle avait fait le ménage, elle qui n'a pas cette charge ? Pourquoi n'a-t-il pas réagi à ses confidences en lui assurant qu'il réglera tous ces manquements, que dans l'Algérie nouvelle, on ne peut tolérer que des enfants et des enseignants fréquentent une école dépourvue de moyens décents ?
Des syndicats de l'éducation se sont également solidarisés avec l'enseignante ainsi que des journalistes membres du syndicat UNJIA qui ont préféré boycotter la cérémonie donnée par le wali à l'occasion de la Journée nationale de la presse, et se sont rendus chez l'enseignante pour lui exprimer leur solidarité.
Pour sa part, l'enseignante a exprimé son émotion face à tant de solidarité et a expliqué que son but à travers son franc-parler avec le premier responsable de la wilaya n'était autre que celui de l'informer sur la réalité du terrain afin que des mesures soient prises pour le bien-être des enfants.
Amel Bentolba


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.