Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Les 22 manifestants maintenus en détention    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retour à la case départ
La colère gronde chez les magistrats
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 01 - 2021

De nouveaux remous agitent le monde de la justice d'où fusent de nouvelles menaces de paralyser le secteur en recourant à un mouvement de grève comme l'a vécu le pays en 2019.
Pour l'heure, aucune réaction officielle n'a encore suivi le communiqué publié ce vendredi par le Syndicat national des magistrats (SNM). Aucune information non plus faisant état de prises de contact informelles directes ou par de tierces parties comme l'impose parfois ce genre de situations.
L'opinion reste, de ce fait, sur les mots très durs prononcés par le SNM qui est donc à nouveau monté au créneau pour critiquer sévèrement le fonctionnement de la justice. Ce syndicat, qui s'est déjà distingué par plusieurs sorties publiques très offensives à l'égard de sa tutelle, est allé jusqu'à évoquer le risque d'assister à une «explosion incontrôlable». «Le scénario d'octobre 2019 n'est pas loin», peut-on ainsi lire dans le texte rendu public.
Pour le SNM, c'est une manière de rappeler qu'il n'avait pas hésité à paralyser durant neuf jours le fonctionnement de différentes instances judiciaires (le 28 octobre 2019) pour protester contre les conditions de travail des magistrats et leur situation socioprofessionnelle. Dans un contexte marqué par des manifestations nées de la révolte des Algériens après l'annonce de la candidature de Abdelaziz Bouteflika, le SNM avait annoncé que son action s'inscrivait également dans cette logique de changement souhaité par la société.
Après un réel bras de fer entre les deux parties (on se souvient notamment de l'utilisation de la force publique pour chasser les grévistes au tribunal d'Oran), la tutelle s'était engagée à régler au mieux les problèmes des magistrats, leur promettant y compris une majoration des salaires avec effet rétroactif. Cette attitude a eu pour effet de calmer les grévistes qui avaient paralysé pratiquement tous les tribunaux des zones dans lesquelles le SNM est implanté.
La trêve a été de courte durée puisque le syndicat s'est, à nouveau, fait entendre quelques mois plus tard pour dénoncer une nouvelle fois les fonctionnements du secteur, mais sans recourir à des menaces de grève. Cette fois, il en est autrement. Dans son dernier communiqué, le SNM va jusqu'à comparer «la situation actuelle à celle qui prévalait à la veille de l'élection présidentielle de 2019».
Selon lui, rien n'a vraiment changé. Il évoque la «situation difficile des magistrats dans l'exercice de leurs fonctions» et met l'accent sur ce qu'il considère comme étant un grave dysfonctionnement de la justice.
Il dénonce le fait que «le délai d'examen des dossiers judiciaires varie grandement entre une célérité étonnante et une très grande lenteur ce qui porte atteinte au principe de l'équité». Le SNM ne donne aucune indication sur la nature des dossiers traités de la sorte.
Sans clarifier, il impute, cependant, cette situation «à deux hautes juridictions, la Cour suprême et le Conseil d'Etat» et affirme que ces faits exposent la justice «à l'insulte et au sarcasme de larges franges de la société (...) et que poursuivre dans cette voie, c'est attenter à ce qui reste de la réputation de la justice».
Cette fois encore, le SNM interpelle le ministère de la Justice et l'accuse de ne pas avoir honoré ses engagements envers les magistrats «particulièrement dans les engagements socioprofessionnels» et soutient que les procédures sont victimes de «lenteurs de la bureaucratie qui cherche à gagner du temps et procède à des placements personnels». «53 magistrats mutés en 2020 ne connaissent pas le lieu de leur affectation», poursuit le communiqué qui fait, par ailleurs, «état de pressions exercées par le ministère de la Justice sur ses membres qui ont mené les dernières actions de protestation». Retour à la case départ ?
Abla Chérif


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.