Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Farsia et Houza    JM-Oran-2022/ Boxe (tirage au sort) : les Algériens fixés sur leurs adversaires    Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Manchester City va frapper un joli coup avec Kalvin Phillips    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Une invention totale des Marocains!"
LIVRAISON D'ARMES AU FRONT POLISARIO PAR LE HEZBOLLAH LIBANAIS
Publié dans L'Expression le 26 - 05 - 2018

C'est ce qu'a déclaré un diplomate arabe dans une contribution au quotidien français Le Monde.
La lumière se fait au fur et à mesure que la tension retombe autour de la campagne de diabolisation orchestrée par Rabat contre le Front Polisario, qui n'a pas épargné non plus l'Algérie. L'accusation de l'Iran par le Maroc d'avoir facilité une livraison d'armes au Front Polisario, via le mouvement libanais Hezbollah, est «une invention totale des Marocains», affirme un diplomate arabe cité par le quotidien français Le Monde. «Il s'agit d'une invention totale des Marocains, qui sont capables de trouver le moindre prétexte pour refuser de se rendre à la table des négociations», a-t-il souligné sous le sceau, de l'anonymat. Ce n'est de toutes les façons pas la première fois que le pouvoir marocain orchestre une telle campagne pour tenter de faire croire à une collusion entre le Front Polisario et les groupes terroristes ou des mouvements inscrits, comme tels, sur la liste noire des Etats-Unis. «Il y a deux ou trois ans, Rabat avait déjà accusé le Polisario d'entretenir des liens avec Al Qaïda», rappelle la source du média parisien. C'est sur fond de cette affaire cousue de fil blanc que Rabat a décidé de rompre ses relations avec Téhéran, dans le sillage de la rupture de l'accord sur le nucléaire iranien et des menaces de sanctions sans précédent brandies par le président américain Donald Trump. Quels dividendes espère en tirer le Maroc? «Cette crise diplomatique permet au royaume de faire plaisir à ses parrains du Golfe, les Saoudiens et les Emiratis, et d'aller dans le sens du nouveau conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton», explique le diplomate arabe qui s'est confié au célèbre journal français. Il n'est cependant pas le seul à abonder dans le sens de cette analyse. «Il peut s'agir d'une volonté de rendre la politesse à Washington après le geste américain en faveur du Maroc dans le cadre de la dernière résolution sur le Sahara occidental, tout cela dans un contexte où les tensions régionales et locales sont exacerbées et poussent partout à des reconfigurations», a estimé un diplomate occidental à l'ONU, dont l'identité n'a pas été révélée par le quotidien Le Monde. C'est dans ce contexte, que le Maroc «charge son adversaire, le Front Polisario, tout en se rapprochant des Etats-Unis, en pleine confrontation avec l'Iran», soulignent les journalistes qui ont mené cette enquête et glané ces déclarations. La rupture des relations maroco-iraniennes «permet aussi d'envoyer un signal positif en direction de l'Arabie saoudite, l'un des grands financiers du royaume, en conflit avec l'Iran, qu'elle accuse d'avoir des visées hégémoniques dans la région», conclut le dossier consacré aux dessous de la rupture des relations diplomatiques du Maroc avec l'Iran. Une analyse qui met à nu le délire d'une diplomatie royale à la dérive et qui a vraisemblablement vendu son âme au diable.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.