Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Etat et le paradigme du fédéralisme : un débat est-il oui ou non possible ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 03 - 2021

Comment se porte l'Algérie du présent ? Difficile d'y répondre en peu de mots, car, rares sont les diagnostics fiables qui soient en mesure d'esquisser ce que seront les futures années. En somme, nul ne peut affirmer sérieusement que la crise politique est derrière nous et qu'il suffit de scruter quotidiennement le ciel de la « nouvelle Algérie » pour qu'aussitôt tout s'éclaire grâce à des plans sur la comète avantageusement décrits par les marchands d'optimisme. Certes, les belles constructions idéologiques datant d'une époque révolue ont révélé, à l'usage, une évidente fragilité. Pourtant, même les mots de ces vieux discours résistèrent au langage du présent, puisqu'ils servent encore de verbatim aux débatteurs du Hirak. Mieux encore, ces ultimes usagers persistent dans ce privilège d'initiés et n'hésitent pas à se projeter dans des initiatives courageuses lorsque l'intuition politique les alerte contre le risque d'effondrement.
Or, la représentation de l'avenir du pays comporte beaucoup de blancs et pas mal de pointillés dans son histoire que justement certains « militants politiques » (sic) souhaitent exploiter en lançant un appel à une « conférence régionale de Kabylie ».(1) L'opportunité d'un pareil débat essentiellement centré sur le « fédéralisme » étonne par son interprétation. Pis encore, le projet risquera de focaliser injustement des reproches sur le « sectarisme berbériste », comme ce fut le cas à la suite de l'initiative du RCD en 2012.
En effet, entre le soupçon de la surenchère politicienne et la solide mise en équation de la refondation de l'Etat-Nation, n'y a-t-il pas un régulateur des événements, seul étalon en mesure de fixer la bonne mesure à adopter tout autant qu'il désigne l'exact échéancier pour y parvenir ? Dit autrement, était-il politiquement nécessaire d'ouvrir un débat aussi problématique que celui de repenser de fond en comble la construction juridique de l'Etat au moment où la préoccupation impérieuse était de solder les pratiques criminelles du vieux système qui fut à l'origine du délitement de l'unité nationale elle-même ? Cela a toujours voulu dire que le souhait de reconsidérer le pays dans ses modalités de fonctionnement institutionnelles, sans pour autant remettre en question son caractère centralisateur, est possible, notamment au vu du désastre hérité en décembre 2019. Car, malgré ses 59 années d'existence, l'Algérie donne toujours l'impression d'une nation structurellement inachevée. C'est-à-dire un pays presque approximatif, quand bien même il recourt à la surenchère en multipliant aussi bien les wilayas que les daïras alors que les « zones d'ombre » se recensent par milliers. Bref, un « Etat avorté » pour reprendre à nos dépens l'humiliant jugement du linguiste américain Noam Chomsky. Un constat tout aussi exact que l'avaient été les anciennes révoltes dénonciatrices des discriminations culturelles lesquelles avaient régulièrement mis à nu la stigmatisation d'un pouvoir politique borné, n'ayant jamais hésité à instruire de faux procès contre des populations, reprochant à l'espace berbère son inclination au séparatisme.
Comme on le constate, si la préoccupation cardinale était naturellement la Kabylie quand le RCD proposait un « Etat unitaire et régionalisé » et si cette fois-ci aussi l'appel des « militants politiques de Kabylie » ne souhaite conférer qu'entre Kabyles, dans une première phase, cela ne doit en aucune manière susciter des soupçons de dissidence en ce sens que l'utopie du fédéralisme a depuis toujours accompagné les préconisations des leaderships de la région. En effet, ce statut de plus en plus revendiqué à présent a certes fait ses preuves positives sous d'autres latitudes. Sauf que là où il était parvenu à devenir un modèle pour la citoyenneté et un ciment pour la Nation, il avait fallu quand même attendre plusieurs décennies. Est-ce le cas de l'Algérie en 2021 où un jacobinisme au rabais avait sévi durant 20 années au point de tribaliser les institutions ?
Comme quoi, la « nouvelle Algérie» devra se faire une raison dans le futur tant il est vrai que « ce n'est pas la régionalisation qui menace la Nation mais le régionalisme d'Etat », comme l'avait si bien dit Saïd Sadi en 2001 déjà ! Avant celui-ci, il y eut d'autres précurseurs ayant abordé le même registre. Il suffit de remonter aux années Zeroual pour retrouver, en 1997, la première expérience avec l'institutionnalisation d'un gouvernorat d'Alger. Celle-ci aurait, a-t-on dit, révélé quelques chevauchements de prérogatives en l'absence de mise en conformité constitutionnelle, cependant, elle n'avait pas manqué de susciter de l'intérêt dans les grandes métropoles du pays. Ediles (APC, APW) et fonctionnaires pensaient que ce transfert des missions de l'Etat vers les régions avait un avantage certain. Celui de contourner la bureaucratie du sommet de l'Etat. Or, ce qui fut perçu positivement comme un laboratoire préparant à la régionalisation fut brutalement abandonné par Bouteflika en 2001. Au prétexte qu'il y aurait des incidences préjudiciables à l'unité nationale, l'ex-locataire d'El-Mouradia craignait l'émergence de gouvernorats multiples susceptibles de réduire l'espace de ses manœuvres.
En somme, cette perspective jadis posée par un courant politique qui n'avait eu finalement que le tort d'être trop imaginatif pour ne pas rassurer la nomenklatura effrayée par les laboratoires « autonomistes », était déjà précédée en 1991 par l'initiative d'un certain colonel de la Wilaya II historique du nom de Boubnider qui était, lui aussi, fasciné par le modèle des Länder allemands. En vain, puisque ce célèbre « Saout El-Arab » sera combattu par des lobbies dépositaires du culte de la « Nation-Etat une et indivisible ». Un tabou et une imbécillité sans pareil à l'image du ministre de l'Intérieur de l'an 2016 qui décréta qu'aucune résolution allant dans ce sens-là ne sera débattue au cours d'un ridicule symposium. Bref, il était le cacique indigné réagissant à la manière des traditionnels exégètes du parti unique. Celle de n'avoir jamais de réponses qui satisfassent les interlocuteurs.
B. H.
(1) Le quotidien Liberté a publié dans son édition du 21 mars un article en bas de la page 2 intitulé « Appel à une conférence régionale de la Kabylie ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.