Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bouteflika perd un allié sûr
APRES LE DECES DE MAHFOUD NAHNAH
Publié dans L'Expression le 22 - 06 - 2003

la disparition du leader du MSP va peser de tout son poids sur la présidentielle de 2004.
L'hommage rendu par le Président de la République au Cheikh Nahnah est sincère et vient du fond du coeur, tant il est vrai que la disparition du leader du MSP va peser de tout son poids sur la présidentielle de 2004.
Pour de nombreux observateurs, en effet, M.Bouteflika vient de perdre un allié précieux dans la course à un deuxième mandat, et il ne croit pas si bien dire lorsqu'il écrit ces mots pleins de sens: «Son sourire éternel, son éloquence extraordinaire, sa pertinence et son intelligence resteront à jamais gravés dans nos mémoires, tant il était sagesse et clairvoyance». On sent pointer l'émotion dans ce portrait, qui fait ressortir les qualités intrinsèques de l'homme: la sagesse et la modération, mais aussi son sourire, tant ici les caractères physiques reflètent les qualités morales.
Dans les forces qui constituent la coalition gouvernementale, et qui sont censées former ce que, sous d'autres cieux, on appelle la majorité présidentielle, seul le MSP ne pose pas problème au Président de la République. Le FLN d'Ali Benflis vient de tourner casaque et reste marqué par des soubresauts dont on ne connaît pas encore le dénouement, le RND donne l'air de s'être assagi, mais, en fait, il n'a pas cessé de ruer dans les brancards depuis que sa place de premier parti d'Algérie lui a été ravie.
Ces deux dernières formations politiques, tout en appliquant le programme politique du Président, ne lui reconnaissent pas un rôle dirigeant et défendent un autre programme dans les meetings et dans leur littérature partisane.
Le FLN, qui prône une économie sociale de marché, conteste le programme de privatisations tracé par l'équipe du Président et parle aujourd'hui de présenter son propre candidat à la présidentielle de 2004.
Le RND, lui, rejette un autre aspect de la politique du Président, à savoir la concorde nationale, alors que sur le plan économique et social, il veut aller plus loin que le chef de l'Etat, par exemple en ce qui concerne la privatisation des terres ou la révision du Code de la famille. Quant à la loi sur les hydrocarbures, les deux frères ennemis ne sont pas sur la même longueur d'onde que le Président. Si on cherche, on trouvera bien d'autres points de discorde.
Seul le MSP ne pose pas problème au Président. Non seulement le Cheikh Nahnah avait promis d'apporter son soutien au candidat Bouteflika en 2004, comme il le fit en 1999, après avoir été éliminé de la course d'une manière peu élégante et peu digne pour un Etat de droit, mais en plus au gouvernement, il a su s'aligner sur les positions les plus modérées. En défendant le statu quo par rapport aux projets de réforme du système éducatif et du Code de la famille, le Cheikh avait pour souci premier de caresser sa base dans le sens du poil tout en ne mettant pas mal à l'aise ses partenaires au sein de la coalition gouvernementale. Le Président lui saura toujours gré de cette attitude pondérée.
C'est à partir des accords de Sant'Egidio qu'on a commencé à mieux saisir la démarche tout en nuances du Cheikh. Alors qu'il a fait partie des premiers pourparlers, son refus de les signer a montré un homme qui n'accepte pas de sauter dans le vide. Au moment du choix décisif, il a fait machine arrière et, depuis, il est devenu un membre à part entière du système, l'un de ses piliers. Sa sagesse le poussait au compromis, au partage, aux politiques mi-figue mi-raisin, aussi bien au niveau doctrinal qu'au niveau de l'action. Ce qui pouvait être pris pour un flou artistique au début, est devenu, au fil du temps, une philosophie. Ses petites phrases ont été mises à l'épreuve dans le feu de l'action. La chouracratie (mélange de choura et de démocratie), mais aussi la marhalia («l'étapisme»), la modération et la participation ne furent pas seulement un vulgaire entrisme, mais permirent à l'homme, qui est parti de l'islamisme, de se révéler un homme d'Etat soucieux avant tout du pragmatisme et de la recherche des résultats dans l'action politique, tout en refusant de sacrifier les intérêts du pays sur l'autel des visées des salafistes.
En cela, sans aucun doute, il donne un sens au sacrifice suprême du Cheikh Bouslimani, qui refusa au prix de sa vie, d'émettre une fetwa pour légitimer les crimes terroristes.
Cet habile manoeuvrier au sourire ravageur a su, au moment opportun, adapter les statuts de son parti, qui changea l'appellation de Hamas pour celle de Mouvement de la société pour la paix. Ainsi donc cet homme, qui a choisi le camp de la paix, manquera très certainement parmi les soutiens du Président Bouteflika en 2004.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.