Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Un limogeage et des interrogations    Tebboune presse le gouvernement    L'Algérie sur la bonne voie en Afrique    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    Algérie-Egypte, l'enjeu de la première place    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Le RCK et le MC El-Bayadh s'envolent    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    Lancement de la vaccination à domicile    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La JSS se débarrasse des grigris des Ghanéens    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    «Nous avons atteint nos objectifs»    L'ascension fulgurante du Front el Moustakbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A FONDS PERDUS
Une hirondelle ne fait pas le printemps Par Ammar Belhimerammarbelhi [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 11 - 2005

La presse ne s'int�resse g�n�ralement pas aux trains qui arrivent � l'heure. Elle leur pr�f�re les accidents et les catastrophes ferroviaires, tout comme le magistrat ou l'officier de police sont tout naturellement plus enclins � s'int�resser aux criminels qu'aux bons p�res de famille. Il en est de m�me en �conomie : en g�n�ral, on r�serve les gros titres aux faillites, aux crises ; bref, aux �checs.
Et lorsque les crises perdurent, les faillites s'encha�nent et les �checs se r�p�tent � volont�, on scrute alors, en qu�te de �scoop�, la moindre embellie, la moindre �claircie dans le ciel gris. Justement, � propos d'embellie, nous en avons une cette semaine. Le dernier bulletin d'information de la Banque mondiale, tomb� dans notre courriel jeudi dernier, nous pr�dit, � moyen terme, une premi�re mauvaise nouvelle � le ralentissement de l'�conomie mondiale devrait permettre un certain fl�chissement des prix, aux alentours de 56 dollars le baril en moyenne en 2006 et de 52 dollars en 2007 � vite rattrap�e par cette projection optimiste : �Parmi les pays en d�veloppement de la r�gion exportateurs de p�trole, les vastes projets de gaz de In-Salah et de In-Amenas, en Alg�rie, devraient engendrer un fort accroissement des approvisionnements en 2006 et 2007�. Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule et ob�it souvent � la loi des s�ries, la m�me source nous indique que �la loi sur les hydrocarbures rendra le secteur plus transparent pour les entreprises �trang�res, tandis que les chances d'adoption du deuxi�me programme de redressement �conomique du pays se sont am�lior�es�. Une telle �sentence� est doublement rassurante : d'abord parce qu'elle corrobore en tous points les appr�ciations que nous avions port�es en leur temps, ici m�me, sur ces textes, alors � l'�tat de projets ; ensuite parce qu'elle nous soulage quelque peu de la d�t�rioration du climat des investissements, en raison de la corruption, et de l'indice de d�veloppement humain, du fait, notamment, du peu de scrupules que prennent nos gouvernants � fouler � leurs pieds les droits de l'homme et les libert�s publiques. N�anmoins, cette heureuse perspective ne peut en aucun cas �tre un objet de jubilation et ne doit pas faire illusion, parce que cette croissance concerne un secteur � forte intensit� de capital, donc peu cr�ateur d'emplois, qui est le seul � fonctionner correctement sous le contr�le de compagnies multinationales (elles on inject� pr�s d'un milliard de dollars tous les deux ans depuis 1996), et qui assure 97% des exportations depuis 1998. Aussi, avertit la Banque Mondiale, �dans le cas des pays exportateurs de p�trole, un sujet de pr�occupation est que la dynamique des r�formes ne soit ralentie par la manne p�troli�re. Celle-ci doit �tre consid�r�e comme temporaire et doit servir � financer les r�formes structurelles n�cessaires, faute de quoi, elle finira par rendre les pays exportateurs de p�trole encore plus tributaires de ce produit et par r�duire leurs perspectives de croissance futures. �De plus, si des investissements destin�s au renforcement des capacit�s dans les secteurs de l'infrastructure, de l'�ducation et des soins de sant� procureront probablement des b�n�fices � long terme, il faut veiller � ne pas cr�er � terme des droits acquis qui ne pourraient pas �tre respect�s une fois que les recettes diminueraient.