L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un texte d'un «autre temps»
Code de la famille
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 03 - 2021

Le code de la famille qui a survécu à des années de luttes menées tant par le mouvement associatif que par quelques partis politiques est toujours autant décrié. Le combat pour son abrogation pure et simple est toujours d'actualité. Plus que cela, les associations qui se battent contre estiment qu'il ne peut plus cohabiter avec une Constitution qui prône l'égalité entre les hommes et les femmes. Eclairages de la Pr Fadéla Chitour, présidente du réseau Wassila, et de Amel Hadjadj, militante.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Après des années de lutte pour son abrogation et l'avènement de lois égalitaires, le code de la famille continue de régir les rapports hommes-femmes en imposant une hiérarchie de fait. Après des années de combat pour son abrogation, quel bilan tirer ? La question a été posée au Professeure Fadéla Chitour, présidente du réseau Wassila, qui répond que « manifestement, il y a tout de même des avancées dans beaucoup de facettes de ce combat. Les avancées sont, hélas, liées à des événements tragiques : je parle de la consternation qu'a éprouvée l'opinion publique tout au long de ces deux dernières années en ce qui concerne les féminicides qui ont été rapportés en détail par les médias et qui ont soulevé une grande vague d'indignation comme si la société découvrait que les violences insidieuses, faites aux femmes tous les jours, qui sont largement tolérées par la société, pouvaient mener à l'assassinat de ces femmes. Ce travail des médias et des féministes qui avaient lancé le hashtag « Nous venons de perdre l'une des nôtres », une phrase qui sonne comme le glas d'une vie, a suscité une prise de conscience qui nous oblige à invoquer la violence banale et ordinaire. La société est, enfin, prête à entendre que la violence ordinaire est inacceptable ».
La Pr Chitour évoque inévitablement le code de la famille affirmant : « J'espère que l'opinion publique, tellement sensible aux assassinats des femmes, est prête à entendre que pour prévenir ces crimes, il faut lutter contre toutes les formes de violence. Il est évident que la lutte contre les violences faites aux femmes passe d'abord par la suppression des lois inégalitaires, la plus importante, la majeure étant le code de la famille .» Pour quelles raisons ? La présidente du réseau Wassila répond : « Pourquoi doit-on raisonnablement et logiquement le supprimer ? Parce qu'en plus du fait qu'il légalise la discrimination mais surtout parce qu'il est en contradiction avec la Constitution. La réalité de la vie aujourd'hui, la présence massive des femmes dans les lieux de travail, les lieux publics, les universités, leur place dans la société actuellement n'est plus compatible avec toutes ces contradictions. Il faut mettre de l'ordre dans le corpus législatif. J'en appelle à la cohérence législative. C'est intenable toutes ces lignes de fracture et incohérences et cette coexistence non pacifique des textes .»
De son côté, Amel Hadjadj, militante féministe, estime qu'« il faut encore et toujours parler du code de la famille auquel il faut rajouter d'autres actualités qui revêtent un caractère d'urgence. Les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler, de plus en plus nombreuses dans l'espace public. Les violences de tous genres et les discriminations sont de plus en plus présentes dans le quotidien des femmes mais comme le code de la famille est un code qui perpétue et qui consacre toutes ces violences, il est encore très urgent de l'évoquer». Pour la militante, « il n'y a pas mieux que son abrogation et son remplacement par des lois civiles et égalitaires parce qu'on ne peut pas régir les rapports dans la famille en créant une hiérarchie. On va, à ce moment, décider de l'existence de citoyens de seconde zone et d'autres de première zone », avant de conclure qu'« il est impossible d'envisager une quelconque égalité avec ce code de la famille ».
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.