Le Premier ministre annonce la mise en service de la ligne ferroviaire Boughezoul-Tissemsilt à la fin de l'année 2022    Réunion du Gouvernement : feuille de route pour la mise en œuvre du programme complémentaire de développement de Tissemsilt    Coronavirus : 8 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sonatrach annonce la prorogation du délai du concours de conception d'un logo à l'occasion du 60e anniversaire de sa création    Le bombardement de Laghouat en 1852, "un génocide"    Maroc: les opposants à la normalisation n'abdiquent pas    L'Algérie élue à la vice-présidence de la 27e Session de la Conférence des Etats parties à CIAC    Poursuite à Beyrouth des travaux du Forum parlementaire sur le plan de développement durable de 2030    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    CLCPRO : plus de 2.000 techniciens formés en matière de lutte antiacridienne    Tribunal de Sidi M'hamed: 15 ans de prison ferme requis contre l'ancien ministre Arezki Berraki    Décès du moudjahid et ancien diplomate Othmane Saâdi à l'âge de 92 ans    20 ans de prison ferme requises à l'encontre de Zitout    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Intense activité diplomatique de Lamamra    Air Algérie prolonge les délais    Le calvaire des Algériens pour obtenir un visa    46e Eucoco: une occasion pour réitérer le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui    Accord signé entre l'AAPI et le Groupe STELLANTIS: une étape importante dans la concrétisation du projet FIAT en Algérie    Séisme de 3,1 degrés près de Guelma    Les aviculteurs appelés à déclarer tout décès: La grippe aviaire inquiète    CNAS Oran: Le rôle des commissions paritaires dans la sécurité et la santé au travail en débat    La politique du «zéro Covid» contestée    Assainissement de la voie publique à Medina Jedida: Les trottoirs occupés illicitement libérés    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Selon l'APOCE: 80% de l'or écoulé n'est pas conforme    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Le choléra touche des résidents d'un centre pour personnes âgées    Le Qatar annonce un contrat pour approvisionner l'Allemagne    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces marocaines à El Fersia    Une semaine pour l'entrepreneuriat    Un guichet électronique national    À qui profite la crise?    Le poumon de Bouira    Agnelli prend la porte    Le CSA cède 80% de ses actions à Mobilis    Les dessous du clash Song-Onana    Le stress hydrique inquiète les agriculteurs    Vibrant hommage à la défunte artiste Sonia    Projection de «Frantz Fanon. Une vie, un combat...»    Films à l'affiche    Une troisième journée d'espoir pour les équipes africaines    Grand retour après deux ans d'absence forcée    L'Algérie émerge    Mondial 2022 (Australie-Danemark): l'Algérien Ghorbal au sifflet    Ligue 1: CRB-CSC, un choc explosif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ma�mar Sahli, le lion de la plaine du Cheliff
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 06 - 2012

�L'ASO, Lasnamia koul had teghleb hiya�, c��tait le refrain des supporters de l'ASO� chaque dimanche au stade chahid Ma�mar Sahli de la Ferme, cette petite chansonnette �tait reprise chaleureusement par les nombreux supporters de l'ASO Lasnamia, l'�quipe locale, � l'occasion des grands matches de football, qui se disputaient devant la grande foule de spectateurs venus supporter leur �quipe favorite.