� Faisant �cho au satisfecit de la BIRD, ce 21 novembre, M. Rodrigo Derato, directeur g�n�ral du Fonds mon�taire international, rendit publique une d�claration dans laquelle il r�clama un plus fort taux de croissance pour absorber le ch�mage qu'il a �valu� � 18% de la population active, tout en ressassant le sempiternel discours sur la restauration des grands �quilibres macro�conomiques comme vecteur d'acc�l�ration de la croissance et des r�formes. Or, cela n'est jamais aussi m�canique. En tant que porte-drapeau du �consensus de Washington�, les deux honorables institutions de Bretton-Woods attendent que l'Alg�rie r�ussisse aujourd'hui trois entreprises : primo, qu'elle r�duise sa d�pendance du p�trole ; secundo, qu'elle assainisse le climat des affaires et qu'elle poursuive le d�sengagement de l'Etat et, tertio, qu'elle am�liore le rendement de ses services publics. Plus facile � dire qu�� faire : comment infl�chir la courbe ascendante de la d�pendance de la croissance par rapport � la manne p�troli�re ? En am�liorant �l'efficacit� de l'interm�diation de ces recettes par le gouvernement�, r�pond la Banque mondiale. A l'image d'un drogu� ou d'un alcoolique, il s'agit ici de rompre une d�pendance qui, � terme, s'av�rera mortelle. Or, les gisements de productivit� qui pouvaient asseoir une telle transition n'arrivent pas � voir le jour en raison de contraintes politiques tenant, principalement, � la difficult� pour une bourgeoisie productiviste de prendre le dessous sur les franges bureaucratiques et pr�datrices de la bureaucratie d'Etat dans la constitution des fortunes qui, pour l'essentiel, prennent des formes ant�diluviennes du capital. Le deuxi�me d�fi consiste � am�liorer le climat des affaires et � r�duire la participation de l'�tat � la fourniture des biens et des services. Il s'agit, ici, d'exploiter au moins la position g�ostrat�gique d'un pays-sous-continent disposant d'un capital humain peu valoris�. Un nouveau droit des investissements assis sur une administration r�duite, performante et int�gre est attendu pour le d�veloppement du secteur priv� naissant comme �l�ment essentiel d'une strat�gie de croissance durable et de cr�ation d'emplois. Certains obstacles continuent, aujourd'hui encore, d'entraver ce d�veloppement : le monopole de fait d�volu � certaines branches du secteur public sur l'activit� �conomique, l'inextricable dossier de l'immobilier industriel, les difficult�s d'acc�s au cr�dit, les lenteurs administratives, les dysfonctionnements entre le monde du travail et celui de la formation, la v�tust� des infrastructures, et l'inefficacit� du syst�me judiciaire. �Le troisi�me d�fi a trait � l'�largissement de l'acc�s aux services publics et � l'am�lioration de la qualit� de ces derniers�, prescrit la Banque mondiale. Qu'il s'agisse de la justice, de l'�ducation, de la sant�, la copie �Alg�rie� est bien au-dessous de la moyenne. L'�cole se contente d'occuper les enfants, les h�pitaux sont des structures �mouroirs� et les maladies chroniques et infectieuses r�apparaissent � grande �chelle, sur fond d'accentuation des in�galit�s sociales et de paup�risation absolue, alors que les programmes d'assistance sociale continuent � ob�ir � des m�canismes inadapt�s de ciblage et de suivi, et que les r�gimes d'assurance souffrent d'une contraction des contributions associ�e � une augmentation des prestations. Le constat que fait la Banque mondiale des incidences sociales des mesures d'ajustement externes op�r�es sous le contr�le �troit de sa s�ur siamoise, le Fonds mon�taire