Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    La communauté indigène visée par un autre assassinat    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une nouvelle Académie est née
ELLE VIENT GROSSIR L'ARSENAL DES MOYENS DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION
Publié dans L'Expression le 29 - 05 - 2019

Cette Académie se compose de neuf membres qui exercent des fonctions ayant un rapport direct avec leur activité, puisqu'il s'agit pour la plupart de juristes disposant de connaissances dans le domaine du sport.
Les dernières déclarations du responsable de la JS Kabylie, Cherif Mellal, et son homologue du CS Constantine, Tarek Arama, au sujet du dernier match du championnat d'Algérie entre le CSC et l'USMA, montrent combien la lutte contre la corruption est devenue d'une urgence absolue. D'ailleurs, ce genre de déclarations peut avoir des répercussions négatives, car risquant de provoquer la violence. Cela s'est passé au moment où l'Académie algérienne de lutte contre la corruption dans le domaine du sport (AALAS) venait d'obtenir son agrément, après 3 ans d'attente! Cet état de faits oblige de se poser ou plutôt de poser la question de savoir pourquoi ce retard de 3 ans pour que cette Académie voit le jour, alors que tout le monde reconnaît le caractère urgent de la présence d'une telle institution dans le milieu du sport algérien gangrené par plusieurs scandales, de dopage, de stupéfiants, de corruption et de violence? Pour revenir à l'Académie anticorruption, il faut rappeler que le projet de sa création remonte à 2016, avec la tenue de son assemblée constitutive à Alger. Et ce n'est que le 19 mai dernier que ses responsables ont obtenu l'agrément pour pouvoir exercer leurs fonctions, avec l'objectif de combattre ce fléau de la triche qui devient de plus en plus courant. Cette Académie se compose de neuf membres qui exercent des fonctions ayant un rapport direct avec leur activité, puisqu'il s'agit pour la plupart de juristes, disposant de connaissances dans le domaine du sport. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Raouf Salim Bernaoui, a reçu les membres de cette nouvelle Académie lundi dernier au siège de son département ministériel à Alger. A sa sortie de cette réunion, le président de cette Académie, Ahmed Benamar, a déclaré: «Nous espérons faire respecter les valeurs de la Charte olympique, notamment en ce qui concerne l'esprit de compétition, qui en aucun cas ne doit sortir du cadre légal.» Et d'ajouter: «Notre but est de servir le sport national, à travers la mise en place d'un système de gestion moderne, basé sur la science et le professionnalisme» avant de promettre d'«assainir le domaine sportif des actes immoraux, qui ont terni son image sur les plans national et international». Saisissant cette très bonne opportunité, le président de l'Académie a lancé un appel aux différentes parties prenantes, les encourageant au débat et à l'échange, car selon lui, la réussite de ce projet nécessite la participation de tout un chacun. D'autre part, Benamar annonce que l'Académie anticorruption est déjà prête à jouer son rôle de prévention et d'accompagnement aux fédérations sportives, notamment en lançant une opération de sensibilisation auprès de ces structures, ainsi qu'auprès du Comité olympique et sportif algérien (COA), ligues, directions de wilaya, directeurs centraux, avec l'aide «très souhaitée», du MJS. Benamar souhaite que les différentes parties concernées puissent collaborer pour arriver ensemble à éradiquer le fléau de la corruption dans le domaine sportif, qui est censé être sain et propre, selon les vertus de l'olympisme. «Les Fédérations sportives, à travers leurs organes disciplinaires (commission discipline et de recours) et la commission d'éthique du COA peuvent faire le contrepoids, s'autosaisir déjà des dossiers et collaborer avec l'Académie», a souligné le MJS. «Il est très important déjà que la société civile s'intéresse au fléau de la corruption dans le sport en Algérie», a-t-il déclaré encore. Il estime que la société civile est le meilleur partenaire de l'administration, notamment pour le MJS. «C'est justement cette société civile qui s'est constituée aujourd'hui en association, à travers la naissance de cette Académie qui aura la première tâche de devenir la courroie entre le terrain et l'administration», indique le successeur de Mohamed Hattab. Mieux encore, aux yeux du ministre, «c'est un moment historique pour le mouvement sportif algérien de voir naître une telle Académie qui aura la lourde tâche de lutter contre la corruption sportive qui, personne ne le niera, est ancrée en Algérie». Bernaoui assure que son département est là pour assister cette Académie, au même titre que d'autres, pour pouvoir accompagner les pouvoirs publics dans sa mission qui est plus grande que la compétition.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.