Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rupture des relations diplomatiques entre le Maroc et l'Iran : L'Algérie rejette les propos "totalement infondés" du MAE marocain
Publié dans Le Maghreb le 05 - 05 - 2018

Les autorités algériennes ont rejeté mercredi les propos "totalement infondés", tenus par le ministre marocain des Affaires étrangères, à l'occasion de l'annonce de la rupture des relations diplomatiques entre son pays et l'Iran, et mettant "indirectement en cause l'Algérie", a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif.
"L'ambassadeur du Royaume du Maroc a été reçu, ce jour, par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères qui lui a fait part du rejet par les autorités algériennes des propos totalement infondés mettant indirectement en cause l'Algérie, tenus par son ministre des Affaires étrangères à l'occasion de l'annonce par ce dernier de la rupture des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et la République Islamique d'Iran", a souligné le porte-parole du MAE dans une déclaration à l'APS.
Il s'exprimait en réaction aux propos tenus la veille par le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, qui a annoncé lors d'une conférence de presse à Rabat, que le Maroc a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran en raison du "soutien" au Front Polisario, représentant légitime et unique du peuple sahraoui. Le Front Polisario a, pour sa part, qualifié de "grand mensonge" les allégations du Maroc selon lesquelles le Front Polisario entretient des relations dans le domaine militaire avec l'Iran, défiant Rabat de présenter des preuves de ses "fausses allégations". Le coordinateur du Front Polisario avec la Minurso (Mission de l'Onu pour l'organisation du référendum au Sahara occidental), M'hamed Khadad, a indiqué de son côté que l'action de Rabat obéit à un "petit opportunisme politique" qui vise à "contourner la reprise des négociations politiques directes demandée par l'Onu" pour le règlement du conflit du Sahara occidental à travers un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui. Dans ce sillage, M. Khadad a réfuté l'existence de tout lien militaire avec l'Iran, en affirmant que "le Front Polisario n'a jamais eu de relations militaires et n'a pas, non plus, reçu d'armes et entretenu des contacts militaires avec l'Iran ou le Hezbollah". "Nous mettons au défi le Maroc de fournir la moindre preuve, le Maroc vit dans la folie et ne sait pas comment sortir de son obligation de dialogue", a conclu le responsable sahraoui. Face à ces accusations, l'Iran a démenti "fermement" les déclarations "mensongères" du Maroc sur une prétendue coopération de Téhéran avec le Front Polisario, déplorant que de tels propos servent de "prétexte" à une rupture diplomatique, a indiqué mercredi le ministère iranien des Affaires étrangères, indiquant que l'Iran a toujours eu comme ligne de conduite le "respect" des pays avec lesquels l'Iran entretient des relations diplomatiques, et "la non-ingérence dans (leurs) affaires intérieures". De son côté, le Hezbollah libanais a rejeté ces accusations "dans leur intégralité" et juge regrettable que Rabat ait cédé à "des pressions" étrangères, et a invité "le Maroc à chercher un argument plus convaincant pour rompre ses relations avec l'Iran". L'annonce de Rabat intervient au lendemain de l'adoption par le Conseil de sécurité de l'Onu, vendredi dernier, de la résolution 2414 qui réaffirme le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et appelle les deux parties au conflit, le royaume du Maroc et le Front Polisario, à des négociations "sans conditions préalables et de bonne foi", sous les auspices du Secrétaire général de l'ONU, et prorogeant le mandat de la Minurso de six mois.

Le Polisario dément les allégations marocaines
Le Front Polisario a démenti mercredi dans un communiqué les allégations marocaines concernant un prétendu "soutien militaire" de Hezbollah libanais au Polisario. Dans ce communiqué relayé par Sahara Presse Service (SPS), le Front Polisario a qualifié "la décision du Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran d'un 'opportunisme politique' par lequel il vise à se positionner par rapport aux nouvelles évolutions régionale et internationale". "Prenant acte de la décision du Royaume de Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec la République islamique d'Iran en raison d'un prétendu soutien militaire du Hezbollah libanais au Front Polisario, le Front Polisario tient à démentir fermement tout fondement de ses allégations qui ne sont qu'une reproduction désespérée des précédentes opérations de propagande dont le Royaume du Maroc exploitait pour se positionner dans les nouvelles évolutions régionale et internationale au service de son agenda expansionniste", indique le Polisario dans son communiqué. "Le Royaume du Maroc, à travers cette action qui dénote d'un 'opportunisme politique' vise à se positionner dans les nouvelles évolutions régional et international et un prétexte pour contourner la reprise du processus des négociations avec la partie sahraouie adopté par le Conseil de sécurité dans sa résolution 2414 du 27 avril dernier qui met le Maroc devant ses responsabilités pour reprendre le processus de décolonisation du Sahara Occidental conformément aux principes et la Charte de l'ONU". Dans le même contexte, le Polisario a démenti fermement toute présence militaires des forces étrangères avec l'Armée de libération populaire sahraouie (ALPS) qui a mené la guerre de libération nationale avec force et courage en s'appuyant, exclusivement, sur les éléments et les cadres nationaux sahraouis, ajoute le communiqué. Le coordinateur du Front Polisario avec la Minurso (Mission de l'ONU pour l'organisation du référendum au Sahara occidental), M'hamed Kheddad, avait indiqué que "le Maroc tente à contourner la reprise des négociations politiques directes demandée par l'ONU pour le règlement du conflit du Sahara occidental à travers un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui, demandant au autorités marocaine de fournir la moindre preuve de ses allégations". Le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita avait annoncé mardi que "le Maroc a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran en raison du 'soutien' au Front Polisario, représentant légitime du peuple sahraoui". Cette annonce intervient au lendemain de l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU, vendredi dernier, de la résolution 2414 qui réaffirme le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et appelle les deux parties au conflit, le royaume du Maroc et le Front Polisario, à des négociations "sans conditions préalables et de bonne foi", sous les auspices du Secrétaire général de l'ONU, et prorogeant le mandat de la Minurso de six mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.