ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    Perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Dziri Billel n'est plus entraineur de l'Usm Alger    Berraf maintient sa démission    Ce qu'il faut savoir    Le prix des masques chirurgicaux flambent    Tebboune appelle à une "extrêmevigilance"    Les avocats continuent de denoncer    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'inébranlable détermination des étudiants    Une médaille pour le hirak à Montréal    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE D�LIT DE PRESSE EN ALG�RIE
Un d�lit sp�cial ou un d�lit de droit commun ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 09 - 2012


Par Mohamed Brahimi, avocat
Quand les pouvoirs publics ont annonc�, dans le sillage du Printemps arabe, la promulgation imminente d�un nouveau code de l�information cens� prendre en charge les pr�occupations des journalistes et autres d�fenseurs de la libert� de la presse, divers commentaires publi�s dans les diff�rents mass-m�dias nationaux ont salu� cette initiative.
La pr�sentation du projet du nouveau code de l�information par le ministre de la Communication et la divulgation de son contenu ont fait nourrir une pol�mique sur la pertinence des nouvelles dispositions. Alors que le ministre de la Communication d�clarait que le nouveau projet s�est inspir� de ce qui est pratiqu� dans les pays les plus d�mocratiques, les journalistes et les repr�sentants des organisations des droits de l�homme ont eu des r�actions plus ou moins mitig�es. Les concepteurs du nouveau code de l�information (NCI) promulgu� le 12 janvier 2012 ont �t� r�ceptifs � certaines critiques des journalistes et ont de ce fait supprim� les peines d�emprisonnement contenues dans le projet initial et les ont remplac�es par des peines d�amendes. L�absence de peines d�emprisonnement dans le NCI a mis en vogue une expression juridique jusque-l� inconnue dans la sph�re m�diatique nationale : la d�p�nalisation du d�lit de presse. Dans un climat euphorique, une grande partie des professionnels de l�information ont vu dans la suppression des peines d�emprisonnement dans le NCI une avanc�e consid�rable en mati�re de libert� de la presse. En m�connaissance aussi bien de la l�gislation p�nale r�gissant le d�lit de presse que de la notion de d�p�nalisation, d�aucuns ont consid�r� que le journaliste est d�sormais lib�r� de la peur d��tre emprisonn� pour ses �crits et que, dans le pire des cas, il ne peut �tre condamn� qu�� une peine d�amende. La r�alit� est, malheureusement, aux antipodes de cette id�e(I). En outre, il est pour le moins regrettable qu�aucun professionnel des m�dias ni aucune organisation ou personnalit� d�fendant la libert� de la presse n�a cru utile d�attirer l�attention ou de critiquer l�absence dans le NCI de la r�gle de �l�exceptio veritatis� (l�exception de v�rit�) qui est l�un des fondements de la libert� de la presse(II).Nous verrons que le NCI n�a absolument pas r�gl� la probl�matique de la d�p�nalisation du d�lit de presse et que ce code doit �tre enti�rement repens�.(III)
I- D�p�nalisation du d�lit de presse : mythe ou r�alit� ?
