SDA El Harrach : 4,63 milliards DA de créances    Université M'Hamed Bougara : Partenariat avec les collectivités locales    MO Constantine : Grandes ambitions, petits moyens    Risques d'inondations : 28 points noirs recensés dans la capitale    Zemmouri : Des sinistrés dans l'expectative    Rencontre wali-investisseurs: Un «petit» bureau à la place d'une «grande» commission pour débloquer les projets    Une visite et des attentes    Le Liban n'est plus la Suisse    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Ligue des champions d'Afrique: ASEC Mimosas-CRB, aujourd'hui à 16h00 - Le Chabab en mission commando    Equipe nationale: Belmadi en remet une couche sur Delort    Coupe de la CAF: FAR Rabat-JSK, aujourd'hui à 17h00 - Un derby maghrébin indécis    Plafonnement des réductions pour l'Assurance automobile: L'Association des consommateurs veut saisir la justice    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    Colère des travailleurs de l'éducation à Oran: Sit-in ce lundi devant l'académie    Bethioua: Des projets de développement au profit des zones d'ombre    Un «Tapie» d'or    Une «tumeur maligne»    Belaribi brandit l'expérience algérienne    Des rejets à la pelle    Le Brésil prend le large    Ibrahimovic est rétabli    Staveley annonce la couleur    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    C'est l'apanage des mamans!    La femme rurale tient salon à Béjaïa    Deux routes fermées à la circulation    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    «La présidentielle française brouille la réconciliation»    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    Liverpool : Klopp mécontent du rachat de Newcastle    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961    Paris tente de calmer à nouveau le jeu    Grand cafouillage dans la programmation    D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika    L'accent est mis sur la nécessaire égalité entre les Etats et les Nations    L'association RAJ dissoute    La Nation ne s'invente pas, elle est    Actuculte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La future Ligue des champions, un pari inédit inspiré des échecs
Elle sera approuvée le 19 avril prochain
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 04 - 2021

Discutée hier par l'UEFA avant d'être formellement approuvée le 19 avril, la réforme de la Ligue des champions à partir de 2024 s'inspire des tournois d'échecs et suscite déjà espoirs de recettes accrues et critiques.
À quoi ressemblera la nouvelle formule ?
Le tournoi va passer de 32 à 36 équipes, ce qui doit permettre d'attribuer un ticket supplémentaire à la France et de qualifier pour la première fois des clubs au bénéfice de leur historique européen, via leur coefficient UEFA, même après une saison ratée, à l'image de ce qui arrive à Liverpool, vainqueur de la C1 2019 et seulement 7e actuellement en Premier League anglaise.
Intangible depuis la saison 2003-2004, la phase de poules doit être radicalement remaniée, avec la disparition des huit groupes de quatre équipes qui s'affrontaient en match aller-retour.
À la place, les 36 équipes se disputeront un mini-championnat dans un même tableau, selon le «système suisse» : chacune affrontera 10 adversaires différents dans une confrontation unique, avec cinq matchs à domicile et cinq à l'extérieur. Les huit premiers au classement final seront qualifiés en huitièmes de finale, et les clubs classés de la 9e à la 24e place se disputeront les huit autres places, via des rencontres aller-retour. La phase à élimination directe demeurera inchangée : les clubs s'affrontent en rencontres aller-retour à partir des huitièmes de finale, jusqu'à la finale disputée sur un seul match.
D'où vient le système suisse ?
Inédite dans le football, cette formule conçue par un instituteur suisse, Julius Müller, a été utilisée pour la première fois lors du Championnat de Suisse d'échecs à Zurich, en 1889.
L'idée était d'organiser un tournoi regroupant un nombre élevé d'adversaires — il y avait 74 joueurs à Zurich — mais en limitant le nombre de confrontations.
Il s'agit donc d'un compromis entre la formule «chacun rencontre tout le monde», garante du résultat le plus juste, et un tableau à élimination directe, rapide mais jugé trop aléatoire. Ce système, décliné depuis en une multitude de variantes, est aussi utilisé dans les compétitions de go, de scrabble, du jeu de tir en ligne Counter Strike, et lors des Championnats d'Europe de pétanque.
Quels sont ses avantages ?
La phase de poules devrait comporter cent rencontres de plus par rapport à aujourd'hui, ce qui ferait passer l'ensemble de la compétition à 225 matchs au lieu de 125.
Sur le papier, l'UEFA peut donc espérer nettement gonfler le gâteau des droits TV, alors que l'instance redistribuait déjà quelque 2 milliards d'euros l'an dernier aux participants de la C1. Les qualifiés, qui bénéficieront chacun de dix rencontres garanties au lieu de six aujourd'hui, pourront de surcroît tabler sur des revenus de billetterie plus élevés, même s'ils ne gagnent pas un seul match. En matière d'intérêt sportif, la multiplication des confrontations lors de la première phase permet plus d'affiches entre grands clubs avant les huitièmes de finale.
Enfin, le système suisse offre de la souplesse : le nombre de participants comme le nombre de confrontations peuvent être ajustés à l'avenir, sans changer la formule globale.
Fait-il l'unanimité ?
L'association European Leagues, qui représente une trentaine de ligues professionnelles en Europe, estimait vendredi dernier que multiplier les matchs «n'augmente pas nécessairement la valeur de la compétition, y compris financièrement». Entre les saisons 1999-2000 et 2002-2003, l'UEFA avait ainsi expérimenté deux phases de poule successives en C1, une formule théoriquement lucrative mais qui n'avait guère séduit le public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.