Tindouf / El-Mouggar: l'Algérie s'engage à promouvoir le commerce entre les pays voisins    Judo / Open africain 2019 de Dakar : les Algériens Rebahi et Ezzine en or    Détérioration du passage «provisoire» sur l'oued Tamendjar à El Ancer (Jijel) : Financer en urgence un pont vital    Le Plan de réhabilitation du barrage vert, d'une dimension stratégique d'importance    Faire du partenariat avec les start-up "un chantier ouvert" à toutes les volontés sincères    Présidentielle du 12 décembre : signature par les médias de la charte d'éthique des pratiques électorales    France 24, Le Drian et Tebboune ..!    10e Fica : une sélection documentaire à la hauteur    Marches pacifiques à Batna, Tébessa et Bordj Bou Arreridj    Tebboune lâché par son Directeur de campagne    PRESIDENTIELLE : Bengrina promet un développement global    EN - Belmadi : "Je ne suis pas surpris par le résultat du Botswana face au Zimbabwe"    mca : Sakhri «On a eu l'accord de Medouar pour jouer le CABBA à Bologhine»    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Les 5 candidats signent la Charte d'éthique    LOGEMENTS AADL 2 : Ouverture du site pour le retrait des attestations de pré-affectation    SE PLAIGNANT DE LEUR SITUATION : Les imams menacent de recourir à la grève    Belkacem Sahli trompé par son notaire    Asphyxie au monoxyde de carbone: 13 personnes sauvées en 24 heures à Constantine    Le pays "ne sera plus le même" après la contestation    Les assurances du ministère de la Santé    Qui est responsable, Air France ou Czech Airlines ?    Les travaux de dragage entamés    NAHD : Saoudi : «Prêts à saisir la justice pour récupérer le bilan»    Mohamed al-Tubal, première recrue hivernale    Maya    L'AIE voit un marché calme avec une offre abondante    Appel à un sit-in devant le siège de Total à Montréal    Une élue FLN écartée de l'exécutif de l'APW    Les Chiliens appelés aux urnes pour voter une nouvelle Constitution    La directrice du FNPOS mutée à Constantine    Les manifestants durcissent leur mouvement    Un livre révèle l'infiltration des Emirats en Algérie    La sexualité dans la société arabo-musulmane : tabou, obsession, honte et honneur    "J'ai voulu raconter cette ville qui m'habite encore"    Participation de quatre artistes algériens    Une trentaine d'exposants au rendez-vous    Ouverture prochaine d'une direction régionale de l'Onda à Béchar    El Harrouch: Camion contre voiture, 3 morts et 2 blessés    Pour fraude fiscale de plus de 670 milliards de centimes: Cinq personnes arrêtées dont trois employés des impôts    Bouira: Journée de formation sur le diabète    Ligue 1 - Match retard PAC - USMBA: Encore une bourde de la LFP !    Human Rights Watch: La «vague d'arrestations vise à affaiblir toute tentative d'opposition»    Concours de la calligraphie arabe    Chikhi Kamel-Eddine, nouveau P-dg    Belkaroui et Zerdoum suspendus trois matchs    Le quitus de L'APN    La présence américaine en Syrie conduirait à une résistance armée populaire    Massacre d'une famille à Ghaza: la diplomatie palestinienne condamne l'agression israélienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS, le consensus national et l'alternative démocratique
Ali Laskri trace les priorités du parti
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 05 - 2013

Slogan par excellence de son 5e congrès, qui s'est achevé hier à 2h du matin, avec l'élection des 159 membres du conseil national, le «consensus national» auquel veut aboutir le Front des forces socialistes (FFS) apparaît vague et «flou».
Les explications avancées hier par Ali Laskri, membre de la nouvelle direction, dans une conférence de presse donnée au siège du parti à Alger, n'ont fait qu'accentuer le flou entretenu autour d'un concept aussi vague que «consensuel» dont les contours ne sont même pas tracés.
Tout est renvoyé aux prochaines rencontres de la direction qui devrait se concerter avec les 159 membres du conseil national dans cette phase de transition post-Aït Ahmed.
Avec qui se fera ce consensus qui devrait, selon Laskri, aboutir à une «alternative démocratique et pacifique» ? Autour de quel programme ? Y a-t-il un travail de «fond» qui s'est fait dans cette perspective ? Ali Laskri est resté hier évasif par rapport à ces nombreuses questions se contentant d'affirmer d'abord que le choix des membres de la nouvelle direction, tous proches de Aït Ahmed qui demeure président d'honneur du parti, s'est fait sur une base consensuelle, rejetant l'idée d'un «litige» à l'intérieur du parti, avant de se perdre en conjectures, expliquant ce «choix judicieux» par le souci de complémentarité et de cohésion, un choix (direction collégiale) qui se fait aussi ailleurs, «comme en Suisse», et s'est déjà fait en Algérie lors du congrès de la Soummam (CCE), une façon d'assurer une «meilleure période de transition».
La question d'un porte-parole du directoire sera possiblement évoquée lors des prochaines réunions du conseil national, a-t-il fait savoir.
Le consensus, «c'est la force du parti», commente Laskri, affirmant que le FFS restera dans l'opposition «pour reconstruire le consensus national dans l'esprit du congrès de la Soummam et de la déclaration de Novembre qui garantissent les libertés et les droits de l'homme» en vue d'aboutir à une «alternative démocratique de façon pacifique».
Avec qui ? Ali Laskri évoque les syndicats autonomes et la société civile mais pas les partis politiques. «Il y a 52 partis, on ne peut pas les inviter au congrès», dit-il peu convainquant alors que des partis étrangers (maghrébins surtout) ont été conviés.
Le parti d'Aït Ahmed, qui milite pour un «Maghreb démocratique des peuples», ne propose aucune alternative pour le consensus national qu'il appelle de tous ses vœux.
«Nous avons déjà proposé des initiatives, l'initiative vient de façon consensuelle», répond Ali Laskri sans pour autant esquisser un quelconque début d'initiative. Lorsqu'une question sur le caractère national du parti qu'il revendique lui a été posée, alors que la direction du parti ne comporte que des représentants du centre du pays, il s'est carrément emporté :
«C'est grave de penser ainsi, vous ne voulez pas la modernité. Regardez combien de fédérations ont pris part au congrès», a-t-il pesté, ajoutant :
«Les responsabilités ne se font pas par région.» Interrogé sur la possibilité du FFS de prendre part à la prochaine présidentielle de 2014, Laskri, dont l'urgence est de construire un consensus et d'aboutir à une alternative démocratique, dira que ce n'est pas à l'ordre du jour, renvoyant encore une fois la question au conseil national qui prendra la décision de… «façon consensuelle». En fin de compte, le consensus recherché n'est-il pas celui du FFS ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.