international, n'alt�re en rien les param�tres de mesure en vigueur. L'am�lioration macro�conomique tient � l'am�lioration de la balance des paiements et du budget, l'am�lioration des r�serves de change et la diminution du poids de la dette. En mati�re d'exc�dent de la balance des paiements et du budget, le solde budg�taire global a affich�, l'an dernier, un exc�dent substantiel s'�levant � 7,4 % du PIB, contre 4,6 % en 2003. D'apr�s les estimations pr�liminaires, les d�penses publiques ont baiss� � 46 % du PIB hors hydrocarbures, en raison d'une l�g�re diminution des d�penses courantes et d'une augmentation plus importante que pr�vu des recettes fiscales hors hydrocarbures. Le d�ficit primaire hors hydrocarbures s'est r�sorb� l�g�rement, se situant � 27 % du PIB hors hydrocarbures (par rapport � 30 % en 2003). Dans la loi budg�taire de 2005, les autorit�s ont pr�vu un plan d'assainissement des d�penses publiques, dont l'objectif est de ramener le d�ficit primaire hors hydrocarbures � des niveaux supportables et de s�parer les recettes volatiles des hydrocarbures des comptes hors hydrocarbures. En mati�re d'augmentation des r�serves de devises, l'am�lioration est �galement notable : nous sommes pass�s � 24 mois d'exportation en janvier 2003, contre moins d'un mois en 1990. Les r�serves de change brutes ont augment�, atteignant un montant estimatif de 43,1 milliards de dollars (soit environ deux ann�es de couverture des importations) fin d�cembre 2004. L'accroissement des niveaux de r�serves a permis d'envisager une nouvelle politique de gestion de la dette ax�e sur les remboursements anticip�s. Quant � la diminution du poids de la dette ext�rieure, elle s'appr�cie d'abord par la r�duction de son stock total qui a baiss� de 23,4 milliards de dollars en fin 2003 � environ 21 milliards en d�cembre 2004, tandis que le ratio de la dette ext�rieure au PIB a diminu�, passant de 34 % en 2003 � 26 % en 2004. Ce ratio �tait de 80% en 1990. Tout cela ne suffit pas pour assurer le d�veloppement, ni m�me la croissance. Tout d'abord, parce que la stabilisation ainsi retrouv�e est � caract�re d�flationniste : elle se fait principalement au d�triment de la monnaie locale et son fardeau p�se principalement sur les couches les plus d�favoris�es qui ont vu leur pouvoir d'achat se r�tr�cir davantage. De plus, rien n'est plus pr�caire qu'une telle stabilit� : le taux d'inflation a atteint 3,6 % en 2004, soit un niveau encore �lev� pour l'Alg�rie, dont le taux d'inflation moyen �tait de 2 % pendant la p�riode 2000-2003. Ensuite, parce que la passage des indicateurs au vert s'accompagne syst�matiquement d'une d�r�gulation chaotique et d'une privatisation co�teuse. Le malade est soulag�, mais le traitement prescrit est soit inappropri�, soit on�reux. Ghazi Hidouci, ancien ministre des Finances, et Omar Benderra, ancien P-DG du Cr�dit populaire d'Alg�rie, relevaient r�cemment * que les op�rations de liquidation des entreprises publiques entreprises ont co�t� 3 milliards de dollars entre 1995 et 1998 � six milliards de dollars si l'on consid�re une p�riode plus longue, depuis 1990. Les abandons opaques des actifs de pr�s de 800 entreprises publiques n'ont rapport� que 200 millions de dollars au Tr�sor, alors que le remboursement des dettes et le financement des prolongements sociaux de ces liquidations lui ont co�t� 3,5 milliards de dollars. Les m�mes sources d'expertise �valuent � 20 milliards de dollars les �assainissements� r�p�titifs. C'est comme si on mettait
� niveau l'�conomie aux frais de la communaut� pour se l'approprier assainie et au moindre co�t, le reste des ressources �tant destin� � financer les infrastructures n�cessaires � une rentabilit� imm�diate lorsque la propri�t� changera de mains. Tout est dit.
A. M.
* Ghazi Hidouci - Omar Benderra : Alg�rie : �conomie, pr�dation et Etat policier, mai 2004, p.19.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.