AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Cnes planche sur la question
CHUTE DU PRIX DU BARIL DE PETROLE
Publié dans L'Expression le 16 - 12 - 2014


Vue de la conférence
Tenant compte de la chute des prix du baril de pétrole et du gaz, l'Etat est tenu de revoir la politique des subventions et les dépenses publiques non productives.
Secoué par la chute du prix du baril de pétrole qui continue de baisser et autres inégalités sociales, Mohamed Seghir Babès, prévient sur des situations catastrophiques qui peuvent aller jusqu'à la dislocation de la cohésion sociale à tous les niveaux. Intervenant à l'occasion de la tenue de la Conférence internationale sur les mécanismes institutionnels pour le suivi de l'équité sociale, l'amélioration de l'efficacité des politiques publiques dans la promotion de l'équité, Mohamed Seghir Babès, président du Conseil national économique et social (Cnes), a préféré dire la vérité au peuple et aux pouvoirs publics qui sont tous concernés, que d'entraîner l'assistance et l'opinion publique sur de fausses pistes. «Si par malheur, le prix du baril de pétrole et du gaz continuent de baisser à cause de l'arrivée d'autres ressources énergétiques naturelles sur le marché de la concurrence, tel que le gaz de schiste, il faut s'attendre au pire des situations», a-t-il averti hier, lors de sa réponse à une question sur la réflexion du Cnes au sujet de la chute du prix du baril de pétrole. Celle-ci revient avec des effets négatifs sur l'effort de développement national qui a été développé par le gouvernement sur la base du prix et l'évolution des exportations des hydrocarbures. La création d'une cellule de réflexion et de suivi de la tendance du marché du pétrole et du gaz qui a connu une situation sans précédent, permettra de se pencher sur bon nombre de questions qui influent sur le marché des exportations des hydrocarbures et autres alternances économiques qui vont se substituer aux hydrocarbures qui répondent aux besoins économiques et financiers à raison de 98% à présent.
M.Babès a souligné que le secteur agricole se présente comme une solution tangible, afin de garantir la souveraineté alimentaire en premier lieu, tout en garantissant la stabilité et le développement économique et social dans une démarche régionale et globale.
Présentant un document qui contient 50 recommandations qui ont été enregistrées lors de ces rencontres avec les représentants de la société civile, les walis et autres organisations en 2011, alors que «les pseudos révolutions» des pays arabes, font parler d'elles, le président du Cnes, qui a présenté ses documents à la présidence de la République et le gouvernement, attend des réponses quant à une nouvelle dynamique qui va dans le sens de la prise en charge des préoccupations des citoyens, catégories défavorisées surtout.
Les considérations géopolitiques qui règnent au Moyen-Orient, au point de freiner les efforts de la Russie qui oeuvre à la stabilité régionale, ont créé des perturbations économiques et sociales à travers plusieurs pays, a souligné le président du Cnes. Faisant appel au Mexique qui possède une expertise remarquable en terme d'équité et gestion de politique publique, M.Babès, n'a pas manqué de rappeler deux points essentiels qui doivent êtres pris en charge par le gouvernement, à commencer par la révision des subventions qui doivent aller vers les véritables bénéficiaires, ainsi que la révision des dépenses publiques.
«La réalisation des infrastructures non productives accentue la crise dans le pays. Il faut penser aux projets producteurs de richesses et valeurs ajoutées seulement», dira-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.