L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 05 - 2021

Au chevet de son histoire tourmentée, l'Algérie a toujours été perçue comme une entité humaine régulièrement exposée aux appétits d'un assujettissement à l'origine de l'affaiblissement chronique de sa souveraineté. Aussi, a-t-elle patienté durant quasiment plusieurs siècles avant de renouer avec l'esprit de la résistance et manifester violemment son refus à la moindre soumission. Une date majeure, après tant de révoltes inabouties, s'imposa au tournant du XXe siècle. Celle du 8 Mai 1945 qui allait inaugurer l'épopée ponctuée par la révolution de novembre 1954 et l'accouchement douloureux d'une indépendance en 1962. Une indiscutable identité nationale allait s'imposer qui lui permet alors de se prévaloir d'une pérennité à toute épreuve n'ayant plus rien à envier à celles parmi les nations les plus célèbres. Autant dire donc qu'un Etat qui fut capable de ressurgir après des ères d'enfouissement à la marge de l'Histoire devrait, en toutes circonstances, valoriser ses anniversaires afin de les opposer à ceux du vis-à-vis historique, cet « ennemi complémentaire » qu'était la France coloniale comme le qualifia pertinemment l'anthropologue Germaine Tillon.
En effet, les peuples de France comme ceux de l'Algérie sont, de nos jours encore, soumis à des comparaisons se traduisant parfois dans la similitude des dates à honorer. Une démarche officielle que le calendrier avait sanctifiée mais qui, à ce jour, symbolise deux événements différents. C'est ainsi que la date du 8 Mai 1945 croise deux faits majeurs ayant donné lieu à la plus mortifère confrontation entre deux peuples dont l'un revendiquait la liberté et, pour mieux dire, l'indépendance, alors que l'autre recevait la sienne sans y avoir contribué tout en poussant l'ignominie à priver de toute respectabilité humaine ces indigènes-là. Une date bicéphale venait de naître sur d'horribles charniers tout en faisant des génocidaires du moment des récidivistes à partir de novembre 1954. C'est pourquoi le temps des colonies fut lui aussi frappé du sceau de la négation de « l'autre » et qu'à la suite de cet aveuglement haineux s'ajouta, au fil des ans, l'organisation de la terreur que les milices coloniales entretinrent en collaboration avec l'armée. Ce n'était pas uniquement l'impunité qui fit son entrée mais aussi de nouvelles méthodes pour guerroyer.
Quelques années de cela, des révélations odieuses eurent lieu à ce sujet sans que cela ait dû modifier quelques arguments moraux chez les dirigeants de l'ex-empire. Du boucher Aussaresses jusqu'aux soldats de plomb qui flinguaient de paisibles bergers et violaient de pubères paysannes cachées dans leurs gourbis, tout cela n'a pas ébranlé la moindre conscience des dirigeants. À l'inverse, la description de ces enfers aiguisa certaines plumes de romanciers qui firent de ces révélations glauques l'éloge de ces « caporaux patriotiques ». Mais alors, pourquoi avait-on simulé la découverte de ces infamantes pratiques alors que ces réalités étaient déjà de notoriété journalistique en leur temps ? Celles, entre autres, des opérations de liquidation durant les événements du 8 Mai 1945 ont été abondamment décrites dans le monumental ouvrage d'André Mandouze consacré à « la question nationale et politique algérienne 1919-1951 ».(1)
En reprenant quelques rares témoignages, André Mandouze mit l'accent sur le travail d'investigation d'un journaliste de l'époque lorsque celui-ci se décida à la dénonciation. « Jamais, écrivait ce dernier, depuis l'an 1842 et le maréchal de Saint-Arnaud l'Algérie n'avait connu, même aux jours les plus sombres de son histoire, de répression plus féroce contre un peuple sans défense ». Il écrira par la suite ceci : « ... Sur les routes, à travers les sentiers, dans les champs, dans les rivières et dans les ravins, ce n'était partout que cadavres entrouverts où s'engouffrait la gueule sanglante des chiens affamés... Çà et là des villages entièrement rasés, éléments d'une humanité primitive fuyant sous les balles meurtrières des civilisés !!! ». C'était donc en ces mots que ce témoin exprimait sa douleur et son indignation.
Certes, ces crimes foncièrement racistes ne doivent pas se réduire à la barbarie coloniale du 8 Mai. En 1959, ils se sont plutôt industrialisés avec l'apport des méthodes de l'armée. Déjà, à notre date de référence, la très sérieuse revue Les temps modernes révélait les témoignages des torturés indiquant que les exécutions sommaires de leurs malheureux compagnons étaient de parfaits crimes de guerre que rien ne justifiait.
Or, de cette réalité ancienne, quelques réseaux de moudjahidine eurent l'idée d'exiger de la France une réparation, morale seulement, laquelle était susceptible d'instruire un dossier algérien grâce auquel le principe d'une repentance serait validé. L'initiative avait été aussitôt écartée par l'organisation idoine sur injonction du régime et pour cause, trop de connivences politiciennes étaient hostiles à tout démarchage sur la base de l'éthique. Argumentant sur cet aspect, la parole officielle trouva irréaliste le fait d'exiger pour soi une quelconque repentance, comme si l'Algérie et sa guerre de libération étaient suffisamment habilitées à devenir les dépositaires exclusifs du malheur colonial. Tout au plus, laisse-t-on entendre, l'Algérie aurait dû ou pu se rapprocher d'autres tribunes des nations pour rétablir toutes les vérités historiques, si réellement les précédents dirigeants avaient le souci de la mémoire collective que l'on voulait réhabiliter à présent, nous dit-on. En attendant, c'est de notre propre indigence dans ce domaine que l'Algérie souffre. Hélas, pas une seule idée allant dans le sens actuel et universel des dénonciations raciales et quasi-esclavagistes n'a émergé opportunément chez nous. Se cantonnant dans les laborieuses négociations algéro-françaises, ne s'est-elle pas condamnée à clarifier une suspecte « guerre civile » ? Cette dernière formule est certes troublante par ses connotations, en tout cas c'était ce qu'a toujours laissé entendre l'Elysée tout au long de nos 60 années d'émancipation. C'est dire que même le concept de repentance est réfuté officiellement tout en irritant l'opinion de la rive nord de la « mare » qui nous sépare.
Certains commentateurs parmi les plus influents ne se révélèrent-ils pas à ce propos d'une remarquable agressivité dans leurs écrits ; eux qui estimèrent il y a quelque temps que l'Algérie transgressait une « certaine bienséance hiérarchique ». En clair, c'était l'empire qui sermonnait les pékins ayant pris du grade grâce à la vieille dame de l'Europe.
Quand bien même l'on sait que « comparaison n'est jamais raison », ces journalistes en verve ont tout de même pris bien soin de faire le parallèle entre une hésitante préoccupation des dirigeants algériens lorsqu'ils abordent le passif du pays à la suite des méfaits de la colonisation et la manière dont avait été soldée ici une guerre civile sans imposer une quelconque repentance aux terroristes amnistiés. Deux arguments mis en parallèle qui ont fait mouche par la pertinence du raisonnement et surtout ont fait mal à notre dignité nationale.
Il est vrai que même les célébrations simultanées du 8 Mai 1945 n'ont jamais été des dates en partage entre la France et l'Algérie mais demeurent plutôt des abcès de fixation qu'aucun des deux pays n'a jusque-là crevés.
B. H.
(1) André Mandouze, professeur d'université à Alger dans les années 1950 puis doyen de cette institution du supérieur en 1962.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.