Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il annonce sa participation aux législatives: Le RCD casse le boycott
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

L'option de la participation du RCD aux prochaines élections législatives et locales, prévues en 2017, a été adoptée hier par les membres du conseil national du parti, réunis en session ordinaire.
Les partisans de la participation l'ont emporté à une majorité écrasante. Cette participation était attendue, dès l'ouverture des travaux. Mohcine Belabbas, président du RCD, l'a insinué, en abordant le sujet des prochaines élections. «Nous sommes aussi à la veille d'échéances électorales ; à savoir des élections législatives qui se dérouleront au printemps, suivies de consultations locales en automne 2017», a-il-indiqué dans son allocution. Belabbas a précisé dans ce sens qu'«un parti ne se pose pas la question de participer ou non à un scrutin. Il se pose la question des moyens dont il dispose pour couvrir ou non les circonscriptions électorales et, bien sûr, les propositions à défendre ou les alliances à contracter». Belabbas a évoqué aussi la position souveraine de son parti de participer ou pas à des consultations électorales, tout en affirmant : «Nous ne sommes pas dans ce cas de figure, la preuve en est que nous avons boycotté les législatives et les locales de 2002 et les législatives de 2012 sans compter toutes les présidentielles, à commencer par les deux dernières, comme nous avons eu à participer dans d'autres circonstances.» Le président du RCD et revenu sur le principe de la «vision d'opposition» introduite par son parti envers les élections en Algérie, car dans son discours, il a souligné : «Nous avons toujours considéré que la racine des problèmes dans ce pays c'est les fraudes électorales endémiques. Elles sont inhérentes au système politique dont elles signent l'identité. Vous savez tous que des élections régulières dans un processus transparent et démocratique ne peuvent être gagnées par le pouvoir.» Belabbas ajoute que «la proposition du RCD de l'instauration d'une commission indépendante de gestion des élections et d'une transition démocratique négociée est devenue une revendication de l'ensemble de l'opposition grâce au travail politique et même pédagogique de notre parti».
Appel à un débat national…
Le débat national figure comme solution de toutes les situations actuelles du pays, selon le président du RCD. «De mon point de vue, l'urgence aujourd'hui est d'organiser le débat en fonction des conjonctures politiques, économiques et même géopolitiques, pour éviter la tentation facile de déclarations théoriques sans prise avec le réel», a-t-il fait savoir.
Tout en détaillant en ce sens que «les structures de base du parti ont déjà anticipé ces discussions et cela peut aider à affiner nos échanges aujourd'hui. Il nous est demandé de bien cerner la situation générale du pays, notre place dans l'échiquier national, d'évaluer les dangers potentiels de la situation régionale et de réfléchir sur les conséquences des nouvelles lois qui régissent les élections». Et de poursuivre : «Nous avons été bien inspirés de ne pas précipiter ce débat pour permettre à notre instance souveraine de trancher à la lumière d'une évolution actualisée du climat qui prévaut dans le pays.» Par ailleurs, le président du RCD a évoqué le «devoir» de son parti. Il fera savoir que «quelle que soit notre position vis-à-vis des élections, notre devoir est d'être aux côtés de ceux qui luttent pour la préservation du pouvoir d'achat des larges couches de la population, pour une école et une université performantes, pour le respect des droits de l'homme et des libertés d'expression et de réunion, contre les injustices et pour l'égalité en droits entre tous les Algériens, femmes ou hommes, du Sud ou du Nord».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.