Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    50 millions de dollars de services numériques exportés    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    Chlef : L'annexe d'athlétisme fermée devant les participants aux championnats de wilaya    Division nationale amateur - Ouest: La JSMT maintient la pression sur l'OMA    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    Anem: Près de 400 cadres demandeurs d'emploi placés en 2018    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    La double confrontation CRB - NAHD au stade du 5-Juillet    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    «Si on venait à mourir, défendez nos mémoires» (Didouche Mourad)    Un terroriste arrêté à Alger    L'or perd-t-il de son éclat ?    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre la migration clandestine: le Gouvernement prévoit la création d'une instance nationale
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 01 - 2019

ALGER – Le Conseiller auprès du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Abdelkader Zarg Erras a affirmé, mardi à Alger, que la lutte contre la migration clandestine “harga” nécessitait l'implication de tous les secteurs et intervenants, un objectif que tendent à atteindre les autorités à travers la création d'une “instance nationale” en charge du suivi permanent de ce dossier.
S'exprimant au forum d'El Moudjahid, le représentant du ministère de l'Intérieur a précisé que parmi les recommandations faites par les experts qui ont animé les ateliers du forum organisé récemment par le ministère de l'Intérieur sur le phénomène de la “harga”, figurait la création d'une instance nationale comprenant tous les secteurs concernés en vue de veiller, d'une façon continue et permanente, à la lutte contre ce phénomène et l'examen des raisons qui poussent les jeunes à prendre ce risque”, ajoutant que “le gouvernement réfléchit actuellement à la concrétisation de cette proposition”.
Après avoir indiqué que le phénomène de la “harga” était apparu durant les années 2000 en milieu de jeunes, le CES a affirmé que “ce phénomène a connu un net recul l'année dernière”, ajoutant que “le traitement de ce dossier doit se faire dans un cadre institutionnel renfermant tous les secteurs et intervenants concernés avec l'implication des associations actives”.
A ce titre, le même responsable a fait état de “l'installation, la semaine en cours, d'une commission conjointe entre le ministère de l'Intérieur et les représentants de la société civile en vue d'enrichir le projet de loi relatif aux associations (en cours d'élaboration) afin de promouvoir le rôle des associations” qui doivent, souligne-t-il, contribuer à la lutte contre les différents fléaux auxquels sont confrontés les jeunes algériens, notamment la harga”.
Le responsable a rappelé également certaines questions abordées lors du Forum, se focalisant sur “les modes de sensibilisation des jeunes aux dangers de ce phénomène en se basant sur les réseaux sociaux devenus de nos jours première source d'information et moyen de tentation pour cette catégorie de la société”.
“Il est nécessaire d'adopter les mêmes moyens de communication utilisés par les réseaux criminels qui incitent les jeunes à prendre ce risque”, a-t-il poursuivi.
De son côté, le président de l'association “Adwaa Right” et ancien commandant des scouts algériens, Noureddine Benbraham a estimé que la criminalisation du phénomène de harga “n'est pas le meilleur moyen pour changer la vision des jeunes. Il faudrait, plutôt, les accompagner et prendre en charger leurs préoccupations à travers la création de conseils régionaux et nationaux”.
Les autorités et organisations de la société civile se doivent de “réfléchir à des politiques plus efficaces pour la prise en charge des préoccupations et de l'avenir de plus de 11 millions de jeunes inscrits dans différents systèmes de formations à travers le pays”, a-t-il ajouté.
S'agissant de la loi relative aux associations, M. Benbraham a affirmé que celle-ci “inclut 14 mille associations nationales et 85 mille associations locales”, mettant l'accent sur l'impératif de doter ces associations “de moyens nécessaires pour promouvoir leur performance par l'introduction, à travers un projet de loi en cours d'élaboration, de nouveaux éléments liés au financement et à l'accompagnement”.
M. Benbraham a mis en avant le rôle des associations, les considérants comme “principal acteur à même de contribuer à l'accompagnement des politiques du Gouvernement orientées notamment vers les jeunes, tout en faisant face au différents fléaux rongeant la société”.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.