Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Real : La promesse de Zidane pour la fin de saison    Un texte d'un «autre temps»    Deux ex-ministres appellent à son retrait    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    Lomé pour faire le point sur les réformes    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    "Nous reprenons confiance"    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Benlamri ouvre son compteur but    «L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc»    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Comment vaincre l'échec ?    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Le MCO rejoint l'ESS en tête    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»
Abdelmadjid Attar :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 01 - 2021

Dans une interview accordée à l'agence de presse multimédia russe Sputnik, le ministre algérien de l'Energie, Abdelmadjid Attar, a abordé plusieurs questions qui font l'actualité de l'heure, aussi bien en Algérie qu'à travers le monde tant les questions relatives à tout ce qui touche au monde de l'énergie n'ont jamais paru aussi importantes — d'une importance majeure même — qu'en ces temps d'incertitudes en tout genre.
De l'actualité du pétrole, dont le prix suit une tendance haussière depuis plusieurs semaines, malgré des facteurs qui auraient pu voir le cours du baril plonger, le ministre algérien estime que c'est le résultat de la conjugaison des décisions prises par les pays membres de l'Opep+ et de l'avancée dans la lutte contre la pandémie.
«Les réunions de l'Opep et de l'Opep+, qui se sont tenues entre fin novembre et début décembre, ont été des événements décisifs pour le prix du baril. Bien sûr, l'arrivée du vaccin contre le Covid-19 est aussi un élément important pour le secteur de l'énergie», a, en effet, expliqué Attar qui n'est pas avare en louanges à l'endroit de l'Opep+, bien que les dernières négociations, scellées le 5 janvier, aient été «rudes», rappelant tout de même qu'à travers sa propre voix, l'Algérie avait déclaré que la stabilité du marché pétrolier résulterait de la réussite des campagnes de vaccination , puisque « plus les gens seront vaccinés, plus ils voyageront.
Pour le baril, la reprise dépend donc de la mobilité de l'activité du secteur aérien, grand consommateur de carburant». En tous les cas, la stabilité du prix du baril autour de 55-60 dollars dépendra de l'avancée des programmes de vaccination, c'est certain, mais le rôle de l'Opep sera également déterminant pour cette stabilité, et ce n'est pas le retour du pétrole libyen sur le marché qui risque de renvoyer le prix du baril à la baisse, selon le ministre algérien qui, sur un autre plan, se dit optimiste quant à l'instauration d'un nouveau climat entre les Etats-Unis et l'Iran, après avoir craint une attaque de l'Amérique de Trump contre l'Iran, ce qui impacterait irrémédiablement le marché mondial du pétrole, donc les cours.
De ce qui a trait à l'Algérie, Adelmadjid Attar s'est d'abord voulu rassurant quant aux engagements internationaux en matière de fourniture en gaz naturel, même s'il est vrai que la consommation gazière interne est en hausse constante. Toutefois, avertit Attar, si l'Algérie n'améliore pas ses capacités de production, elle se retrouvera contrainte de diminuer les quantités à l'export à l'horizon 2030.
C'est à ce titre que le pays s'oriente désormais dans sa stratégie à augmenter le taux de récupération de ses gisements, développer tous les puits aussi petits soient-ils et, surtout, faire de nouvelles découvertes tout en écartant l'idée de miser sur le gaz de schiste, pour le moment du moins.
«Il s'agira de l'exploiter à l'avenir de façon rentable et en respectant l'environnement mais pour l'heure, cela n'est pas possible. Et ce n'est pas pour demain», dira le ministre sur le sujet des huiles de schiste, pour ensuite exprimer tout son enthousiasme sur la «solution» qui s'offre à l'Algérie : la réussite de sa transition vers les énergies renouvelables et les économies d'énergie mais «il ne faut pas le faire avec n'importe quel partenaire», conseille-t-il, avant de s'étaler sur le problème de la commercialisation du GNL algérien, qui fait face à une rude concurrence, notamment avec l'arrivée du gaz de schiste américain, et des difficultés que l'Algérie rencontre sur le marché spot.
«Nous devons reconnaître que nous ne maîtrisons pas ce type de transactions. La Sonatrach aurait dû avoir une vision en matière de trading pour s'adapter au marché. À titre d'exemple, dans l'ensemble des quantités de gaz commercialisées en Europe par la compagnie russe Gazprom, une partie est vendue sur le marché spot.
La Sonatrach n'a pas réussi sa transition en la matière, et elle ne dispose toujours pas de véritable stratégie de commercialisation», avoue Abdelmadjid Attar qui ne manquera pas de faire le procès de l'instabilité politique et «le turnover managérial à la tête de la Sonatrach», qui ont fait beaucoup perdre à l'Algérie dans le déploiement de la compagnie à l'international.
De ce qui est présenté comme l'un des scandales majeurs de la gestion de Ould Kaddour à la tête de Sonatrach, l'acquisition de la raffinerie d'Augusta, le ministre Attar avoue que, telle qu'elle était présentée au début, c'était une belle opportunité puisqu'elle devait permettre à l'Algérie de diminuer ses importations de gasoil.
«Malheureusement, il s'est avéré qu'Augusta ne pouvait pas raffiner de pétrole algérien mais du brut saoudien et azerbaïdjanais...», a-t-il rétorqué, préférant ne pas s'étaler sur la question, désormais le dossier étant entre les mains de la justice, mais ne s'empêchant pas d'estimer qu'«il y a eu préjudice vis-à-vis de l'Algérie».
Synthèse A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.