Mouvement citoyen : quelle forme de structuration ?    Ici et maintenant    Gare aux activistes revanchards    Partenariat algéro-italien: Des hélicoptères seront fabriqués à Sétif    Gaz gratuit pour la France et rupture des relations avec Exxonmobil: Les réponses de Sonatrach    Eco-construction: Groupe Hasnaoui, une longueur d'avance    UNAF - Tournoi international U-15: Le Maroc sacré, l'Algérie deuxième    En amical : Algérie-Tunisie, ce soir à Blida - Une revue d'effectif décisive    CAN-2019 (U23) : Algérie - Guinée équatoriale, aujourd'hui à 17h00: Le match de la confirmation pour les Verts    Des terrains désaffectés après les relogements transformés en décharges: Des habitants de Ras El Aïn réclament l'installation de clôtures    Vol et trafic de drogue, trois personnes arrêtées    Arzew: 77 millions de dinars pour l'aménagement du front de mer    De l'Etat profond de Saadani    Rehausser le débat    Mesrati remporte le grand prix 3 étoiles    Le FLN et le RND se prononcent    Zetchi satisfait de ses deux premières années de règne    Les déterminants du cours du pétrole et son impact sur l'économie algérienne    Plus de 310 exposants de plus de 20 pays attendus au prochain SIMEM    L'Afrique du Sud, dernier qualifié à la phase finale    Réunion ministérielle préparatoire à la Conférence internationale de solidarité avec le peuple sahraoui    Jaafari appelle l'ONU «à prendre une position officielle claire»    Rassemblement à la Grande-Poste    Plus de 560 jeunes au championnat national de calcul mental    Extension du siège de l'APC de Sidi Khettab (Relizane)    Saisie de un million d'euros en fausses coupures    L'UFDS de Nourredine Bahbouh s'oppose à l'intervention de l'Armée    2e édition du séminaire sur la cyber-sécurité et la cyber-défense    Les films de 1999 impressionnent toujours    Ouverture à Boufarik de la 5e session de qualification    Sovac / Skoda : Simulation du crédit 0 % sur l'Octavia    Nissan teste la technologie invisible-to-visible en conditions réelles    Algérie Télécom s'explique    Louisa Hanoune dit "non" à Zeroual    Gaïd Salah en visite de travail    Ressources halieutiques : Hausse de la production nationale en 2017 mais recul des quantités exportées    422 morts en janvier et février    Nissan Le groupe abaisse ses prévisions, passe une charge liée à Ghosn    Carburants en France : Macron projette de moduler les taxes en fonction du cours du pétrole    Chine : Xi Jinping, allié et rival, en visite d'Etat en France    3 kamikazes de l'EI tués dans le Nord proche de la Syrie    Festival lire en fête : Affluence considérable des enfants à Chlef    L'économiste Ferhat AÎT Ali : " Une grève générale constituerait un danger pour le pays "    Tewfik Khelladi limogé    Equipe nationale de football.. Boudaoui libéré au profit des U23    JSMT-OMA : plusieurs policiers blessés à l'issue du match    Des mesures à prendre en extrême urgence    Ouverture du festival du printemps    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LIBAN
Beyrouth, Tripoli, la peur plane sur le pays du C�dre
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 09 - 2012


Reportage r�alis� par Hassane Zerrouky
A la veille de la visite du pape Beno�t XVI au Liban, Beyrouth affiche un semblant de normalit�. Le quartier Hamra � Beyrouth, r�put� pour ses art�res commer�antes, ses centres d�affaires, ses bars et pubs branch�s mais aussi ses bo�tes de jazz, de danse, toujours aussi anim�, surtout la nuit, fait oublier l�instant d�un soir que, d�un moment � l�autre, la crise syrienne risque d�emporter le Liban. Damas n'est qu'� 83 km de Beyrouth et Homs � moins de 50 km de Tripoli.
