Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "Gilets jaunes"à la recherche d'un second souffle
ILS DONNENT RV AU GOUVERNEMENT MACRON LE 16 MARS PROCHAIN
Publié dans L'Expression le 10 - 03 - 2019


La colère ne faiblit pas
La guerre des chiffres entre le ministère de l'Intérieur qui donne une affluence nettement moindre que celle établie par le Nombre jaune, des bénévoles du mouvement, n'est donc pas prête de se tarir puisque l'acte 18 des «Gilets jaunes», le 16 mars prochain, visera un véritable «ultimatum» au gouvernement.
Ils avaient voulu installer un campement au Champ de mars, près de la tour Eiffel, pour y célébrer la Journée internationale de la femme. En vain, puisqu'il a fallu y renoncer par la contrainte. Mais dès hier matin, les «Gilets jaunes» étaient autour de Priscillia Ludowsky, une des figures du mouvement, au pied même de la Dame de fer, avec pour mot d'ordre la «défense de l'urgence sociale et climatique». C'est ainsi qu'ils ont repris le mot d'ordre déjà entendu les samedis précédents: «Fin du monde, fin du mois, même combat.» A ceux qui leur opposent depuis plusieurs semaines la lente érosion de la mobilisation, les inconditionnels du mouvement rétorquent qu'ils sont là et bien là et que leur présence vise d'abord et surtout à retrouver un second souffle. Ragaillardis par la sortie inattendue de la Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Michelle Bachelet qui a réclamé mercredi à la France une enquête sur «l'usage excessif de la force» contre les «Gilets jaunes», les manifestants ont quelque peu retrouvé un regain d'énergie dans la contestation balisée de gaz lacrymogènes et de LBD, ces engins qui ont causé de graves blessures à plusieurs dizaines de personnes.
Dans la matinée d'hier, 200 d'entre eux faisaient face aux forces de l'ordre dont le mot d'ordre n'a pas varié pour disperser ceux qui tentent de sortir du cadre concédé par les préfectures. Aux Champs Elysées, un cortège de femmes - 8 mars oblige - a pris la tête de la principale manifestation autorisée depuis la célèbre avenue jusqu'au jardin du Luxembourg, suivant un itinéraire balisé. D'autres regroupements ont eu lieu à Roissy et dans plusieurs villes comme Lyon, Strasbourg, Lille, Bordeaux, Montpellier et bien d'autres. Un maire, celui de Phalsbourg, en Moselle, Dany Kocher, a pris un arrêté pour interdire à la gendarmerie le recours aux lanceurs de balle de défense (LBD) fustigés par l'ONU, le Conseil de l'Europe et nombre d'ONG. Geste purement symbolique car seule la préfecture dispose de l'autorité nécessaire mais geste fort apprécié des «Gilets jaunes», on s'en doute aisément. Il rejoint en cela le professeur Laurent Thines, chef du service de neurologie au CHU de Besançon qui a lancé une pétition nationale du corps médical contre l'usage de cette arme, pétition signée à ce jour par 168.000 personnes. Il faut dire que depuis la première manifestation des «Gilets jaunes» le 17 novembre 2018, il y a eu pas moins de 13.000 tirs de LBD faisant des dizaines de victimes éborgnées et autres.
Près de quatre mois plus tard, le mouvement semble connaître une lente érosion des troupes engagées ainsi que la désaffection grandissante de l'opinion, favorable à plus de 80% dans les premières semaines. Il compte néanmoins retrouver un second souffle avant le 18ème acte, samedi prochain, qui interviendra avec la clôture du Grand débat national lancé par le président Emmanuel Macron. Celui-ci a bénéficié d'un regain de popularité au fil des semaines, de sorte qu'il justifie allègrement son refus de considérer les revendications des «Gilets jaunes» telles que le Référendum d'initiative citoyenne ou l'indexation des retraites et des prestations sociales sur le taux d'inflation. La guerre des chiffres entre le ministère de l'Intérieur qui donne une affluence nettement moindre que celle établie par le Nombre jaune, des bénévoles du mouvement, n'est donc pas prête de se tarir puisque l'acte 18 des «Gilets jaunes», prévu le 16 mars prochain, visera d'abord et avant tout à adresser un véritable «ultimatum» au gouvernement. La pire crise à laquelle est confronté le président Macron risque bien de lui faire perdre son ultime pari, à quelques semaines des Européennes où son parti est talonné par le Rassemblement national de Marine Le pen...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.