L��l�ment le plus positif qui ressort des divers commentaires, interviews ou articles de presse en rapport avec le NCI est que l�acte de presse en Alg�rie est d�sormais d�p�nalis�. Est-ce vraiment le cas ? Oui, si on se r�f�re � tout ce qui a �t� dit et publi� sur la question. L�organisation RSF elle-m�me a cru en la d�p�nalisation du d�lit de presse. C�est ainsi que suite � la condamnation en juin 2012 d�une journaliste du quotidien Akher Sa� � deux mois de prison pour diffamation, RSF s�est offusqu�e de cette d�cision en la qualifiant de contraire aux nouvelles dispositions du NCI qui ont d�p�nalis� le d�lit de presse. En v�rit�, le NCI n�a nullement d�p�nalis� le d�lit de presse, au contraire, il n�a fait qu�exacerber l�ambigu�t� qui entoure aussi bien la notion de �d�p�nalisation� que la notion de �d�lit de presse�. Plus grave encore, le NCI a en d�finitive transform� le d�lit de presse d�un d�lit sp�cial, assujetti � certaines r�gles et proc�dures particuli�res prot�geant le journaliste, � l�instar de la courte prescription des infractions de presse en un d�lit de droit commun dont les r�gles sont plus rigoureuses. En droit, �d�p�naliser� signifie �enlever le caract�re p�nal � une infraction d�termin�e pour en faire des infractions relevant du droit civil�. Aussi consid�rer que d�p�naliser consiste � supprimer l�application de la peine de prison � l�encontre de l�auteur de l�infraction de presse est incorrect. Le NCI, s�il a effectivement supprim� la peine de prison pour les infractions qu�il �num�re, a par contre maintenu la peine d�amende. La peine d�amende variant entre 50 000 et 500 000 DA suivant la nature de l�infraction, la peine encourue est donc une peine d�lictuelle puisque d�passant 20 000 DA et, de ce fait, r�gie par les r�gles applicables � ce genre de peine, notamment la possibilit� de subir la contrainte par corps, c'est-�-dire la prison en cas de non-paiement de l�amende (8 mois � 2 ans de prison suivant le taux de l�amende - articles 597 et 602 du code de proc�dure p�nale), ainsi que l�inscription de la condamnation au casier judiciaire qui sera prise en compte en cas de r�cidive. Le terme de d�p�nalisation est donc inad�quat puisque le journaliste est toujours passible d�une peine correctionnelle. Il serait plus juste de parler de �d�prisonnement �. En outre, la quasi-totalit� des infractions de presse, y compris la diffamation, l�injure ou l�outrage, sont punis non pas par le NCI, mais bel et bien par le code p�nal. Et ces infractions sont toutes passibles de peines de prison, dont certaines � des peines de r�clusion criminelle, � l�instar du crime de divulgation de secret-d�fense ou d�apologie d�un acte subversif. On est loin donc de la d�p�nalisation du d�lit de presse. C�est cette ambigu�t� entretenue � l�encontre de la question de la d�p�nalisation du d�lit de presse jointe � la m�connaissance des m�canismes juridiques dont rel�ve ce d�lit qui ont fait r�agir les m�dias et des ONG qui prirent s�v�rement � partie le juge qui a condamn� la journaliste du quotidien Akher Sa�� deux mois de prison pour diffamation. En v�rit� ce juge n�a fait qu�appliquer la loi. Bien plus, il a fait b�n�ficier la pr�venue de larges circonstances att�nuantes puisque, dans le cas d�esp�ce, l�infraction de diffamation en vertu de laquelle ont �t� engag�es les poursuites ne fait pas partie des d�lits de presse ins�r�s dans le NCI, mais est pr�vue par l�article 296 du code p�nal qui la sanctionne d�une peine de 2 � 6 mois de prison et de 25 000 � 50 000 DA d�amende. En conclusion, le NCI n�a nullement d�p�nalis� les infractions de presse, mais n�a fait que �d�prisonner� un tr�s petit nombre de d�lits. Plus prosa�quement, et en excluant les infractions relatives � la cr�ation ou au financement d�un organe d�information, le NCI n��num�re que 5 d�lits dont 3 li�s aux proc�s judiciaires (atteinte au secret de l�enqu�te, publication des d�bats de certains proc�s civils ou dont le huis clos a �t� ordonn�, publication de circonstances de certains crimes ou d�lits, outrage aux chefs d�Etat �trangers ou membres de missions diplomatiques). Cette compilation excessive laisse le champ libre � l�application des dispositions r�pressives du code p�nal qui a r�cup�r� la quasi-totalit� des infractions de presse. Le d�lit de presse n�est plus d�sormais un d�lit sp�cial, mais il est devenu un d�lit de droit commun, exception faite des 5 d�lits susmentionn�s. Il va sans dire que la non-prise en charge par le NCI de toutes les infractions de presse, notamment celles de la diffamation, de l�outrage ou de l�injure constitue une restriction � la libert� de la presse et � la libert� d�expression. Cette restriction est aggrav�e par l�absence dans le NCI de la r�gle de l�exceptio veritatis qui permet au journaliste d��chapper � la r�pression en apportant la preuve de la v�racit� du fait diffamatoire.