Une fin du mois d�ao�t sanglante
A la mi-ao�t, l�enl�vement par l�Arm�e syrienne libre (ASL) d�un ressortissant libanais accus� d��tre un membre du Hezbollah a mis le feu aux poudres. A Beyrouth, le puissant clan chiite des Haddad, dont est issu le Libanais prisonnier de l�ASL, a violemment r�agi : plus d�une trentaine de Syriens, des Qataris, des Saoudiens et des Turcs enlev�s. Les Haddad, sur lesquels m�me le Hezbollah n�a aucune prise, menacent de les ex�cuter si l�ALS ne lib�re pas leur prisonnier. �Pendant huit jours, il n�y avait m�me pas d�Etat. Rien, on a craint le pire�, confie Ernest Khouri, journaliste du quotidien de gauche libanais Es- Safir. Les Syriens r�fugi�s � Beyrouth, les Saoudiens et les ressortissants des pays du Golfe se sont terr�s avant de quitter pr�cipitamment la capitale libanaise. Toujours � la mi-ao�t, � Tripoli, deuxi�me ville du Liban, proche de la fronti�re syrienne, capitale des sunnites libanais et fief de la famille Hariri, de violents affrontements arm�s ont oppos� les alaouites habitant le quartier de Djebel Mohsen et soutenant le r�gime de Bachar aux sunnites du quartier de Bab Taban�, qui soutiennent les insurg�s syriens, et quartier o� les salafistes ont pignon sur rue. Deux quartiers, s�par�s par une rue, la rue de Syrie, qui fait office de ligne de d�marcation, deux quartiers qui partagent un fort taux de ch�mage, la pauvret� et des habitations pr�caires. Les combats � l�arme automatique et � l�arme lourde ont fait 19 morts, des dizaines de bless�s. Les immeubles �ventr�s par les tirs d�obus, certains calcin�s, des habitations enti�rement d�truites, m�me les mosqu�es comme Mesdjad El Nasseri, n�ont pas �t� �pargn�es, tout t�moigne de la violence des combats� Il a fallu l�intervention des notables et des sages de la ville pour ramener le calme et pour que les deux camps qui se rejettent mutuellement la responsabilit� des affrontements acceptent une tr�ve. �Certes, la vie a repris dans ces quartiers, les magasins ont rouvert, il n�y a plus d�hommes en armes dans les rues, mais beaucoup de Tripolitains pensent que �a va reprendre une fois termin�e la visite du pape�, explique Mouti�a Hallaq, actrice de la soci�t� civile qui a organis� plusieurs rassemblements de femmes sous le mot d�ordre �Tripoli sans armes�. Pour la sociologue et journaliste au quotidien Es-Safir, Nahla Chahal, native de Tripoli, �les deux quartiers, qui s�affrontent, se trouvent � l�entr�e nord de la ville quand on arrive de Syrie. Tripoli �touffe. Le n�olib�ralisme a fait des ravages : 58% des habitants sont au seuil de la pauvret�, 49% des enfants ne sont pas scolaris�s ou d�scolaris�s. Les Tripolitains ont le sentiment que leur ville est n�glig�e, que les chiites � Beyrouth- Sud vivent mieux. Ils vivent crisp�s sur leur identit� et pensent que si le r�gime d�Assad tombe, Tripoli reprendra la place qu�elle avait dans la �Grande Syrie�. Tr�s en col�re contre la France qui a recommand� � ses ressortissants allant au Liban d��viter Tripoli, la sociologue assure que sa ville �n�est pas devenue un fief d�Al-Qa�da� tout en signalant que les affrontements sont circonscrits � ces deux seuls quartiers. Comme Beyrouth, le centre de Tripoli, la ville historique et ses caravans�rails datant de l��poque des Mamelouks donnent une impression de normalit�. Il n�en reste pas moins � la Syrie est toute proche � que les Tripolitains redoutent que le conflit syrien d�borde chez eux.
