Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



C'est plus pire !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 08 - 2021

À peine mon popotin mis face à l'ordi, ma petite voix, plus insolente que jamais, me chuchote à l'oreille : « Quoi, encore ? Tu vas nous bassiner avec le Covid-19 ? Suffit ! Tu ne vas pas t'y mettre, toi aussi ! Parle-nous de ton insecte préféré, la cigale. Puis, on ne dit pas « plus pire ». Revois un peu ton latin ! Laisse-toi aller, vieux, regarde le jour de l'œil le plus optimiste. Ton toubib ne cesse pas de t'exhorter à positiver. Alors, positive à fond ! Souris à la vie, elle te sourira. »
Waouh ! Ma petite voix a dans le coffre. J'ai bien envie de m'en débarrasser à jamais. Je n'y arrive pas. Nous sommes un vieux couple, lié pour la vie. À la vie, à la mort, comme on dit. Puis, dans mes moments de grande solitude, ma petite voix me tient compagnie. Un peu comme un chat qui ne dit mot, mais qui ronronne gentiment. Je serai malheureux sans elle. Néanmoins, mon toubib me conseille de ne pas trop l'écouter. Je vois d'ici mon ami de Tlemcen faire de l'analyse d'estaminet en lisant ce texte. Ça me fait sourire. Il n'y a rien à analyser, ya kheï ! C'est une somme de jérémiades qui me sauve la vie. Tout ceci grâce à ma petite voix !
Revenons à nos moutons. Mais de quoi vais-je parler, parbleu ? Des vacances au bord de la grande
bleue ? Je n'ai plus le cœur à faire la bronzette idiote et de voir ceux qui montrent leurs biscotos ou de se la jouer à la Ronaldo. De la lecture ? Je lis à me crever les yeux, et je ne retiens rien de mes lectures. Un fusible a sauté quelque part dans ma petite tête. Du cinéma ? Indiquez-moi l'adresse d'un cinéma ; puis par ces temps « covidés », il n'est pas conseillé de se frotter aux autres. De théâtre ? Kateb Yacine a joué sa dernière pièce. Et Alloula a été victime des faiseurs d'éternité. Des sorties en forêt ? J'aurais peur de me retrouver, seul, ou en famille, dans une de nos forêts. Oui, j'aurais peur comme ça ; parce que j'ai intériorisé la peur ; cette dernière guide mes pas. Me rendre à Alger, c'est déjà un projet pour moi. De l'analyse (culturelle, politique, sociale...) ? Il n'y a rien à analyser, vraiment rien. Quand je jette un regard alentour, j'ai un goût de cendre dans la bouche. Quand je jette un regard sur mon parcours (c'est celui de ma génération), je me vois en train de courir derrière un sac troué d'illusions ; je n'ai rien pris de mes rêves ; je me retrouve avec une main devant et une main derrière. Dès lors, je n'ai rien à analyser ; je parle des petites choses de la vie. Je m'accroche à ces petits riens. Ça me rassure. Et ça me donne envie de continuer.
Ihi, pour cet espace de parole, j'ai juste envie de parler du Covid-19 qui, inexorable et impassible, fauche des vies à longueur de journée. J'ai entendu l'autre dire : « C'est pire, ailleurs. » Tiens, ça me fait une belle jambe, lui dis-je. Puis, je vois dans la rue des citoyens, sont-ils vraiment citoyens ? ou juste des administrés qui ne marchent que sur injonctions, qui se dirigent vers le centre-ville, en sifflotant, content d'eux-mêmes, sans masque sur le nez. Je ne sais pas à quoi ils pensent. Ils vont là où se concentrent la population de la ville consolider les lieux possibles de la contamination.
J'ai juste envie de prendre un mégaphone, de l'introduire dans l'oreille de ces énergumènes, et de leur crier à leur faire péter le
tympan : « Mets un masque ou reste chez toi, bougre d'âne et bougre d'andouille. La situation est assez compliquée, ne rajoute pas ton idiotie. » C'est juste une envie. Je ne pourrais jamais faire une chose pareille. Aussi, quand je suis dehors, j'ai l'impression d'être épié par ce « monstre mutant et intelligent », comme le surnomme les spécialistes. Je le vois derrière cet arbre là-bas. Non, il est tapi derrière la voiture bleue ; il attend que je passe près de lui pour m'alpaguer. C'est peut-être de la paranoïa. Tant pis, j'assume ma parano. Je change de trottoir. Je le vois de ce côté-ci, aussi. Au secours, on est encerclé. Et l'autre gus, fier de son allure, continue de marcher et de siffloter la bouche ouverte et le nez en l'air.
Aujourd'hui, je mets deux masques. Dans ma petite tête, je me dis que c'est plus sûr. Je vais chez le boulanger. Avant de rentrer, je me lave les mains avec le fameux gel. Ah, une connaissance vient me saluer. La petite voix me dit tout sourire : « Que vas-tu faire,
maintenant ? » Rapidement, je me relave les mains. Il me tend le poing pour le salut. Oh, non, je mets ma main derrière mon dos. Je ne veux pas de cet élan forgé par l'habitude. Je lui parle des gestes barrières. Il se rapproche de moi, je recule. Je vois ses yeux se durcir. Pour finir, il me traite de peureux. De lâche. De poltron. De c.... molle. Je ne réponds pas. Je ne vais pas donner du coup de poing, tout de même. Je remets une couche de gel. Je rentre chez le boulanger. Je prends mes baguettes, la peur au ventre. Pour tout vous dire, j'ai même pensé à laver le pain avec la solution « hydroalcoolique ».
Un ami a été contaminé. Il est hospitalisé. J'ai eu l'information en retard. Son téléphone est éteint. J'appelle sa fille. Elle se trouvait à côté de lui. Comment est-ce
possible ? On admet des visites dans un service Covid ? Je ne comprends plus rien. La seule chose dont mon ami a besoin pour le moment, selon sa fille, c'est d'un concentrateur d'oxygène. « Je l'achète quel que soit son prix », me dit-elle dans un souffle. Où vais-je trouver cet appareil ? J'ai appelé les amis, en vain. J'ai écouté le Premier ministre rassurer le peuple. Je veux bien. Ne pourrait-il pas fournir à mon ami ce concentrateur d'oxygène ? Si j'ai bien compris les propos du Premier ministre, la situation est maîtrisée. Pourquoi donc ces appels de détresse qui sortent de partout ? Un effet des réseaux sociaux ? Je veux bien qu'on m'explique.
Je veux surtout que l'oxygène soit disponible en permanence pour sauver le plus grand nombre. Au fait, s'il y a un esprit supérieur qui a compris cette histoire d'oxygène, qu'il m'explique. L'Algérie a offert à la Tunisie de l'oxygène, alors que nous en manquons. C'est bien d'aider le voisin, mais « le croyant commence par soi-même ». Faisons une prière collective pour qu'il pleuve de
l'oxygène ; d'une prière deux coups.
Y. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.