Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



VOL D�ARMES AU COMMISSARIAT CENTRAL D�ALGER
Le tribunal frappe fort
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 07 - 2012

Le repr�sentant du minist�re public a requis � l�issue de son r�quisitoire, une peine de 20 ans de r�clusion criminelle � l�encontre de Ma�mar Fliti et Toufik Yahi, assortie d�une amende de 3 millions de dinars, 15 ans � l�encontre de leurs �clients� assortie d�une amende de 2 millions de dinars et 3 ans � l�encontre des policiers accus�s de n�gligence.
Lyas Hallas - Alger (Le Soir) - Les avocats des cinq premiers mis en cause, Ma�mar Fliti et Toufik Yahi et leurs trois clients, accus�s de constitution d�association de malfaiteurs et de commerce illicite d�armes, ont plaid� les circonstances att�nuantes pour leurs clients, du moment que �les armes ont �t� r�cup�r�es et qu�elles n�ont pas �t� utilis�es pour commettre des crimes�. Me Mohamed-Salah Bounineche, avocat de Toufik Yahi, a essay�, � travers sa plaidoirie, de prouver qu�il n�y a eu aucun �accord pr�alable� entre son client et que ses �courses� r�tribu�es par les acheteurs n��taient que le fait du hasard. Il s�est �nergiquement �d�ploy� pour �carter la th�se de l��association de malfaiteurs �. Et tout en plaidant les circonstances att�nuantes pour son client, lequel a avou� avoir jou� le r�le d�interm�diaire dans ce commerce illicite, il a pos� une probl�matique lancinante, celle du port d�arme : �Ces armes ont �t� vendues � des personnes qui vivent dans une r�gion agit�e. Elles les ont achet�es pour se d�fendre. Elles ont �t� r�cup�r�es et elles n�ont pas �t� utilis�es pour commettre des crimes.�
Beaucoup de t�tes seraient tomb�es�
De son c�t�, Me Hadria Khennouf, qui s�est constitu�e pour d�fendre Ma�mar Fliti, s�est bas�e sur l�enqu�te sociale faite sur son client qui n�a �aucun ant�c�dent judiciaire� et connu pour sa �bonne conduite� pour plaider les circonstances att�nuantes. Sauf qu�elle soit all�e plus loin pour justifier son acte : �Il y a un proverbe alg�rien qui dit : el mel sayeb ya�lem sarka (la n�gligence apprend le vol, ndlr). Et mon client, qui vivait des moments difficiles, a profit� de l�anarchie qui r�gnait dans l�armurerie, o� les armes se trouvaient � m�me le parterre ou entass�es dans des cartons et que personne ne saurait en identifier une, pour gagner un peu d�argent. Il a pris cinq armes et il l�a avou�. Les armes ont �t� r�cup�r�es. Or, les responsables de cette n�gligence lui ont fait porter le chapeau pour tout le reste. Ils n�ont pas trouv� mieux comme bouc �missaire, assumant la responsabilit� dans la disparition des autres armes dont on ne sait quand elles ont disparu ni o� elles sont maintenant�. Et d�ass�ner : �Si l�instruction avait pris son cours normal, beaucoup de t�tes seraient tomb�es !� La th�se de la n�gligence a �t� rejet�e en bloc par les avocats de Nadjib Jarir, commissaire principal qui fut chef du service de l�administration g�n�rale au moment des faits retenus contre Fliti. �C�est l�organisation du service qui est d�faillante. La preuve, l�institution a amend� le texte r�glementaire la r�gissant en 2008, apr�s l��clatement de cette affaire. Et l�ancien texte ne pr�voyait pas l�inventaire des armes individuelles. C�est qu�on n�inventoriait que les armes appartenant au service. Par ailleurs, mon client avait envoy� des tonnes de correspondances � ses sup�rieurs pour r�gulariser la situation du magasin d�armement. Il se basait sur les rapports de ses subalternes auxquels il est cens� faire confiance. D�autant qu�aucune anomalie n�appara�t sur les documents de passation de consignes ou autres. Mais aucune de ses correspondances n�a eu de suites. L�, je vous pose la question : pourquoi la responsabilit� dans cette soi-disant n�gligence s�est arr�t�e au niveau de mon client ?�, accuse l�un des avocats. Pas besoin d�intelligence pour savoir qu�il visait le chef de S�ret� de wilaya. Il a, en tout cas, pr�sent� une copie de l�ancien texte r�gissant l�armurerie et a plaid� l�acquittement de son client. Et au juge, agac�, de r�pliquer : �Pfft ! Sayba donc !� Le juge n�a pas admis qu�on g�re les armes avec une telle l�g�ret�. Que les textes r�glementaires le pr�voient ou pas, l�esprit carr� d�un responsable n�appliquant que les textes qui ne rassurent pas sur la tra�abilit� des armes ne plaide pas en sa faveur. Il s�agit d�une n�gligence. Apr�s deux heures de d�lib�rations � le verdict est tomb� vers les coups de 23 h �, il le condamne, lui et son pr�d�cesseur � la t�te du service, Mourad Mouat, ainsi que ses subalternes Sayeh Yacine, Yahiaoui Kamel, Meriah Boualem et Bousa� Larbi, � deux ann�es de prison avec sursis assortie d�une amende ferme de 50 000 DA. De m�me qu�il a retenu la charge de constitution d�association de malfaiteurs contre les seuls Fliti et Yahi, condamn�s � 10 ans de r�clusion criminelle assortie d�une amende de 500 000 DA chacun. Les clients de ces deux derniers, Sofiane Benmehieddine et Karim Oukherfallah, eux, ont �cop� de 3 ann�es de prison. Hadad Mohamed, Messadi Rafik et Sma�l Djamel quant � eux ont �t� acquitt�s. Tout comme Nacer Younsi pour lequel le tribunal a fait savoir qu�il avait �t� emprisonn� auparavant pour une autre affaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.