II� L�exceptio veritatis : une r�gle universelle m�connue
La diffamation constitue, on s�en doute bien, le d�lit de presse par excellence en vertu duquel sont engag�es la quasi-totalit� des poursuites p�nales contre les journalistes. Rappelons qu�aux termes de l�article 296 du code p�nal, la diffamation s�entend de �toute all�gation ou imputation d�un fait qui porte atteinte � l�honneur ou � la consid�ration des personnes ou du corps auquel le fait est imput�. Dans les pays d�mocratiques o� la presse est libre, la loi permet au journaliste poursuivi pour diffamation ou outrage d�apporter la preuve de la v�racit� de l�all�gation ou de l�imputation litigieuse. Si le journaliste r�ussit � apporter cette preuve devant le juge en excipant de preuves �crites ou de t�moignages, il est automatiquement relax� : c�est l�exceptio veritatis ou l�exception de v�rit�. Les concepteurs du NCI auraient d� penser � r�int�grer cette r�gle fondamentale et universelle dans la nouvelle loi mais il n�en fut rien. Je dis r�int�grer et non int�grer, car aussi paradoxal que cela puisse para�tre, cette r�gle existait dans le premier code de l�information du 6 f�vrier 1982. Bien que promulgu� en 1982, c'est-�-dire bien avant l�av�nement du pluralisme politique et m�diatique, l�ancien code a introduit la r�gle de l�exceptio veritatis puisque l�article 126 stipulait express�ment que �la preuve du fait diffamatoire est libre�. Bien plus, l�article 121 �non�ait un principe renfor�ant la libert� de la presse puisqu�il consid�re la critique du fonctionnement ou de la gestion des services publics comme n��tant pas constitutive de d�lit de diffamation. L�absence dans le NCI de la r�gle de l�exceptio veritatis a des cons�quences insoup�onnables sur la libert� de la presse. En cas de poursuites p�nales pour diffamation ou outrage, le journaliste est automatiquement condamn� quand bien m�me il apporte la preuve de la v�racit� des all�gations objet de ces poursuites. Dans les affaires o� sont impliqu�s des journalistes pour d�lit de diffamation, et � d�faut d�opposer l�exceptio veritatis pour obtenir une d�cision de relaxe, la d�fense se rabat, faute de mieux, sur l��l�ment moral de l�infraction, en l�occurrence la bonne foi du journaliste. La mauvaise foi �tant en mati�re d�infractions de publication toujours pr�sum�e, il faudrait donc, pour que le juge admette la bonne foi du journaliste et le relaxer du fait de diffamation, prouver que l�auteur de l�article de presse incrimin� a agi sans intention de nuire, qu�il a poursuivi un but l�gitime, avec prudence et mesure dans l�expression et a v�rifi� ses sources. Des conditions fort difficiles � remplir a fortiori si on a affaire � un juge peu r�ceptif aux subtilit�s juridiques. Mais si, par hasard, le juge est convaincu de la bonne foi du journaliste, il n�y a aucune raison pour que le tribunal ne rende pas une d�cision de relaxe. Dans ce cas, la bonne foi constitue un fait justificatif qui enl�ve tout caract�re d�lictueux au fait incrimin�. Il n�y a alors aucune diff�rence entre l�effet de l�exceptio veritatis et celui de l�exception de bonne foi. Il est ind�niable que la d�p�nalisation du d�lit de presse est la condition sine qua non pour consolider la libert� de la presse et le droit � l�information et par l� m�me la d�mocratie, mais elle doit aussi �tre accompagn�e par d�autres mesures protectrices du journaliste, dans les limites des devoirs et responsabilit�s qui incombent � ce dernier. C�est dans ce cadre que doit �tre repens�e la l�gislation nationale en mati�re d�information.
