Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Entre appuis et critiques : Avis mitigés sur le PLF 2019 à l'APN    Conférence sur la Libye Ouyahia prend part à Palerme à une réunion restreinte    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Début du stage des Eperviers à Lomé    Atal dans l'équipe type de la 13e journée    Dernière mission d'inspection de la CAF au Cameroun avant la décision finale    Refus des visas par les consulats français en Algérie    «La wilaya doit s'intégrer dans la stratégie nationale du développement écologique»    Lancement des premières récoltes de safran    Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour dans 3 wilayas de l'ouest du pays    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Décès de la légende américaine Stan Lee    Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    Artisanat à Guelma: Plus de 18.000 emplois créés dans le secteur    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le bon dos des «migrants»    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Benflis s'en félicite    Jil FCE optimiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Ouargla : Sensibilisation sur le montage de projets Ansej    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Incertitudes    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS, le consensus national et l'alternative démocratique
Ali Laskri trace les priorités du parti
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 05 - 2013

Slogan par excellence de son 5e congrès, qui s'est achevé hier à 2h du matin, avec l'élection des 159 membres du conseil national, le «consensus national» auquel veut aboutir le Front des forces socialistes (FFS) apparaît vague et «flou».
Les explications avancées hier par Ali Laskri, membre de la nouvelle direction, dans une conférence de presse donnée au siège du parti à Alger, n'ont fait qu'accentuer le flou entretenu autour d'un concept aussi vague que «consensuel» dont les contours ne sont même pas tracés.
Tout est renvoyé aux prochaines rencontres de la direction qui devrait se concerter avec les 159 membres du conseil national dans cette phase de transition post-Aït Ahmed.
Avec qui se fera ce consensus qui devrait, selon Laskri, aboutir à une «alternative démocratique et pacifique» ? Autour de quel programme ? Y a-t-il un travail de «fond» qui s'est fait dans cette perspective ? Ali Laskri est resté hier évasif par rapport à ces nombreuses questions se contentant d'affirmer d'abord que le choix des membres de la nouvelle direction, tous proches de Aït Ahmed qui demeure président d'honneur du parti, s'est fait sur une base consensuelle, rejetant l'idée d'un «litige» à l'intérieur du parti, avant de se perdre en conjectures, expliquant ce «choix judicieux» par le souci de complémentarité et de cohésion, un choix (direction collégiale) qui se fait aussi ailleurs, «comme en Suisse», et s'est déjà fait en Algérie lors du congrès de la Soummam (CCE), une façon d'assurer une «meilleure période de transition».
La question d'un porte-parole du directoire sera possiblement évoquée lors des prochaines réunions du conseil national, a-t-il fait savoir.
Le consensus, «c'est la force du parti», commente Laskri, affirmant que le FFS restera dans l'opposition «pour reconstruire le consensus national dans l'esprit du congrès de la Soummam et de la déclaration de Novembre qui garantissent les libertés et les droits de l'homme» en vue d'aboutir à une «alternative démocratique de façon pacifique».
Avec qui ? Ali Laskri évoque les syndicats autonomes et la société civile mais pas les partis politiques. «Il y a 52 partis, on ne peut pas les inviter au congrès», dit-il peu convainquant alors que des partis étrangers (maghrébins surtout) ont été conviés.
Le parti d'Aït Ahmed, qui milite pour un «Maghreb démocratique des peuples», ne propose aucune alternative pour le consensus national qu'il appelle de tous ses vœux.
«Nous avons déjà proposé des initiatives, l'initiative vient de façon consensuelle», répond Ali Laskri sans pour autant esquisser un quelconque début d'initiative. Lorsqu'une question sur le caractère national du parti qu'il revendique lui a été posée, alors que la direction du parti ne comporte que des représentants du centre du pays, il s'est carrément emporté :
«C'est grave de penser ainsi, vous ne voulez pas la modernité. Regardez combien de fédérations ont pris part au congrès», a-t-il pesté, ajoutant :
«Les responsabilités ne se font pas par région.» Interrogé sur la possibilité du FFS de prendre part à la prochaine présidentielle de 2014, Laskri, dont l'urgence est de construire un consensus et d'aboutir à une alternative démocratique, dira que ce n'est pas à l'ordre du jour, renvoyant encore une fois la question au conseil national qui prendra la décision de… «façon consensuelle». En fin de compte, le consensus recherché n'est-il pas celui du FFS ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.