L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le boycott a bénéficié aux anciens appareils»
Soufiane Djilali :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 06 - 2021

Son parti laminé, avec seulement un siège dans la wilaya d'El Oued, Soufiane Djilali exprime sa grande désillusion. Le président de Jil Jadid n'a pas été payé en retour. Pour lui, les résultats obtenus par son parti ne correspondent pas aux efforts politiques dépensés. Une situation qu'il incombe à la perte totale de confiance des Algériens en politique.
Rym Nasri – Alger (Le Soir) – Ambitionnant de transmettre l'«esprit du Hirak» aux institutions, Jil Jadid n'a pas pu finalement obtenir les sièges qu'il espérait. Des résultats qui ne correspondent pas, selon son président, Soufiane Djilali, aux efforts politiques dépensés. «Notre solution, celle de faire passer l'esprit du Hirak vers les institutions, n'a pas pu convaincre une majorité d'Algériens qui ne font plus confiance ni aux institutions, ni aux élections, ni aux partis politiques, qu'ils soient au pouvoir ou d'opposition», soulignait-il hier à Alger.
Le parti qui a misé sur la participation d'au moins une frange de la population aux élections législatives pour donner naissance à un Parlement avec «un souffle nouveau», «un élargissement de la base de représentation», et «un début de changement graduel» s'est heurté à un boycott massif. «L'absence des Algériens aux urnes a permis aux anciens réseaux et aux anciens partis tel que structurés avec l'argent et leurs moyens de récupérer l'ensemble de la mise avec pourtant très peu de voix. Je pense que le premier parti à l'APN doit avoir réuni entre 300 000 et 350 000 voix», note Soufiane Djilali.
S'agissant des recours, il précise que sa formation politique en a déposé quelques-uns. «Nous voulons juste aller jusqu'au bout de la procédure. Même si nous devons avoir 10, 15 ou même 20 sièges, cela ne changera pas la configuration politique. L'opération en soi n'a pas apporté des éléments de réponse suffisamment forts, pour que nous passions à une phase de construction d'une Algérie telle que nous l'espérions», dit-il.
Quant aux dépassements enregistrés durant le scrutin, le président de Jil Jadid pointe du doigt l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie). Selon lui, elle n'a pas pu être à la hauteur de toutes ses prérogatives. «Il y a diverses raisons qui ont fait que l'Anie n'a pas pu remplir son rôle comme elle aurait dû le faire, notamment sa jeunesse, son inexpérience et une composante humaine qui n'a pas eu le temps d'être formée et qui n'est pas toujours peut-être la mieux choisie», explique-t-il.
Il met également en cause le nombre d'électeurs si réduit qui a favorisé selon ses dires, les partis qui étaient présents à travers les assemblées locales, à travers leurs élus avec les moyens, y compris pour les listes indépendantes qui très souvent ont été composées d'élus actuels des APC. «Ils avaient donc la maîtrise des réseaux et des personnels. En tant que parti d'opposition n'ayant pas d'élus, puisque nous n'avons pas participé auparavant aux élections, nous nous sommes retrouvés démunis», fait-il remarquer.
Pour lui, la nouvelle Assemblée populaire nationale élue est à l'évidence légale mais «n'a pas de légitimité populaire suffisante pour lui permettre de travailler à l'aise». Et d'expliquer que le boycott massif a énormément impacté cette APN. «Le mot d'ordre de boycott suivi par une bonne partie des Algériens a été une forme d'alliance objective entre les appareils de l'ancien régime avec les éléments actifs, parfois agitateurs qui voulaient le boycott. C'était laisser la scène libre aux anciens appareils, et c'est ce qui s'est passé à Béjaïa», dit-il.
Soufiane Djilali rappelle qu'habituellement, les anciens partis ne pouvaient jamais avoir la majorité dans les wilayas du centre à Béjaïa, Tizi-Ouzou et à Bouira, et ce, malgré les quotas et la fraude des urnes. «Dans ces wilayas, la fraude était toujours très amoindrie. Or, le boycott a livré littéralement toute l'institution à ceux qui étaient censés être dégagés. En réalité, ceux qui ont prôné le boycott ont fait dégager le Hirak au profit des anciens appareils, et non pas fait dégager les anciens partis du système», conclut-il.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.