Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Macron fait de l'ombre à Merkel en Europe
LE JEUNE PRESIDENT FRANÇAIS A LE VENT EN POUPE
Publié dans L'Expression le 17 - 07 - 2017

La «lune de miel» entre le jeune président français, Emmanuel Macron et l'expérimentée chancelière allemande, Angela Merkel, assombrie par une question de leadership?
Derrière les sourires autour du dynamisme retrouvé de la relation franco-allemande et de l'Europe, une rivalité se dessine de plus en plus nettement entre Emmanuel Macron et Angela Merkel autour du leadership en Europe.
Le «coup diplomatique» qu'a constitué cette semaine pour le nouveau président français la venue de Donald Trump à Paris lors de la fête nationale du 14 juillet, après celui de la visite du chef de l'Etat russe Vladimir Poutine fin mai, a donné un nouvel exemple de la redistribution des rôles en cours. «La France est de retour dans le jeu», estime Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Schuman, spécialisée dans les questions européennes. «Il y a un rééquilibrage, qui était nécessaire, de la relation avec l'Allemagne», ajoute-t-il. La chancelière allemande a dominé depuis des années sans partage la scène diplomatique européenne. Elle s'est même vue propulsée par les médias anglo-saxons après le Brexit, puis l'élection du nouveau président américain, dans le rôle de nouveau «leader du monde libre» face aux poussées populistes et autoritaires. Un statut dont Angela Merkel ne veut elle-même guère entendre parler. Son rôle dominant en Europe depuis des années est davantage le résultat d'une situation par défaut que d'une volonté assumée. Empêtrée dans ses difficultés économiques, pénalisée par l'impopularité record de son ancien président François Hollande qui la privait de marge de manoeuvre, la France a vu sa voix pendant longtemps rendue largement inaudible. Autre grand pays de l'UE, la Grande-Bretagne s'est pour d'au-
tres raisons, le Brexit, mise elle-même hors jeu dans la conduite des affaires du continent. La Pologne est accusée de dérive autoritaire et n'a guère voix au chapitre, même si le président américain lui a rendu une visite remarquée juste avant le G20, l'Italie et l'Espagne sont économiquement affaiblies. L'arrivée au pouvoir de Emmanuel Macron contribue à rebattre les cartes. La venue de Donald Trump à Paris et avant cela les signes ostensibles et multiples de complicité entre le nouveau président français et son homologue américain lors du G20 de Hambourg sont observés avec des sentiments mêlés en Allemagne. «Les Allemands ont été surpris de l'annonce de la visite de Trump à Paris», souligne une source diplomatique. «Par ce geste, Emmanuel Macron veut flatter le président américain et se profiler comme leader de l'Europe», soulignait cette semaine le Spiegel. Là où Emmanuel Macron tend la main à Donald Trump dans l'espoir de le maintenir «dans le cercle» Angela Merkel a elle choisi le cap de la fermeté à l'égard du président américain, dont elle ne cesse de critiquer les velléités protectionnistes ou la décision de se retirer de l'accord de Paris sur le climat. «Nous n'allons pas masquer les différences», a-t-elle affirmé lors du récent sommet du G20 à Hambourg. S'agit-il d'une nouvelle répartition des rôles entre Berlin et Paris? En recevant en grande pompe Donald Trump, Emmanuel Macron «n'a pas levé les yeux au ciel ou délivré des sermons, comme l'a fait la chancelière Merkel au G20, mais l'a reçu avec un défilé militaire spectaculaire, des mots aimables et beaucoup de félicitations», a estimé hier le quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung.
«On a le sentiment que Macron pourrait remplacer Merkel dans la position de diplomate en chef de l'UE», ajoute le journal. Angela Merkel ne se contentera pas éternellement du rôle de «bad cop». Dans l'immédiat, il lui est plutôt utile: elle est engagée dans une campagne électorale où elle briguera en septembre un quatrième mandat et le président américain atteint des records d'impopularité dans l'opinion allemande.
Un certain rééquilibrage n'est pas non plus pour déplaire à Angela Merkel, dont le pays n'aspire pas à tenir seul les rênes de l'Europe. Mais l'heure de vérité dans son nouveau rapport de force avec Emmanuel Macron viendra après les élections allemandes, lorsque les discussions sur la réforme de la zone euro entreront dans le vif du sujet. Avec des positions encore éloignées entre Berlin et Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.