Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Le PAD lance ses propres consultations    Le RAJ célèbre la première année du Hirak    L'Algérie, sacré pays ou terre profane ?    Il y a deux ans, disparaissait Dr Laâziz Kessas    Les dossiers Khelil et Ghoul transmis à la Cour suprême    Un apport indéniable    Le P-dg d'Ooredoo expulsé d'Algérie ?    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    L'Algérie s'engage à Tunis avec le Comelec    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    Serport saisit la justice    Erling Haaland, naissance d'un géant    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    La FAF met la pression sur l'entraîneur Saber Bensmaïn    Fin de mission du comité de sauvegarde de l'USMA    CRB : quelle charnière centrale à Biskra ?    Agression d'une enseignante par un étudiant, le syndicat s'insurge    Les syndicats chez Ouadjaout la semaine prochaine    SOS Méditerranée sauve 98 personnes d'un nauffrage    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    ACTUCULT    Les chemins vers l'art    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Zahir Abdjaoui en concert à Montréal    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    A la demande de la défense: Le procès Hamel reporté au 11 mars    Division nationale amateurs - Centre: Le WA Boufarik sur du velours    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Constantine: Saisie de plus de 1100 capsules de psychotropes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe
OMAN TENTE DE «CALMER LES TENSIONS» ENTRE TEHERAN ET WASHINGTON
Publié dans L'Expression le 25 - 05 - 2019

Oman a indiqué, hier, s'efforcer de «calmer les tensions» entre les Etats-Unis et l'Iran, après que Téhéran eut indiqué n'être «en aucun cas» disposé à discuter avec Washington, qui envisage de son côté d'envoyer des troupes supplémentaires au Moyen-Orient. Le sultanat entretient de bonnes relations à la fois avec l'Iran et les Etats-Unis, et a joué un rôle d'intermédiaire crucial dans les discussions ayant débouché sur l'accord international visant à limiter le programme nucléaire iranien, conclu à Vienne en juillet 2015.
Les relations entre Téhéran et Washington s'étaient détériorées après la décision du président américain Donald Trump en mai 2018 de retirer unilatéralement son pays de cet accord et de rétablir des sanctions économiques contre l'Iran. «Nous cherchons, avec d'autres parties, à calmer les tensions entre Washington et Téhéran», a déclaré le ministre omanais responsable des Affaires étrangères, Youssef Ben Alaoui Ben Abdallah, d'après le compte Twitter de son ministère.» Une guerre pourrait nuire au monde entier et tant les Américains que les Iraniens sont 'conscients des dangers''» d'une telle éventualité, a affirmé le ministre, qui n'a pas précisé quelles autres parties étaient impliquées. Ces déclarations interviennent quelques jours après la rencontre à Téhéran de Youssef Ben Alaoui Ben Abdallah et de son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, rapportée par l'agence officielle iranienne Irna. Les tensions entre Téhéran et Washington sont particulièrement vives depuis une quinzaine de jours, après l'annonce par les Etats-Unis d'un renforcement de leur présence militaire au Moyen-Orient pour faire face à de présumées «menaces» iraniennes. Washington a en outre indiqué jeudi envisager l'envoi de troupes supplémentaires dans la région pour assurer la sécurité des effectifs déjà déployés.
Après s'être dit ouvert à des discussions avec Téhéran, M. Trump a affirmé lundi que son gouvernement n'avait pas cherché à engager un dialogue avec ce pays, ajoutant que l'Iran devait faire le premier pas. L'Iran n'est «en aucun cas» disposé à discuter avec les Etats-Unis tant qu'ils ne changent pas d' «attitude» vis-à-vis de la République islamique, a réagi jeudi un responsable iranien. Téhéran menace de se désengager progressivement de l'accord de Vienne si les autres partenaires de ce pacte ne lui permettent pas de contourner les sanctions américaines. L'Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980. Les Etats-Unis ont indiqué jeudi qu'ils envisageaient d'envoyer des troupes supplémentaires au Moyen-Orient pour assurer la sécurité des effectifs déjà déployés, dans un contexte de tensions avec l'Iran. Les Etats-Unis ont actuellement entre 60.000 et 80.000 militaires déployés au Moyen-Orient, dont 14.000 en Afghanistan, 5200 en Irak et moins de 2000 en Syrie, selon le Pentagone.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.