Informations et rumeurs alimentent les craintes des Libanais
Sur le plan politique, le gouvernement dirig� par le sunnite Mekati, qui pr�ne une politique de distanciation � l��gard de la crise syrienne, n�est pas �pargn� par les critiques des m�dias (except� Al-Akhbar proche du Hezbollah) et par ses adversaires de la coalition du 14 mars domin�e par le Courant du futur de Saad Hariri et les Forces libanaises de Samir Geagea. La soudaine radicalit� de cette derni�re - demande d�expulsion de l�ambassadeur de Syrie, suspension des accords libanosyriens et d�ploiement de la Finul le long de la fronti�re syrienne � en a surpris plus d�un. Mais tout critiques qu�ils sont envers le r�gime de Bachar Al Assad qui n�a pas laiss� de bons souvenirs au Liban avant d� �tre contraint en 2005 par une r�solution de l�ONU de retirer ses troupes du pays du C�dre, les Libanais ne souhaitent pas �tre entra�n�s dans la crise syrienne. Il faut dire que dans ce pays, le moindre incident prend vite d��normes proportions comme pour ajouter � une tension bien r�elle. Accusations et contre-accusations lanc�es par l�un et l�autre camp ne manquent pas. Des informations, inv�rifiables, font �tat d�avions cargos saoudiens d�barquant des armes � l�a�roport de Beyrouth � destination des groupes salafistes sur la fronti�re syrienne et de l�Arm�e syrienne libre (ALS), de la pr�sence de centaines de djihadistes �trangers en partance vers la Syrie, de r�activation des milices arm�es proches de certains partis libanais. De quoi alimenter les craintes d�un d�bordement du conflit syrien au Liban. Et les mesures prises par l�Etat libanais pour assurer son autorit� et ne pas se laisser d�border sont diversement interpr�t�es. L�op�ration coup-de-poing contre le puissant clan chiite des Mokdad a �t� ressentie comme un acte dirig� contre les chiites. Le clan des Mokdad, fort de plusieurs milliers de personnes habitant dans la r�gion de Baalbeck, sur lesquels, dit-on, le Hezbollah n�aurait aucune emprise et qu�il m�nagerait pour des raisons strictement politico-communautaristes, menace de recourir � la force.
Une classe politique qui se d�chire sur la Syrie
La coalition du 14 mars domin�e par le parti de Saad Hariri accuse la Syrie d�attiser les clivages interconfessionnels (chiites contre sunnites) pour entra�ner le Liban dans la crise, et appelle les Libanais � plus de solidarit� avec le peuple syrien. Pour le Hezbollah et son alli� Michel Aoun du Courant patriotique libre (CPL), c�est, au contraire, la Coalition du 14 mars soutenue par l�Arabie saoudite et les pays du Golfe qui pousse � la tension au lieu de pr�ner la neutralit� du Liban dans la crise syrienne. �Il faut �tre s�rieux, estime un journaliste libanais, aucune force politique libanaise, qu�elle soit de droite, de gauche, islamonationaliste, druze ou chr�tienne, ne peut se targuer d�affirmer aujourd�hui qu�elle n�a pas � un moment ou un autre de l�histoire du Liban, fricot� avec le r�gime syrien.� Rencontr� � Beyrouth, Fawwaz Traboulsi, professeur � l�universit� am�ricaine de Beyrouth et auteur de nombreux ouvrages en arabe sur le Liban et le monde arabe, ne croit pas, lui, � la th�se d�un d�bordement du conflit syrien au Liban. L�universitaire, par ailleurs tr�s critique � la fois contre le r�gime syrien qu�il qualifie de �r�gime sans issue� et la classe politique libanaise, estime que �le Liban, sous le gouvernement actuel, est l�un des derniers pays arabes � avoir des relations avec la Syrie de Bachar Al-Assad. Je ne vois donc pas o� serait l�int�r�t du r�gime syrien � exporter le conflit�. Quinze ans de guerre civile (1975-1990), vingt ans d�occupation isra�lienne du Sud- Liban, guerre isra�lienne destructrice en ao�t 2006, avec � l�arri�re-plan cette s�rie d�assassinats non �lucid�s ayant frapp� des personnalit�s libanaises dont l�ex-Premier ministre Rafik Hariri, font que les Libanais aspirent � autre chose qu�� s�impliquer dans une guerre civile syrienne dont personne n�est en mesure de pr�voir l�issue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.