Amar Tou devant le juge d'instruction près la Cour suprême    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La société civile décline sa feuille de route    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    La preuve de la «généralisation de la corruption»    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe
OMAN TENTE DE «CALMER LES TENSIONS» ENTRE TEHERAN ET WASHINGTON
Publié dans L'Expression le 25 - 05 - 2019

Oman a indiqué, hier, s'efforcer de «calmer les tensions» entre les Etats-Unis et l'Iran, après que Téhéran eut indiqué n'être «en aucun cas» disposé à discuter avec Washington, qui envisage de son côté d'envoyer des troupes supplémentaires au Moyen-Orient. Le sultanat entretient de bonnes relations à la fois avec l'Iran et les Etats-Unis, et a joué un rôle d'intermédiaire crucial dans les discussions ayant débouché sur l'accord international visant à limiter le programme nucléaire iranien, conclu à Vienne en juillet 2015.
Les relations entre Téhéran et Washington s'étaient détériorées après la décision du président américain Donald Trump en mai 2018 de retirer unilatéralement son pays de cet accord et de rétablir des sanctions économiques contre l'Iran. «Nous cherchons, avec d'autres parties, à calmer les tensions entre Washington et Téhéran», a déclaré le ministre omanais responsable des Affaires étrangères, Youssef Ben Alaoui Ben Abdallah, d'après le compte Twitter de son ministère.» Une guerre pourrait nuire au monde entier et tant les Américains que les Iraniens sont 'conscients des dangers''» d'une telle éventualité, a affirmé le ministre, qui n'a pas précisé quelles autres parties étaient impliquées. Ces déclarations interviennent quelques jours après la rencontre à Téhéran de Youssef Ben Alaoui Ben Abdallah et de son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, rapportée par l'agence officielle iranienne Irna. Les tensions entre Téhéran et Washington sont particulièrement vives depuis une quinzaine de jours, après l'annonce par les Etats-Unis d'un renforcement de leur présence militaire au Moyen-Orient pour faire face à de présumées «menaces» iraniennes. Washington a en outre indiqué jeudi envisager l'envoi de troupes supplémentaires dans la région pour assurer la sécurité des effectifs déjà déployés.
Après s'être dit ouvert à des discussions avec Téhéran, M. Trump a affirmé lundi que son gouvernement n'avait pas cherché à engager un dialogue avec ce pays, ajoutant que l'Iran devait faire le premier pas. L'Iran n'est «en aucun cas» disposé à discuter avec les Etats-Unis tant qu'ils ne changent pas d' «attitude» vis-à-vis de la République islamique, a réagi jeudi un responsable iranien. Téhéran menace de se désengager progressivement de l'accord de Vienne si les autres partenaires de ce pacte ne lui permettent pas de contourner les sanctions américaines. L'Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980. Les Etats-Unis ont indiqué jeudi qu'ils envisageaient d'envoyer des troupes supplémentaires au Moyen-Orient pour assurer la sécurité des effectifs déjà déployés, dans un contexte de tensions avec l'Iran. Les Etats-Unis ont actuellement entre 60.000 et 80.000 militaires déployés au Moyen-Orient, dont 14.000 en Afghanistan, 5200 en Irak et moins de 2000 en Syrie, selon le Pentagone.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.