Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Irrigation des périmètres agricoles à GhardaIa: L'utilisation des eaux épurées à l'étude
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 04 - 2018

Une étude de faisabilité de l'utilisation des eaux épurées traitées pour l'irrigation des périmètres agricoles sera lancée «prochainement» dans la wilaya de Ghardaïa, a-t-on appris, lundi, auprès des responsables de la direction des ressources en eau (DRE).
«Cette étude dont le cahier des charges est en cours d'élaboration portera sur l'utilisation des eaux épurées en sortie des quatre stations d'épuration existantes et fonctionnelles dans la wilaya (Guerrara, Berriane, El Menea et la vallée du M'Zab) actuellement déversées dans la nature», a déclaré à l'APS, le directeur du secteur Djamel Belahrache. Initiées dans le cadre du programme national d'assainissement et d'épuration des eaux usées afin de promouvoir une politique environnementale durable et l'économie de l'eau, pour un montant de 60 millions de dinars, cette étude permettra de récupérer un total de près de 100.000 M3/jour d'eaux épurées dans les régions de Guerrara, Berriane, El Menea et la commune d'El Ateuf, l'exutoire de la vallée du M'Zab qui regroupe quatre communes (Ghardaïa, Daya Ben Dahoua, Bounoura et El Ateuf). «Les eaux récupérées vont soulager les réserves conventionnelles jusque-là sur-sollicitées par l'irrigation des zones agricoles, dans cette région aride qui lutte depuis longtemps contre la sécheresse», a-t-il expliqué. Ce projet permettra à terme de «mobiliser les ressources en eau pour l'irrigation de plus de 2.000 hectares de terres agricoles en recourant aux eaux usées traitées selon les normes requises par l'OMS et la FAO en matière de potabilité, ce qui confortera les différents projets d'assainissement réalisés et contribuera également à la protection de la nappe phréatique, ainsi que la préservation des ressources hydriques de la région», a indiqué le DRE. En matière d'épuration des eaux usées, la wilaya de Ghardaïa, a accumulé une expérience qui l'érige en modèle à suivre, notamment par la construction pour un montant de plus de 6,4 milliards de Dinars les quatre stations de traitement des eaux usées par lagunage sise au lieu-dit «Kef El Doukhan» en aval de l'oued M'Zab (commune d'El Ateuf ) qui prend en charge les eaux usées des quatre communes de la vallée du M'Zab avec une capacité de 46.000 M3/ J,de Berriane 14.000 M3/J, El Menea 30.000 M3/J et de Guerrara 15.000 M3/J. Ces infrastructures novatrices et environnementales de «grande envergure», notamment en matière de développement durable ont été conçues de manière à traiter les eaux usées naturellement sans mécanisation ni apport chimique, au moyen de lagunage par système gravitaire et les réutiliser pour l'irrigation agricole. Chaque station est munie d'un laboratoire d'analyse qui mesure différents indicateurs relatifs à la qualité de l'eau avant, pendant et après le traitement. «D'autres études de réalisation de stations de lagunage dans cinq localités de la wilaya (Hassi Lefhal, Mansourah, Zelfana, Seb Seb et Bounoura) seront lancées prochainement», a précisé M. Belahrache. La réalisation des stations d'épuration à travers les différentes communes de la wilaya vise outre l'amélioration du cadre de vie des populations locales, la préservation de l'environnement et l'accompagnement du développement économique et social de ces localités. Les pouvoirs publics ont adopté une politique de maîtrise et de mobilisation des ressources en eau souterraine à travers la réalisation de plusieurs forages, des réservoirs de stockage et des ouvrages de transfert d'eau. «Outre la réduction du volume et des nuisances des déchets des eaux par le biais d'un réseau de récupération et de traitement, ces stations d'épuration permettent également de limiter et d'agir contre l'un des grands problèmes qui menace la wilaya de Ghardaïa, l'utilisation irrationnelle et excessive de l'eau, notamment pour l'irrigation des cultures spéculative d'été tel la pastèque», a-t-il fait savoir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.