Reprise de l'activité du contrôle technique des véhicules    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    L'afrique risque de ne pas recevoir le soutien souhaité    L'Algérie "peut compter" sur son amitié avec la Chine    Réception de 8,5 millions de masques en provenance de Chine    Le Pr Benbouzid annonce l'arrivée prochaine d'une vague de contamination    COVID-19 : L'Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux    OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MASCARA : La BRI saisit une quantité de cocaïne    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Trois banques publiques fin prêtes    4 hirakistes relaxés    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Je n'ai servi ni Bouteflika ni le système"
ALI GHEDIRI ETAIT, HIER, L'INVITE DU FORUM D'EL MOUDJAHID
Publié dans L'Expression le 23 - 04 - 2019


J'étais au service de l'ANP
«S'il faut sacrifier une centaine de personnes, on les sacrifiera, même si cela pose problème sur le plan constitutionnel.»
«Je n'ai pas été invité à cette conférence, et je remercie le système pour cela,car de toute façon j'aurais refusé de participer. Et cela prouve que je ne suis pas du système, car je n'ai servi ni Bouteflika ni le système, j'étais au service de l'ANP, qui n'est pas une milice au service de l'Etat», c'est ce qu'a affirmé Ali Ghediri, lors de son intervention comme invité, hier lundi, au forum d'El Moudhajhid.
Interrogé sur les éventuelles solutions pour une sortie de crise, et sur la résistance du gouvernement Bensalah, Ali Ghediri estime que «le système a commencé à montrer des signes de vieillissement et il n'a pas pensé à préparer une relève de la classe politique, il est de ce fait arrivé à l'enfermement. En plus, trois personnes ne font pas le système, je le compare à une bête égorgée qui se débat, et j'aurais un malin plaisir à aider pour le coup de grâce».
A ce sujet, Ali Ghediri est longuement revenu sur l'importance de l'organisation de l'élection dont le seul garant serait le peuple, «l'élection est un moyen pour écourter la période de transition, durant laquelle notre pays serait exposé à de multiples dangers intérieurs et extérieurs». Pour y arriver Ghediri reste convaincu que des correctifs sont à apporter au processus, «d'un côté il y l'aspect constitutionnel et de l'autre, il y a les revendications du peuple, il faut un mix entre le constitutionnel et le politique. J'ai tendance à transcender les escarmouches, les petites exigences et les petites personnes du moment. S'il faut sacrifier une centaine de personnes, on les sacrifiera, même si cela pose problème sur le plan constitutionnel. Il faut trancher, car la situation politico-économique et sécuritaire du pays ne permet plus qu'on s'attarde, il faut aller au plus vite vers la consolidation de l'Etat algérien et ensuite s'engager dans le grand chantier qui attend le pays, celui de l'édification de la IIe République. Dans ce sens, le premier qui doit se sacrifier c'est l'Etat».
Réagissant à propos de l'arrestation de deux généraux, l'invité du forum, a été on ne peut plus clair «en tant que citoyen, je considère qu'il fallait commencer par la tête de cette mafia. Je ne dis pas qu'il ne fallait pas procéder aux arrestations, mais le vrai danger, ce sont ceux qui ont accaparé le pouvoir à l'insu du président, au nom de lien de parenté, et ont ouvert les portes à cette bande de mafieux, s'il faut demander des comptes, il faut commencer par ceux-là. Ce nom est connu, il a fait longtemps peur à tout le monde».
S'agissant de sa candidature à l'élection, Ali Ghediri réitère sa position, «j'ai été candidat depuis janvier passé, si les gens qui gouvernent aujourd'hui, préservent la continuité de l'Etat, je resterai candidat. Car j'ai obéi a toutes les règles du Code électoral, et j'attendais comme tous les candidats, la réponse du Conseil constitutionnel. Malheureusement, la réponse a été l'annulation de l'élection, de façon illégale. J'ai foi dans la justice algérienne, et je dis que je suis toujours candidat dans le cadre de la première convocation du corps électoral, sinon dans la nouvelle disposition, je n'ai pas déposé de dossier de candidature. si ces dirigeants avalisent l'arrêt du processus électoral par l'ex-président, c'est à eux de prendre cette responsabilité devant l'Histoire».
En somme, pour le général à la retraite et ex-candidat à la présidence, le maître-mot de cette conférence, a été sans conteste, l'organisation de l'élection présidentielle en urgence, afin d'éviter des dérapages dangereux, et éviter d'exposer le pays plus aux appétits des parties obscures et malveillantes.
D'autant plus, que la situation économique du pays est «catastrophique, les caisses de l'Etat sont vides, et en termes de production nous enregistrons une chute de 50%, et ce en plus de l'instabilité polico-sociale, qui ne favorise pas les investissements, locaux et étrangers». Pour conclure, Ghediri a tenu à attirer l'attention, sur l'opportunité qui s'offre à l'Algérie «le peuple est en train d'écrire une longue page de l'histoire, c'est une occasion en or, qu'il ne faut pas laisser passer. Car si on réussit ce virage déterminant, nous réaliserons un miracle, comparable à la révolution de Novembre».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.