III� Plaidoyer pour une v�ritable d�p�nalisation du d�lit de presse
C�est une lapalissade de dire que la libert� de la presse se mesure � l�aune de la l�gislation sanctionnant le d�lit de presse. Plus un pays est d�mocratique et respectueux des droits de l�homme, plus il tend � supprimer la censure m�diatique et � interdire les poursuites p�nales contre les journalistes du fait de leurs activit�s journalistiques. Et plus on r�prime, plus on sombre dans la dictature et la violation des droits de l�homme. C�est pourquoi des pays comme la Grande-Bretagne, les Etats-Unis ou les pays scandinaves, o� la libert� de la presse est absolue, rechignent � promulguer des lois restreignant cette libert�. En Grande-Bretagne, cette libert� est tellement absolue et sacr�e qu�il n�existe pas de loi sur la presse. En cas de litige, c�est au juge de trancher et de dire s�il y a infraction et comment elle doit �tre r�prim�e et r�par�e. Le principe dans ce pays est que le journaliste est libre d��crire ce qu�il veut sans autre restriction que sa conscience et son sens de responsabilit�. Aussi le syst�me britannique est consid�r� comme le pr�curseur de la libert� de la presse. Aux Etats-Unis, le premier amendement de la Constitution fait du journaliste une personne presque intouchable quand il s�agit du droit d�information. La Cour supr�me am�ricaine, dans la c�l�bre affaire Watergate, a consid�r� que la presse doit �tre au service des gouvern�s non des gouvernants, que le pouvoir du gouvernement de censurer la presse a �t� aboli et que la presse a �t� prot�g�e par le premier amendement pour qu�elle d�voile les secrets du gouvernement et informer le peuple. Revendiquer une l�gislation nationale qui serait impr�gn�e de ces principes serait trop demander mais tout au moins peut-on esp�rer un code de l�information qui garantisse un minimum de libert� pour la presse afin qu�elle puisse informer sans entraves et sans censure ou auto-censure. Une vraie r�forme du code de l�information devrait passer entre autres par une d�p�nalisation ou un d�prisonnement effectif de telle sorte que le journaliste ne soit plus menac� par la prison pour avoir collect�, trait� ou diffus� une information de quelque nature qu�elle soit. D�p�naliser les d�lits de presse en en faisant des fautes civiles passibles seulement de condamnations � des dommages et int�r�ts n�est pas souhaitable pour des raisons �videntes car il est incontestable que la libert� de la presse ne peut �tre absolue. C�est pourquoi m�me les l�gislations de grands pays d�mocratiques ont instaur� des lois ou des r�gles qui sanctionnent p�nalement les d�lits de presse, notamment la diffamation ou l�outrage. Pour concilier les deux grands principes de libert� et de responsabilit�, il faudrait instaurer une l�gislation sp�ciale, tel un code de l�information ou une loi sur la presse qui ne permette ni la totale impunit� ni une excessive r�pression. Ceci passe, comme nous l�avons vu, par la suppression de la peine de prison pour certaines infractions de presse tels la diffamation, l�outrage, la d�nonciation calomnieuse ou encore les publications interdites (protection des d�bats judiciaires, protection des mineurs�). La d�p�nalisation partielle de cette cat�gorie d�infractions, qui constitue la quasi-totalit� des d�lits objet de poursuites p�nales contre les journalistes, doit �tre renforc�e par l�instauration de la r�gle de l�exceptio veritatis et par un code d��thique et de d�ontologie qui fixera les r�gles applicables � la mission du journaliste, notamment le devoir d�informer le lecteur en toute ind�pendance des pouvoirs politique et �conomique et dans le respect de la vie priv�e d�autrui et ayant � l�esprit les principes de la v�rit�, de la rigueur et de l�exactitude.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.