L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    Un 53e vendredi grandiose à Alger    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tillerson à la reconquête de l'Amérique du Sud
LE CHEF DE LA DIPLOMATIE AMERICAINE EN TOURNEE CHEZ LES LATINOS
Publié dans L'Expression le 03 - 02 - 2018

Le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, a entamé jeudi au Mexique une tournée d'une semaine en Amérique latine, qui devait le conduire également en Argentine, au Pérou, en Colombie et en Jamaïque.
Le secrétaire d'Etat est arrivé jeudi à Mexico après avoir donné, dans un discours à Austin (Texas), sa vision d'une Amérique latine «libre» et «prospère», par contraste avec le Venezuela «corrompu et hostile» de Nicolas Maduro. Tillerson devait rencontrer son homologue mexicain Luis Videgaray, jeudi soir, et le président Enrique Peña Nieto hier, avant de se rendre en Argentine. Devant les étudiants à l'université du Texas où l'ex-PDG du pétrolier ExxonMobil a fait ses études, Tillerson a estimé que 2018 était «l'année des Amériques», avec un sommet continental en avril au Pérou, le G7 au Canada en juin et le G20 des principales puissances de la planète en fin d'année en Argentine. Cette année, des élections présidentielles cruciales sont aussi prévues au Brésil, au Mexique et en Colombie, ainsi qu'au Venezuela, où Washington conteste la tenue de ce scrutin.
Le Mexique est justement l'un des alliés des Etats-Unis les plus secoués par l'arrivée à la Maison-Blanche il y a un an de Donald Trump, qui a promis de construire un mur anti-immigration à sa frontière méridionale, tout en réclamant davantage d'équilibre commercial avec son voisin.
Le président républicain a aussi mis un coup d'arrêt à la détente engagée par son prédécesseur démocrate Barack Obama avec Cuba. Mais Rex Tillerson, souvent chargé d'expliquer en quoi «l'Amérique d'abord» de Donald Trump n'est pas synonyme d'isolement, a tenté d'apporter une note d'optimisme. «Nous partageons des valeurs démocratiques, des valeurs qui sont au coeur de ce à quoi nous croyons, quelle que soit la couleur de notre passeport», a-t-il lancé. Il a souligné l'importante du commerce entre les pays américains, et le potentiel énorme de leurs réserves énergétiques souvent sous-exploitées. Mais il a aussi énoncé clairement ce que Washington voit comme des menaces à la liberté et à la prospérité. Comme Donald Trump mardi dans son discours sur l'état de l'Union, pour justifier sa ligne de fermeté sur l'immigration, le ministre des Affaires étrangères a insisté sur la nécessité de combattre les gangs transfrontaliers et les cartels de la drogue - un sujet qu'il devait évoquer avec les responsables mexicains et colombiens. «La menace la plus immédiate à laquelle notre continent est confronté, ce sont les organisations criminelles transnationales», a-t-il estimé. «Dans leur quête d'argent et de pouvoir, elles sèment la mort et la destruction». Rex Tillerson a aussi longuement évoqué le Venezuela, devenu l'ennemi numéro un des Etats-Unis en Amérique latine. Sous la présidence de Nicolas Maduro, et avec la chute des cours du pétrole, Caracas est confronté à une vaste crise économique, sur fond de contestation politique et populaire.
«Le régime corrompu et hostile de Nicolas Maduro au Venezuela s'accroche à un rêve irréaliste, une vision datée de la région qui a déjà déçu ses habitants», a-t-il martelé. Rappelant les sanctions imposées par les Etats-Unis, le Canada et l'Union européenne, il a appelé l'Amérique du Sud à en faire autant. Mais si les principales puissances du continent rejettent le régime, elles restent prudentes par crainte d'alimenter encore la misère d'un pays déjà au bord du chaos.
Le ministre américain des Affaires étrangères a aussi mis en garde contre la présence croissante et «alarmante» de la Chine et de la Russie. «L'Amérique latine n'a pas besoin de nouvelles puissances impérialistes qui ne poursuivent que leur propre intérêt», a-t-il lancé, assurant que Washington veut être le «premier partenaire» de la région, «dans le but de faire progresser la liberté».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.