C��taient les ann�es 1960 et 1970, l��ge de la jeunesse et de l'enthousiasme pour nous autres les enfants de la ville que de vivre ici, libres, dans le bonheur de l'ind�pendance, dans la plaine du Cheliff. Nous �tions jeunes et passionn�s de notre ch�re ville natale qui �tait connue � cette �poque, avant le s�isme destructeur, sous le nom �d�El Asnam�. Notre �quipe locale faisait notre joie et notre fiert�. C'�tait notre bonheur au moment de notre enfance v�cue ici dans cette cit� qui nous a vus na�tre et grandir dans la chaleur familiale. Mais avant que notre jeune g�n�ration ne go�te � cette p�riode historique de souverainet� et de libert� dans toute sa splendeur, il y a eu les moments durs et p�nibles de l'�poque sous autorit� coloniale et il y avait le club sportif du GSO (Groupement Sportif Orl�ansvillois), cette terrible �quipe de football de la plaine du Cheliff, dirig�e par les roumis et repr�sent�e par de talentueux joueurs de l'�poque : Merle, Diaz, Driss, Kanfar, Khetib, Fanals, Da Silva, Ma�za, Mihoubi, Sahli, Addad, Abed� L'�pop�e du football � Orl�ansville remonte � 1904, avec la cr�ation du 1er club amateur de cette �poque, le FCO. En 1919, le FCO et un autre club local �la Vaillante� fusionnent pour donner le GSO (Groupement Sportif Orl�ansvillois), les Lions du Cheliff, qui feront parler d'eux durant plusieurs d�cennies dans tous les stades d'Alg�rie gr�ce � la performance du football pratiqu� au cours de rencontres qui lui valurent partout reconnaissance et m�rite. Dans les ann�es 1940 et 1950, le club GSO s'�tait d�j� forg� une notori�t� dans le milieu sportif gr�ce � ses grands joueurs envi�s qui faisaient le bonheur, les beaux jours et la joie des supporters dans le stade Joseph- Robert de la Ferme et des autres stades, au moment des grandes rencontres d�cisives, ce qui vaudra � la ville d'Orl�ansville, le symbole de la �cit� au courage du lion�. Le GSO a �t� plusieurs fois champion d'Alger, demi-finaliste de la Coupe d'Afrique du Nord et a remport� de grands tournois. En 1947, sous la houlette d'un petit groupe de personnalit�s sportives notables de la ville, c'est la naissance de l'�quipe musulmane de l'ASO, (Association Sportive Orl�ansvilloise) constitu�e en majorit� de joueurs alg�riens natifs de la ville qui vont prendre en main la destin�e de ce club prestigieux qui va rivaliser avec le grand club colonial du GSO qui figurait dans le championnat de division sup�rieure. (Le GSO �tait d�j� en division d'honneur, l'ASO �voluait en seconde division). Cette rivalit� entre le club colonial du GSO et le club musulman de l'ASO se poursuivra pendant toute la dur�e de l'occupation fran�aise. L'�quipe musulmane de l'ASO honorait beaucoup la population asnamie pour son engagement politique avec des joueurs tels que Berrah, Tegguer, Sahnoun, Addad, Kanfar, Sahli, Bouhaik, Messabih, Bennegouche et beaucoup d'autres encore, ainsi que des dirigeants jaloux de leur identit�. C��tait le m�me engagement dans le combat lib�rateur sous le couvert sportif qui soutenait le mouvement insurrectionnel dans le pays. Le d�clenchement de la guerre de Lib�ration en Novembre 1954 va mettre un terme � l'activit� sportive du club de l'ASO. En effet, les �v�nements de la guerre d'Alg�rie plongent le pays dans le soul�vement et le combat pour la lib�ration du joug du colonialisme fran�ais. Une grande partie des joueurs locaux ainsi que les dirigeants vont �tre arr�t�s et emprisonn�s pour leurs activit�s partisanes avec le FLN et des t�tes vont tomber �galement pour leur appartenance � l'ALN. Les principaux activistes de la r�volution sont arr�t�s. Sahli Ma�mar sera tortur� et guillotin� en d�cembre 1957, avec son compagnon d'armes Mekkioui. Viendront ensuite d'autres martyrs de la cause nationale. Parmi les grands sportifs du football et de l'athl�tisme de la plaine du Cheliff : Ferdji, Bibi, Klouche� et beaucoup d'autres anonymes qui sont �galement pass�s par les armes pour atteinte � la s�ret� de l'Etat fran�ais. Juillet 1962 : c'est l'Alg�rie ind�pendante, le nom d'Orl�ansville fait partie du pass� et El-Asnam reprend sa l�gitimit� dans la plaine du Cheliff. L'�quipe de l�ASO est toujours l�, pr�sente comme un symbole de la lutte des jeunes sportifs et le stade de la Ferme est baptis� du nom du valeureux martyr de la nation Ma�mar Sahli. Le stade symbole de la lutte et des sacrifices avec ses guichets, ses murs, ses gradins, son poulailler, demeure toujours debout dans la banlieue de la Ferme (aujourd'hui Hay El-Houria), comme un site de p�lerinage pour les g�n�rations montantes et un t�moignage vivant de ces lieux de la m�moire. Un symbole qui raconte l�engagement des enfants de la ville dans un seul combat, tous unis contre l'oppresseur pour la lib�ration du pays� Gloire � nos martyrs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.