Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Myanmar accusé de "crimes contre l'humanité"
CAUCHEMAR HUMANITAIRE DES ROHINGYAS
Publié dans L'Expression le 01 - 10 - 2017

Au moins 60 Rohingyas du Myanmar tentant de rejoindre le demi-million de réfugiés au Bangladesh voisin sont morts ou disparus en mer, a annoncé vendredi l'ONU, après avoir dénoncé un «cauchemar humanitaire» et le Myanmar est en accusation, 88 ONG parlant même de «crimes contre l'humanité».
«Ma femme et mes deux fils ont survécu. Mais j'ai perdu mes trois filles», explique entre deux pleurs Shona Miah, Rohingya de 32 ans qui espérait mettre sa famille à l'abri des violences qui ont débuté il y a un mois entre l'armée birmane et des rebelles musulmans rohingyas. Au fur et à fur qu'ils sont découverts, les corps des naufragés sont rassemblés dans une école, non loin de la plage à Cox's Bazar, une ville devenue l'un des plus grands camps de réfugiés au monde. Ils sont posés à même le sol et recouverts de couvertures de fortune dépareillées, au milieu de leurs proches venus les identifier. Vingt-trois cadavres ont été découverts et 40 passagers sont portés disparus et «présumés noyés», a annoncé vendredi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) depuis Genève, faisant passer le bilan de 19 à plus de 60. Selon l'OIM, il y avait 50 enfants à bord. L'embarcation était partie mercredi soir d'un village côtier de l'Etat Rakhine, région épicentre des violences au Myanmar. Elle a coulé à quelques encablures de la terre ferme, victime de pluies de mousson torrentielles. Ce drame rappelle que les Rohingyas, une minorité apatride d'un million de personnes installée au Myanmar, continuent d'affluer vers le Bangladesh, malgré les assurances du Myanmar que les violences ont cessé et que de nombreux villages musulmans n'ont pas été incendiés.
Ces propos n'ont visiblement pas convaincu 88 ONG internationales, dont Human Rights Watch (HRW), qui ont publié un communiqué commun vendredi dénonçant les «crimes contre l'humanité» commis au Myanmar contre la minorité musulmane Rohingya. Ces ONG ont parallèlement demandé à l'Assemblée générale de l'ONU d'adopter une résolution sur le Myanmar et réclamé que le Conseil de sécurité étudie sérieusement l'imposition d'un embargo sur les armes contre les militaires birmans. En attendant un hypothétique retour au Myanmar, ces réfugiés s'entassent dans les camps côté Bangladesh, où autorités et ONG sont débordées par la marée humaine. La police bangladaise a annoncé vendredi avoir empêché plus de 20 000 Rohingyas de franchir la frontière. Et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge a dénoncé vendredi des risques sanitaires et d'épidémies, avec déjà des milliers de cas de diarrhées aiguës liées à des conditions d'hygiène désastreuses.
La Croix-Rouge internationale évoque, dans certains camps, la présence d'un seul WC pour plusieurs centaines de personnes, avec pour conséquences des excréments s'accumulant un peu partout. Un lot de 900 000 doses de vaccin contre le choléra est en cours d'acheminement vers les camps où les ONG internationales redoutent une épidémie. La Croix-Rouge estime les besoins en eau pour le demi-million de personnes entassées dans des camps de fortune à 3,6 millions de litres par jour. S'ajoute à cela le fait que ces réfugiés viennent d'une région parmi les plus pauvres du Myanmar et arrivent dans un état de grande fragilité physique: un sur cinq souffre de malnutrition sévère, a dénoncé vendredi le haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, avait réclamé la veille un «arrêt des opérations militaires» au Myanmar et dénoncé un «cauchemar humanitaire», lors d'une réunion du Conseil de sécurité. Il a aussi demandé jeudi au gouvernement birman un «accès humanitaire» dans la zone de conflit et «le retour en sécurité, volontaire, digne et durable» dans leurs régions d'origine des réfugiés ayant fui au Bangladesh.
Le Conseil de sécurité est divisé sur le dossier birman, Pékin et Moscou apportant leur appui aux autorités birmanes, qui démentent tout nettoyage ethnique. Rebelles rohingyas et armée birmane s'accusent mutuellement des atrocités commises depuis fin août au Myanmar, des incendies de villages aux meurtres de civils.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.